Accueil du site
> Médicaments & Soins > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Médicaments sans ordonnance : Gare aux abus de prix
Médicaments sans ordonnance : Gare aux abus de prix
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
15 décembre 2010 | 3 commentaires
Auteur de l'article
La rédaction CareVox, 598 articles (Comité de rédaction)

La rédaction CareVox

Comité de rédaction
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
598
nombre de commentaires
0
nombre de votes
3

Médicaments sans ordonnance : Gare aux abus de prix

Médicaments sans ordonnance : Gare aux abus de prix

Un rapport de l’Observatoire des prix des médicaments, publié le 14 décembre dernier par l’association Familles rurales, va être dur à digérer pour les habitués des pharmacies. Selon l’enquête, en effet, les prix de certains produits pharmaceutiques courants peuvent varier du simple au double d’une pharmacie à l’autre.

Les enseignements de cette étude, plus de deux ans après l’adoption du décret autorisant le libre accès de certains médicaments dans les officines, ont de quoi interpeller à la fois les consommateurs et les pharmaciens. Familles rurales, en effet, a décidé de faire les comparaisons en grand. Les prix de 13 produits fréquemment utilisés par les familles, en hiver comme en été, ont été relevés tout au long de l’année dans 72 pharmacies réparties dans 34 départements. D’importants écarts de prix pour un même produit ont ainsi pu être observés, et cela va parfois du simple au double. En voici quelques exemples :

- Une boite de lait pour bébés Gallia se vend de 15,80 euros à 27,70 euros.
- Une boite de pastilles Strepsils (citron sans sucre) se vend de 3,50 euros à 6,95 euros.
- Une boite de comprimés Maalox pour les maux d’estomacs se vend de 2,66 euros à 6,20 euros.


La plupart du temps, ce sont les médicaments vendus derrière le comptoir qui sont les plus chers. Le bain de bouche Hextril, par exemple, coûte en moyenne 4,84 euros en rayon et passe à 5,06 euros derrière la caisse. L’Observatoire des prix des médicaments, qui précise que les enquêteurs n’ont pas pu avoir accès au prix dans certains cas, remarque à ce propos que « mis à part le sérum physiologique et le lait infantile, de nombreux médicaments sont souvent confinés derrière le comptoir, sans libre accès ». Familles rurales, qui estime que les clients sont « dupés » par la plupart des pharmacies, exige une transparence et des mesures à l’encontre des pharmaciens.
 

La rédaction CareVox
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Les Actus
Mots-clés :
Médicaments Pharmacie
Commentaires
1 vote
par RigolezTjs (IP:xxx.xx1.252.187) le 15 décembre 2010 a 19H17
RigolezTjs (Visiteur)

Ah, jetons encore en pâture des chiffres et aucune explication des professionnels incriminés. Pourquoi le produit devant en libre accès est moins cher que celui derrière, tout simplement parce que celui devant est acheté en direct au laboratoire et en quantité, le pharmacien peut donc faire un prix attrayant. Par contre, tous les pharmaciens ne font pas le même choix de laboratoire à traiter en direct, donc les produits non achetés en direct mais via le grossiste ne bénéficient pas d’une remise intéressante, donc de prix de vente attrayant. Dans ce cas, le pharmacien le sait, et pour ne pas vendre ce produit car il le sait plus cher, il ne le propose pas de prime abord et le réserve au client qui ne veut que celui-là... avec le risque que l’on sait. Tout produit se décline dans plusieurs laboratoires, le conseil du pharmacien est, quoique l’on puisse penser, que tout le monde gagne : un produit moins cher et efficace pour le consommateur et une marge comme pour toute entreprise.

1 vote
par isa (IP:xxx.xx6.220.62) le 15 décembre 2010 a 20H15
isa (Visiteur)

Je vous confirme avoir constaté un écart du simple au double !!!! J’ai déménagé à 70 km de mon domicile précédent et ai pu constater une différence énorme quand j’ai demandé ma pilule contraceptive habituelle, non remboursée. Très étonnée, lorsque ma nouvelle pharmacienne m’annonce le prix : 15 euros et qqs cts au lieu des 33 euros habituels.... J’en ai même vérifié la boite qu’elle me donnait : aucune erreur, bien le même produit acheté 2 mois avant.... Je précise pour éviter toute contestation possible, je reviens régulièrement sur le lieu de mon ancien domicile parental et ai eu l’occasion de retourner dans cette ancienne pharmacie pour cause d oubli ( pas pour le plaisir de payer le double biensur !!), le prix avait encore augmenté 35 euros... Ce n’est plus une pharmacie mais un business fort rentable sur le dos sur la santé des français....

0 vote
par FouineEnFurie (IP:xxx.xx9.184.188) le 16 novembre 2011 a 00H36
FouineEnFurie (Visiteur)

Ta pillule doit certainement etre une Diane 35 ou un des ses 11 génériques que sont : EVEPAR HOLGYEME LUMALIA MINERVA CYPROTERONE ETHYNILESTRADIOL BAYER CYPROTERONE ETHYNILESTRADIOL EG CYPROTERONE ETHYNILESTRADIOL RANBAXY CYPROTERONE ETHYNILESTRADIOL RATIOPHARM CYPROTERONE ETHYNILESTRADIOL SANDOZ CYPROTERONE ETHYNILESTRADIOL TEVA CYPROTERONE ETHYNILESTRADIOL WINTHROP

Aucune pharmacie ne référence l’ensemble de ces produits.

Etant donné qu’il y a de nombreux laboratoires commercialisant la même molécule, les labo proposent au pharmacien des remises allant jusqu’à 50% sur le prix grossiste unitaire pour qu’ils référencent leur générique.

Ainsi si tu viens dans ma pharmacie et que je te délivre de l’HOLGYEME, tu vas payer 14 euros les 3 plaquettes. En revanche, si tu refuses ce générique et que tu exiges une DIANE ou un autre générique (ce qui est ton droit, que je respecte même si c’est stupide), et bien je te délivre ton produit que je commande à l’unité chez mon grossiste et sans remise et que je te vends à plus de 30 euros.

Il est impossible à une pharmacie de stocker l’intégralité des médicaments commercialisés en France et de négocier et proposer de bons prix sur l’intégralité du catalogue. C’est pourtant simple à comprendre.

Pour terminer ton test de l’ancienne pharmacie, je te conseille d’aller les voir et de leur demander le générique le moins cher de ta pillule. Tu verras qu’ils te sortiront une boite dans les 15 euros avec la même composition. Encore faut-il leur demander. Je rappelle que les génériques ne sont pas une obligation dans le cas des produits non remboursés puisque la sécu n’intervient pas. Enfin, si le pharmacien est sympa, demande lui sa facture d’achat de ta pillule et tu verras qu’il s’agit d’une facture grossiste (et non laboratoire avec de la remise)et qu’il l’achete beaucoup plus cher que 15 euros et qu’il lui est donc impossible, et meme interdit (vente à perte) de te la vendre à 15 euros contrairement à ta nouvelle pharmacie qui doit la commander en direct par carton de 24.