Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Les utilisateurs du baclofène s’organisent et lancent un appel à la prescription.
Les utilisateurs du baclofène s'organisent et lancent un appel à la prescription.
note des lecteurs
date et réactions
6 décembre 2011 | 32 commentaires
Auteur de l'article
Marion GAUD, 2 articles (Rédacteur)

Marion GAUD

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
2
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Les utilisateurs du baclofène s’organisent et lancent un appel à la prescription.

Les utilisateurs du baclofène s'organisent et lancent un appel à la prescription.

Communiqué de l’association AUBES, partenaire officielle des essais du Professeur P.Jaury sur le baclofène dans le traitement de l’alcoolo-dépendance.

Le traitement contre l'alcoolisme existe

L’alcoolisme est une vraie maladie et non un vice.

Aujourd’hui elle se soigne avec succès, grâce à un traitement : le baclofène (parfois administré à hautes doses pour cela.)
Les malades doivent le savoir et, comme les sidéens dans les années 80, doivent exiger que leur maladie encore considérée comme « honteuse » dans l’esprit populaire, soit prise en charge avec la même humanité et le même souci d’efficacité auxquels ont droit tous les autres malades atteints de maladies graves et mortelles.

Notre association AUBES (Association des Utilisateurs du BaclofènE et Sympathisants) est leur porte-parole depuis janvier 2010.

A l’heure où nous écrivons, d’énormes moyens sont déployés pour lutter contre les désastres de l’alcool au volant. Nous rêvons que les mêmes moyens soient engagés dans la lutte directe contre l’alcoolisme. Le traitement de l’alcoolo-dépendance par le baclofène à haute dose trouve enfin l’écho médiatique qu’il mérite, grâce aux essais réclamés depuis bientôt 7 ans. Ces essais devraient débuter en 2012 (1) : nous voudrions rappeler à tous de quoi il s’agit et l’urgence à propager l’information.

Olivier Ameisen et le baclofène

En 2000, Olivier Ameisen, cardiologue émérite et alcoolique lui-même, découvre qu’un vieux médicament prescrit depuis une quarantaine d’années, le baclofène, un myorelaxant destiné à traiter les contractures dans la sclérose en plaque notamment, a des propriétés exceptionnelles pour supprimer les addictions lorsqu’il est administré à haute dose. Il a été testé avec succès en ce sens sur des rats de laboratoire.

Il recherche et synthétise toutes les études déjà réalisées autour de ce traitement et décide de se l’auto-administrer. C’est une ultime tentative pour se sortir de son alcoolisme. Il a tenté toutes les thérapies existantes et rechuté à chaque fois. En quelques mois, il obtient sur lui-même ce qui était démontré avec les rats : il est devenu indifférent à l’alcool. Il n’en a plus ni besoin, ni envie. Il publie des articles dans de grandes revues scientifiques (2) pensant que le monde de l’addictologie va le soutenir. Il réclame immédiatement des essais sur les humains pour étayer sa découverte. Peine perdue, ce vieux médicament, tombé dans le domaine public n’intéresse pas les laboratoires et rend même parfois suspicieux le monde de l’addictologie. Certains craignant, à tort, d’avoir là un concurrent trop performant, mettant en péril leur raison d’exister.

Devant cet immobilisme, Olivier Ameisen décide d’écrire un livre, "Le dernier verre", publié en 2008 (ed Denoël) pour informer le grand public de l’efficacité révolutionnaire de sa découverte .

Dès sa parution, le livre se vend à 40 000 exemplaires, suscite un espoir fabuleux pour un grand nombre de malades. Certains se regroupent immédiatement sur internet, créent leurs forums d’entraide. Ils diffusent ainsi l’information pour permettre à chacun d’obtenir une prescription.
Nous rappelons qu’aux USA, en Suisse, aux Pays-Bas et en Allemagne, Olivier Ameisen est régulièrement invité pour donner des cours et des conférences en faculté, pour y exposer sa découverte et son protocole.
En France, il a fallu que deux colloques soient organisés par une toute jeune association (la nôtre) pour qu’il puisse prendre la parole en public et exposer sa découverte. Pas une seule université française, pas un seul chef de service et pas un seul organisme lié à l’addiction et l’alcoolisme n’a daigné consulter le découvreur de cette thérapie…

L'Association AUBES

Une association de malades et de médecins, AUBES, voit le jour en janvier 2010 et s’implique fortement pour faire reconnaître le traitement.

Il s’agit de convaincre les médecins de tenter l’aventure. Cela s’avère très difficile, un vrai parcours du combattant (3) : le baclofène à haute dose pour cette pathologie ne peut être prescrit qu’ hors Autorisation de Mise sur le Marché, (AMM). Cela rend frileux bon nombre de praticiens quand ils ne sont pas juste sceptiques à priori : un médicament pour traiter l’alcoolisme, ça se saurait ! Encore un produit miracle qui ira aux oubliettes une fois l’engouement médiatique passé, soyons sérieux !

