Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Myiase : extraction simple
Myiase : extraction simple
note des lecteurs
date et réactions
30 janvier 2013
Auteur de l'article
Santé-Voyages, 37 articles (Info voyage)

Santé-Voyages

Info voyage
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
37
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Myiase : extraction simple

Myiase : extraction simple

Les myiases désignent l’ensemble des troubles provoqués par la présence dans un corps humain ou animal de larves de diptères parasites des familles Calliphoridae, Sarcophagidae, Cuterebridae, Muscidae.

Les myases, fréquentes dans certaines zones tropicales, sont le plus souvent bénignes, mais inquiétantes pour ceux qui n’y sont pas habitués.

Ce sont des infections en plein développement dans les pays riches chez les touristes, chasseurs, prospecteurs et naturalistes de retour de pays tropicaux.

Après un séjour à Belize, un homme de 25 ans consulte à l’hôpital universitaire de Charlottesville, en Virginie, pour une papule au niveau du thorax évoluant depuis un mois et demi. Cette lésion présente une ouverture centrale et le patient décrit une sensation de mouvement et une légère douleur lancinante et intermittente.

Le diagnostic de myiase (ver de Cayor), infestation par Dermatobia hominis, est posé. Comment extraire cette larve ? (surtout quand on est médecin en Virginie et très peu confronté aux maladies tropicales Ndlr). Les médecins ont l’idée d’utiliser une Extractor Pump (Sawyer Products, Safety Harbor, FL) soit l’équivalent de notre Aspivenin® ou Venimex® (Ndlr). Préparation de la zone cutanée avec pansement occlusif pendant 30 minutes ; application de l’Extractor : extrusion immédiate de la larve, intacte.

WEST J K. Simple and effective field extraction of human botfly, Dermatobia hominis, using a venom extractor. Wilderness Environ Med. 2012 Dec 13 (Epub ahead of print).

NDLR. En France -et sans doute ailleurs- on voit souvent des chirurgiens ouvrir, exciser, délabrer la lésion comme s’il s’agissait d’un abcès, et des médecins prescrire les antibiotiques qui iraient avec. Le spécialiste essaie d’enlever la larve à la pince fine. Ce confrère américain « naïf » nous ouvre peut-être une nouvelle voie plus simple et « soft ».

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Maladies tropicales