Mais la mobilisation acharnée de ces malades permet à des centaines d’autres d’obtenir le traitement et de témoigner du succès de la thérapie. De l’autre côté, quelques médecins engagés et convaincus, Olivier Ameisen en tête bien-entendu, publient des études sur des dizaines de patients traités au baclofène (4). La presse en parle régulièrement mais les fameux essais qui permettraient enfin la reconnaissance officielle du traitement ne sont toujours pas mis en place.

C’est du mouvement conjoint de ces malades et de ces quelques médecins révoltés devant cet immobilisme intolérable, que notre association, AUBES (Association des Utilisateurs du BaclofènE et Sympathisants) est née en janvier 2010.
Créée à l’initiative de Bernard Joussaume, médecin généraliste, prescripteur de la première heure et de plusieurs malades, administrateurs et animateurs du plus important forum sur le sujet, elle est aujourd’hui forte de 300 adhérents. Elle rassemble patients et médecins, dont les prescripteurs les plus connus, auteurs des études sur l’efficacité de la molécule (cités en note 4). Le forum est visité 3000 fois par jours depuis sa création.

Nous rappelons que ces études établissent un taux de réussite d’en moyenne 80% : environ 50% des malades cessent toute consommation sans souffrance de manque, et environ 30% reviennent à une consommation modérée correspondant aux normes établies par l’OMS (5). Le taux d’échec de l’ordre de 20% pourrait être amélioré par la pratique et son observation.
Pour rappel, les autres traitements conventionnels pratiqués jusqu’ici, sur la base d’un sevrage total et du maintient d’une abstinence douloureuse et souvent intenable, ont un taux de rechute, à court et moyen terme, de l’ordre de 90%.

Nous insistons aussi sur le fait que :
• La non toxicité de ce médicament, déjà prescrit à hautes doses par des neurologues dans d’autres pathologies a déjà largement été démontrée depuis 40 ans.
• Contrairement aux benzodiazépines abondamment prescrits (et hors AMM !) pour les sevrages, le baclofène ne crée pas de dépendance.
• Les effets secondaires, si ils sont parfois gênants, sont tous bénins et disparaissent rapidement.

La mobilisation générale

AUBES appelle aujourd’hui malades et médecins à la mobilisation générale pour étendre la prescription à tous les alcoolo-dépendants qui souhaitent en bénéficier.

Nous incitons donc les malades à demander ce traitement à leur médecin.
L’alcoolisme est une maladie mortelle qui cause 120 décès directs et indirects par jour en France.
Les alcooliques ne sont pas coupables d’en être atteints, ils ont le droit de bénéficier dès aujourd’hui du seul traitement efficace pour lutter contre leur maladie et ses conséquences sociales, professionnelles, familiales dramatiques.

Nous demandons aux médecins de rejoindre leurs confrères prescripteurs (dont le nombre serait de plusieurs milliers, selon l’Afssaps, en regard du nombre exponentiel de boîtes vendues depuis 2008, date de la parution du "dernier verre") et d’accorder ce traitement salvateur à leurs patients alcooliques, à titre compassionnel, sans attendre le résultat des essais, ni l’AMM.

Pour cela nous encourageons malades et médecins à rejoindre notre association pour soutenir son action, pour obtenir des informations, des conseils et des orientations en s’inscrivant sur notre forum internet : http://www.baclofene.fr

Ce forum consacré, au départ aux malades, a ouvert début septembre un espace de discussions et d’informations, réservés aux membres du corps médical : http://medecin-baclofene.fr/portal.php

Aubes va prochainement devenir un réseau national avec un collège de médecins qui parcourront la France afin de former leurs confrères à la prescription, enfin nous sommes d’ores et déjà partenaires officiels des essai menés par Philippe Jaury.

Rejoignez-nous : notre nombre fera notre force pour la reconnaissance officielle de ce traitement qui peut sauver des milliers de vies chaque année. Nous avons crée dans ce but un dossier d’information disponible à la demande, des médecins de AUBES répondent sur les forums aux questions de leurs confrères et des malades.

Docteur Bernard Joussaume, président de AUBES


Marion Gaud Chargée de communication de l'association AUBES

POST-SCRIPTUM

  • 1) Traitement de l’alcoolisme : essai thérapeutique randomisé en double insu pendant un an en milieu ambulatoire du baclofène à haute dose versus placebo » – déposé par la Faculté de Médecine René Descartes – Responsable du projet P. Jaury- Projet validé par les Programmes Hospitaliers de Recherches Cliniques.
    2) Depuis 2004, il a publié de très nombreux articles et études dans les revues Alcohol and Alcoholisme, Jama, Lancet, Annales Médico- psychologiques etc.
    3) En 2008, seule une petite dizaine de prescripteurs étaient connus sur toute la France, les malades parcouraient parfois des centaines de kms pour avoir une ordonnance, achetaient la molécule en Espagne où elle est en vente libre où se fournissaient sur internet. Aujourd’hui, si un certain nombre de médecins acceptent de le prescrire, ils sont en général informés de son existence par leurs patients…
    4) Ameisen O, de Beaurepaire R. Suppression de la dépendance à l’alcool par le baclofène à haute dose : un essai en ouvert. Annales médico-psychologiques 2010 ;168:159-161. Alcool et baclofène : Etude de 132 personnes suivies pendant un an en ambulatoire (sur Paris,étude menée par Philippe Jaury) – Dr Constance Alexandre Dubroeucq
    5) 2 verres par jour pour les femmes, trois pour les hommes
    6) Des cas de personnes tentant de se suicider en prenant des doses de l’ordre de 2500 mg, soit 250 comprimés de 10 mg, ont connu un coma passager, sans aucunes séquelles.

SOURCES

  • Association AUBES. Association loi 1901enregistrée le 12/01/2010 à la préfecture du Var sous le n°W832004476
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
9 votes
par julie (IP:xxx.xx2.240.147) le 6 décembre 2011 a 18H21
julie (Visiteur)

AUBES c’est de l ’empathie à 200 % :)

Merci d’exister, de nous aider, de nous soutenir pendant le traitement. Toute une équipe y est là pour nous soutenir, dans la bonne humeur et avec de l’humour :)

C’est ici http://www.baclofene.fr/ n ’hésitez pas !

Julie

4 votes
par Sylvie Imbert (IP:xxx.xx6.225.131) le 8 décembre 2011 a 09H09
Sylvie Imbert, 5 articles (Rédacteur)

Encore une fois pourquoi les messages qui ne font pas l’éloge de aubes sont ils supprimés ? Le but de cet article est il d’informer les internautes sur le baclofène ou de recueillir une poignée de commentaires élogieux dont la spontanéité laisse songeur !

Un appel à la prescription est une excellente initiative. Il est clair que les malades alcooliques ne peuvent pas se permettre d’attendre le résultat de l’essai "bacloville" du Pr Jaury. Cet essai vient trop tard, ces résultats ne seront pas connus avant 2014. Quand on sait que 40 000 personnes meurent chaque année de l’abus d’alcool et qu’une solution existe, ça fait froid dans le dos.

Le baclofène marche très bien, les malades et leurs proches en témoignent sur notre forum http://www.baclofene.com Nous incitons les malades qui cherchent à se faire prescrire le baclofène à convaincre leurs médecins, ils y arrivent fréquement. Et nous mettons les médecins en contact avec les prescripteurs de la première heure, dont le premier d’entre eux : Olivier Ameisen. Cela marche ; pour peu que le protocole soit bien conduit, les malades guérissent en un ou deux mois de leur dépendance.

Sylvie - Association BACLOFENE - www.baclofene.org

3 votes
par philippe (IP:xxx.xx4.224.249) le 6 décembre 2011 a 19H32
philippe (Visiteur)

Merci pour cet article et surtout à l’association aubes pour tout le travail auprès des médecins qu’elle fait, c’est par ses actions sur le terrain que mon médecin en a appris d’avantage sur ce traitement et me l’a proposé lors d’une consultation. J’ai commencé le traitement le mois dernier et ma consommation d’alcool ne fait que réduire. Je revis et mon entourage aussi.

Encore merci !

Philippe M.

3 votes
par phaeva (IP:xxx.xx1.126.216) le 6 décembre 2011 a 19H51
phaeva (Visiteur)

Merci à AUBES ne m’avoir accompagnée et soutenue tout au long de mon parcours. Grâce au forum d’entre aide www.baclofene.fr, avec le soutien des membres mais aussi, ce qui est très important, d’un médecin toujours présent pour nous soutenir et nous conseiller pendant le traitement, je suis aujourd’hui sortie d’affaire.

Merci à AUBES et au forum ! Enfin les choses bougent !

3 votes
par Benji (IP:xxx.xx7.35.94) le 6 décembre 2011 a 20H07
Benji (Visiteur)

je ne suis qu’en debut de traitement, mais le soutien des personnes sur le forum www.baclofene.fr m’est d’une grande aide. J’ai eu beaucoup d’interrogations et j’ai pu poser toutes mes questions au médecin qui est là et qui m’a répondu, ce qui m’a enormément rassuré. Je ne peux que soutenir l’association aubes qui fait le maximum pour que ce traitement soit enfin reconnu. Je viens d’y adherer et je vous invite à faire de même ! http://www.alcool-et-baclofene.fr/

Un malade en voie de guérison

3 votes
par Smooch (IP:xxx.xx2.240.147) le 6 décembre 2011 a 20H08
Smooch (Visiteur)

Bonjour à tous, c’est sans hésitation que mon médecin a accepté lorsque je lui en ai parlé. En 3 mois à 160 mg j’ ai trouvé l’indifférence et une nouvelle vie :) Les effets secondaires ne sont rien par rapport à ceux de l’alcool.

AUBES est une association composée de malades mais aussi de médecins, venez nous y retrouver pour avoir toutes les informations dont vous avez besoin sur le baclofène.

Notre forum : www.baclofene.fr/

Le site AUBES : http://www.alcool-et-baclofene.fr/

Smooch - Association AUBES

3 votes
par Max (IP:xxx.xx2.240.147) le 6 décembre 2011 a 20H34
Max (Visiteur)

J’ai moi-même été soigné et maintenant je prends seulement 50 mg. Pendant le traitement j’ai été soutenu par toute l’équipe du forum de AUBES, je ne peux que les remercier www.baclofene.fr/

Je m’étais informé et j’avais apporté une partie des ces informations à mon médecin http://www.baclofene.fr/page_custom...

Merci pour à l’équipe pour tout le travail.

Je me suis aussi inscrit pour pouvoir aider et suivre l’information du baclofène http://www.alcool-et-baclofene.fr/

Vivement le prochain colloque de AUBES.

Max

3 votes
par Dracir (IP:xxx.xx7.188.43) le 6 décembre 2011 a 20H52
Dracir (Visiteur)

Bonjour,

Voici 15 ans que je suis alcoolique , je me suis rendu compte de ma maladie et j’ai commencé à réagir il y a maintenant 10 ans, j’ai fait confiance au corps médical, je suis allé en cure, j’ai vu des psys, j’ai été traité avec l’acamprosate le révia et autres médicaments, anxiolitiques, neuroleptiques etc.. au bout de 10 ans je suis en rechute permanente, ces dernières sont de plus en plus sévères. Après avoir lu le livre du docteur Ameisen Je me suis tourné récemment vers l’association Aubes, je me heurte à la réticence de mon médecin traitant, de mon psychiatre, du centre d’addictologie de la ville ou j’habite, les propos sont virulents, indignes du corps médical. Grâce à l’association Aubes j’ai réussi à trouver un médecin qui m’a prescrit du Baclofène, je ne démarre le traitement que demain, je témoignerais des résultats sur le forum de l’association. cordialement

3 votes
par Vitali (IP:xxx.xx6.102.213) le 6 décembre 2011 a 21H18
Vitali (Visiteur)

AUBES c’est un forum où on peut trouver le vrai soutien et l’info très utile. Je viens d’adhérer, mais j’ai déjà senti l’atmosphère très encourageante et chaleureuse : http://www.alcool-et-baclofene.fr/

Je tiens à remercier http://www.alcool-et-baclofene.fr/

Cordialement

5 votes
par Duglandu (IP:xxx.xx1.162.18) le 6 décembre 2011 a 21H22
Duglandu (Visiteur)

Sans AUBES, je serais peut-être mort, surement divorcé. Merci à eux pour ce qu’ils font.

3 votes
(IP:xxx.xx6.161.101) le 6 décembre 2011 a 21H31
 (Visiteur)

Bonjour à tous

Alcoolique depuis un certain nombre d’année, c’est très récemment que je suis sorti du déni et ai décider de réagir. Après nombre recherches sur internet et à la suite de la lecture du "Dernier verre", je me suis inscrit sur le site de Aubes. Que du bonheur. Des gens comme moi avec le même vécu et surtout les mêmes attentes, sans jugement et nous apportant une aide véritable et sans faux semblants.

Vous qui me lisez, si vous êtes dans le même cas que nous, ou si vous connaissez des proches dans la souffrance, répandez la bonne nouvelle, le traitement traitant la maladie alcoolique existe, il s’appelle Baclofene et il m’a guéri.

3 votes
(IP:xxx.xx6.45.124) le 6 décembre 2011 a 22H35
 (Visiteur)

Bonjour, Ma psy m’en a parlé, je me suis renseigné (notamment grace a AUBES : http://www.alcool-et-baclofene.fr/) j’en ai parlé a mon médecin, il m’a dit OK, je suis sur le bon chemin, ma consommation déja divisée par deux..Mon médecin m’a dit aujourd’hui qu’il était tres confiant et attendait mes résultats pour le prescrire a d’autres patients qu’il ne savait pas guérir autrement.. il me fait confiance pour gérer la répartition de mes prises et nous apprenons ensemble, grace au forum www.baclofene.fr/. comme m’a dit mon médecin :"on envisage une porte de sortie" !! Pierre

5 votes
par Cécile (IP:xxx.xx0.198.128) le 6 décembre 2011 a 23H14
Cécile (Visiteur)

Bonsoir,

Tout d’abord, je voudrais dire un grand merci pour cet article.

J’ai souffert pendant de longues années de cette terrible maladie : l’alcoolisme. Après avoir lu le livre du Docteur Olivier Ameisen, j’ai découvert le forum de Aubes. J’ai rencontré un soutien, une ambiance ainsi qu’une aide médicale rares.

Je suis guérie depuis plus d’un an et ne je ne bois qu’un verre de temps en temps sans vider la bouteille ensuite. Quelle que soit la situation de stress, d’angoisse, je n’ai plus la réaction de boire pour aller mieux. Je ne réponds plus à mes pulsions parce qu’elles n’existent plus. Je ne repousse pas la tentation parce qu’elle n’existe pas.

Pour preuve de ma guérison, j’ai témoigné à visage découvert au Journal de Mr Pujadas sur la 2 avec un autre membre guéri lui aussi. Vous pouvez voir cette vidéo sur : http://www.forum-baclofene.fr/

Sur Aubes vous trouverez d’autres témoignages de guérison, des membres en traitement, des médecins, et un soutien important. Tout ce dont on a besoin avec le Baclofène pour arrêter à jamais cette addiction sans souffrir de l’abstinence.

Cordialement

Cécile

1 vote
par shaoline (IP:xxx.xx3.118.131) le 7 décembre 2011 a 08H11
shaoline (Visiteur)

J’ai découvert le forum http://www.baclofene.fr/ il y a maintenant 9 mois, j’ai lu tous les témoignages, écouté les suggestions de chacun avant de pousser la porte de mon médecin traitant le 4 novembre. Elle connaissait mon problème d’alcool, que dis je, mon calvaire de 20 ans avec l’alcool. C’est donc avec un réel enthousiasme qu’elle m’a prescrit le baclofène. Elle y croit et est persuadé que ma guérison viendra de celle molécule. Moi aussi j’y crois. Je suis aujourd’hui à 75mg, je ne suis pas indifférente mais je n’ai pour le moment plus envi de boire. Je n’ai pour ma part aucun réel effet indésirable, et j’en suis ravie. Je continue tous les jours à aller sur le site http://www.alcool-et-baclofene.fr/ à m’imprégner des suggestions des uns et des autres, à témoigner de mon parcours. Quand on a vécu avec un tel poison dans les veines durant tant d’années, on se dit que la fin du calvaire n’est plus trop loin, Merci Olivier Ameisen, merci à l’association AUBES

6 votes
par Yves BRASEY (IP:xxx.xx1.139.61) le 7 décembre 2011 a 13H00
Yves BRASEY (Visiteur)

Je soutiens Sylvie Imbert à 100 %. Elle est Présidente de l’Association Baclofène et son commentaire a été supprimé ! Seuls restent les commentaires racoleurs, publicitaires et ANONYMES de ceux qui renvoient sur Aubes ou son forum ! Le meilleur c’est quand même celui de DUGLANDU !

Yves BRASEY Vice-Président Association Baclofène. www.baclofene.org et www.baclofene.com pour le forum.

7 votes
par clara (IP:xxx.xx1.90.148) le 7 décembre 2011 a 13H48
clara (Visiteur)

Je me présente, Clara malade alcoolique pendant 20 ans et guérie depuis 12 ans, je me dis guérie car j’ai horreur du mot abstinente et j’ai une telle haine contre cette drogue dure contre laquelle j’ai dû mener un combat sans merci pendant 2 ans dans la violence et la souffrance qu’il me reste une haine qui ne me quittera jamais. J’ai mener aussi un autre combat contre le tranxène 50 simple benzodiazépine donné par un généraliste pendant 2 ans, alors qu’on ne doit le donner que 12 semaines maximum, une vraie galère pour en sortir, ça m’a pris 6 mois de souffrance à nouveau. Ensuite je suis rentrée comme bénévole dans une asso de lutte contre l’alcoolisme et d’ aide et soutien aux malades, j’allais à 4 réunions par mois et me rendais dans les centres de sevrage pour rencontrer les malades. Je me suis vite rendue compte que je revoyais souvent les mêmes, certains rechutaient dès leur sortie, en réalité en 10 ans de bénévolat sur un grand secteur je n’en ai vu que 4 qui ont réussi à s’en sortir et que de misère. En mai 2009 mon meilleur ami a fait une rechute après 7 ans de sobriété alors que j’étais à l’étranger et c’est en septembre qu’il m’en a parlé et m’a dit avoir été soigné au baclofène, à partir de là j’ai chercher par tous les moyens à me renseigner et lorsqu’il m’a indiqué le site http://www.alcool-et-baclofene.fr/ j’ai commencé à lire les messages et à me documenter comme je suis insomniaque j’y ai passé la nuit entière, on y parlait beaucoup d’un livre d’un certain Docteur Ameisen qui avait fait une découverte qui lui avait permis de guérir de l’alcool rien qu’ en prenant le baclofène, alors là de suite j’ai commander le livre et 2nuits plus tard je l’ai lu d’une traite, ça m’a remuée car je me suis retrouvée dans son parcours d’alcoolique, dans ses souffrances, ses désespérances, j’en pleurais encore 11 ans plus tard et puis il a réussi, il a vaincu la maladie tout seul et a voulu en faire profiter tout le monde. Mais la France a toujours un wagon de retard, les alcoologues, les médecins, les psy, le personnel de santé dans sa totalité n’en veut pas du baclofène les alcooliers et leur lobby si puissant n’en veulent pas non plus. Ils s’en fichent que chaque jour 120 personnes meurent de l’alcool, les alcooliques les font vivre, certains s’enrichissent même et voilà l’affaps qui nous fait son caca chinois en interdisant aux généralistes de prescrire le baclofène et en faisant peur aux pharmaciens, attention n’en donnez pas, sinon... mais dans toute cette pagaille il y a toute même quelques personnes bien, d’abord le Dr Renaud de Beaurepaire psychiatre standard comme il dit avec modestie, il était tout seul pour s’occuper des alcooliques, mais ce n’est pas une maladie contagieuse que je sache, j’ai énormément d’estime pour lui et de reconnaissance car si j’ai eu la force et la chance d’aller jusqu’au bout de mon combat, 45 000 personnes meurent de l’alcool chaque année en France. Mon dieu mais j’écris un roman, avant de vous quitter je voudrais vous citer le premier généraliste français qui a prescrit le baclofène aux malades alcooliques, c’est mon Président puisque je suis adhérante et sympathisante à l’association Aubes http://www.alcool-et-baclofene.fr/ donc mon Président a créée lAssociation précitée et il a créé également le forum qui reçoit actuellement jusqu’à 3000 visiteurs par jour, une formidable équipe fait tourner tout ça, Le Dr Joussaume que j’appelle avec respect mon docteur chouchou est la mascotte du forum, il répond aux questions des malades avec un humour qui peut surprendre, rien que pour cela venez faire un tour sur notre forum et vous chercher : questions au Docteur , nous vous attendons : http://www.baclofene.fr/portal.php Clara qui aurait tant voulu bénéficier du baclofène

2 votes
par Gérald (IP:xxx.xx2.198.238) le 7 décembre 2011 a 13H56
Gérald (Visiteur)

J’ai découvert le baclofène en mars 2010 alors que j’étais au fond du trou et j’avais tout essayé... Et voilà que depuis que je prend ce médicament je ne consomme plus d’alcool depuis juillet 2010... Alors vite messieurs dames qui décidaient de l’AMM laissé nous nous soigner dans de bonne conditions, sans que l’on ai besoin de se battre pour qu’on nous précrive le baclofène... http://www.baclofene.fr/

5 votes
par mell (IP:xxx.xx0.86.159) le 7 décembre 2011 a 14H05
mell (Visiteur)

Bonjour,

Tout d’abord un très grand merci à OLIVIER AMEISEN et au forum :www.baclofene.org , qui nous ont permis à mon mari et toute notre famille de sortir de cet enfer qu’est la dépendance à l’alcool. Le soutien et l’aide inestimable du forum et de ses dirigeant sylvie imbert ,yves brasey etc... , associé au baclofène ont mit fin aux souffrances et aux ravages de l’alcool dans notre famille.

Alors un grand merci à tous et vive le BACLOFENE !!

MELL www.baclofene.org

1 vote
par hbb (IP:xxx.xx0.50.33) le 7 décembre 2011 a 15H40
hbb (Visiteur)

Notre fils a 38 ans ; il est alcoolique. Nous luttons à ses côtés depuis près d’un an. Nous avons découvert l’existence du baclofène au mois d’août, par hasard, après des mois de souffrance, d’errance, de sentiment d’abandon et d’immense solitude, que nous pourrions longuement évoquer. Nous avons cherché des renseignements au sujet de ce fameux produit, avons ainsi fait la connaissance du site Aubes (http://www.alcool-et-baclofene.fr/) et lu le fabuleux récit d’Olivier Ameisen (Le Dernier Verre). Nous avons ainsi découvert qu’il est efficace, selon de nombreux témoignages de malades et de médecins, que les malades revivent. Nous avons réussi à trouver, dans la jungle médicale, imbue, intéressée, pleine d’orgueil, frileuse et sans cœur, un médecin, puis un psychiatre qui en ont prescrit. Mais la façon de traiter, en augmentant lentement les doses, jusqu’à atteindre celle qui convient à chaque MALADE pour parvenir l’indifférence (bien plus extraordinaire et rêvée que l’abstinence) et la sérénité, très variable d’un individu à l’autre, souvent bien supérieure au maximum légalement autorisé, n’est pratiquée ni par l’un, ni par l’autre, par peur d’être hors la loi (par contre, ceux qui vendent de l’alcool ne le sont pas).

Il a donc fallu procéder à l’automédication, avec l’inquiétude que cela représente, pour arriver à un résultat surprenant, épatant, au mois d’octobre, toujours avec l’aide d’Aubes. C’était si beau, si nouveau, si réussi, que notre fils s’est pensé sorti d’affaires par la seule force de sa volonté. Il a arrêté le traitement début novembre. L’alcool a repris son travail de destruction avec une force dévastatrice et une ampleur inégalée. Il en est à plus d’un litre de Vodka par jour et approche doucement et dangereusement les 2 litres. Il a perdu l’appétit. Il souffre, physiquement et moralement. Je n’ose imaginer à quel point son corps et son cerveau se détruisent à chaque bouteille.

Il a fallu reprendre le traitement médical à zéro. Aucune aide, depuis que notre fils est trop alcoolisé pour aller consulter. Heureusement, nous continuons à échanger, glaner les conseils de malades guéris ou en voie de l’être sur le forum d’Aubes (http://www.baclofene.fr/) ; et nous recourons régulièrement à ceux du fabuleux médecin de l’association, à la générosité, à la force de conviction et à la disponibilité remarquables.

Les précédentes expériences d’hospitalisation ont été d’une telle violence qu’il ne veut plus y avoir recours. En 24 heures, il doit avoir une demi-heure de semi-conscience, fortement obscurcie par les effets de l’alcool : juste de quoi aller s’approvisionner en « poison », devenu « vital » de façon paradoxale. SOS médecin s’est déplacé, une nuit. On refuse de revenir :" il a la chance de vous avoir. Réconfortez-le, restez près de lui". Voilà qui soigne ! Les généralistes n’ont pas le temps d’une visite à domicile. Son psychiatre refuse que nous l’amenions aux urgences de l’hôpital où il exerce : Il pourrait pourtant intervenir facilement et prendre notre fils en charge de façon efficace ! Tous nous renvoient vers le 15 : notre fils menace de se suicider si nous appelons les pompiers ou la Police, étant donné les traumatismes subis cet été. Et je sais qu’il le fera, car il a souvent des propos inquiétants. Nous avons réussi à ce qu’il prenne un rendez-vous au dispensaire de Villejuif… Le 21 décembre !!! Dans quel état sera-t-il, s’il n’est pas soigné d’ici-là ? Sera-t-il en mesure de s’y rendre ?

Lorsque nous demandons du secours aux multiples médecins généralistes des alentours, personne ne veut nous aider à continuer le traitement par Baclofène : Eux : - : « je ne suis pas compétent ! » Ou alors « Dans de telles quantités ? Mais nous ne pouvons pas prescrire hors AMM ». Nous :-« Nous le savons, aucun problème pour payer les boîtes sans remboursement. » Eux :-« Nous risquons des remontrances, des pénalités… ». Nous :-« Des remontrances ?des pénalités ? Par rapport à la vie d’un homme ? Il signera une décharge… » Autre argument révoltant : « Il FAUT que votre fils prenne rendez-vous, se déplace ! Il est majeur ! » Oui, il est majeur, mais tellement imbibé qu’il ne tient pas debout. Tout cela frise la non-assistance à personne en danger !

Quand donc l’alcoolisme sera-t-il considéré comme une MALADIE, au même titre que l’infarctus, le cancer, le diabète, la tension ? Qui dit maladie dit traitement, protocole. Le traitement EXISTE. Pourquoi le refuser ?

On vient au secours d’un homme qui a un malaise cardiaque, d’un dépressif suicidaire. On laisse tomber un alcoolique : il faut qu’il se prenne en charge !!! Est-ce qu’un cardiaque en crise, un cancéreux en phase terminale, un dépressif au bord du suicide se prend en charge ? Quel danger y aurait-il à essayer le baclofène, à domicile dans notre cas, avec notre aide ? Nous sommes disponibles et prêts à accompagner, à jouer les infirmiers, à surveiller la prise du remède. Notre fils est prêt à signer la décharge. il recevrait conseils et arguments pour y croire et s’y accrocher, dans les périodes de doute. Ce serait, en outre, une étude intéressante pour la science.

Les suites de l’alcoolisme sont sans fin et, sans parler des dégâts sur la vie professionnelle et privée ainsi que sur l’avenir à moyen terme et long terme, le coût à venir pour la Sécurité Sociale a déjà été important (consultations vaines, frais de cures, d’hospitalisation -1300€ pour une nuit à l’Hôpital , sans soins- remèdes inefficaces que notre fils et tant d’autres ont dû ingurgiter, sans AUCUN résultat) et sera considérable (risque de cirrhose, cancer du pancréas, du foie, de la gorge, et j’en passe) alors qu’il suffirait d’essayer, en parallèle à l’étude scientifique, sur des malades volontaires et signant cette décharge, ce fameux traitement, qui, de surcroît, ne coûtera rien à la Sécurité Sociale puisque non remboursé. Quel est le risque ? Des effets à long terme ? Seront-ils vraiment plus graves que ceux, connus pour être terribles, d’un litre et demi de vodka par jour ? Les malades, traités au baclofène en neurologie, depuis 40ans avec des doses très importantes, n’ont subi aucune suite douteuse. Pourquoi y en aurait-il en alcoologie ? Et sommes-nous si tranquilles sur les effets des benzodiazépines, inefficaces ?

Comprenez la détresse dans laquelle nous nous trouvons, nous, comme tant d’autres, dans ce pays où la médecine est sensée être la meilleure du monde, de voir notre fils se détruire, dans le mépris, sans recours, sans soins cohérents à domicile (on assiste bien les vieilles personnes), alors qu’il est père de deux enfants, qu’il en a perdu la garde tant qu’il ne sera pas GUERI, que sa femme l’a quitté, et qu’il est en train de perdre sa santé, sa situation (il est graphiste indépendant : pas de congés maladie !), son avenir, sa dignité, alors que nous avons presque touché au but, voici un mois. Montrez un peu d’humanité, de compassion, d’amour des autres et de votre beau métier : PRESCRIVEZ ! De votre décision dépendent des VIES. N’est-ce pas l’essence du serment d’Hippocrate ? hbb

4 votes
par Sylvie Imbert (IP:xxx.xx3.7.37) le 7 décembre 2011 a 19H15
Sylvie Imbert, 5 articles (Rédacteur)

A tous ceux qui veulent faire bouger les choses dans ce domaine, je ne peux que vous inviter à signer la pétition le SCANDALE de baclofène, obtenons au plus vite une extension de l’AMM http://liencs.fr/040

Pour que les médecins puissent prescrire en toute sécurité, pour que plus aucun ne refuse en s’abritant derrière l’absence d’AMM

Sylvie - Association BACLOFENE - http://www.baclofene.org

2 votes
par Clara (IP:xxx.xx1.90.148) le 9 décembre 2011 a 01H39
Clara (Visiteur)

Bonjour, que vous dire sinon que je suis complètement bouleversée après vous avoir lu et révoltée envers ces médecins qui ne font rien pour sauver votre fils alors qu’ils pourraient prescrire le baclofène et et le sauver, j’imagine votre désespoir et votre solitude et si je peux faire quelque chose, n’hésitez pas, j’habite tout près de Bordeaux. Je ne peux vous offrir que ma sympathie et mon soutien dans votre détresse mais j’aimerai tellement faire plus.

Amitié

Clara

0 vote
par hbb (IP:xxx.xx1.205.79) le 11 décembre 2011 a 15H17
hbb (Visiteur)

Merci, Clara, pour ces lignes remplies de sympathie et de compassion. Figurez-vous que quelques heures après avoir envoyé ce message, le baclofène a eu raison de la Vodka, au passage entre 220 et 230 mg par jour. Notre fils a accepté d’arrêter, dans la nuit. Nous étions tout près d’appeler les pompiers tellement il était allé loin.

Le sevrage se passe étonnamment bien, sans douleurs atroces, sans angoisses terribles. Les idées et l’élocution sont claires (rien à voir avec les sevrages au Valium !), pas de delirium tremens. L’appétit revient doucement. Le sommeil nocturne est un peu perturbé. La seule idée de la Vodka et de son odeur lui donne la nausée. Nous espérons que la stabilisation ne verra pas de rechute… L’envahisseur qu’est l’alcool se manifeste encore par quelques effets, fort invalidants et destructeurs par rapport à la seule grosse fatigue attribuée au baclofène, (Et encore ! Est-ce vraiment la faute du baclofène et non de la Vodka ?), comme la perte de la notion du temps, ou des rêves un peu trop présents, qui induisent de l’angoisse. Ultime sursaut de la bête ?

J’ai bien sûr tout de suite avisé le médecin d’Aubes et j’attends ses conseils, pour savoir comment procéder maintenant, en attendant de trouver un médecin… Merci encore et toujours à Aubes : (http://www.baclofene.fr/ et http://www.alcool-et-baclofene.fr/)

Que cela appuie à nouveau ma requête : l’indifférence semble atteinte. Et si nous ne trouvons pas de médecin prescripteur ? Devrons-nous accepter de le voir sombrer à nouveau, encore plus bas ? Messieurs les médecins, PRESCRIVEZ, je vous en conjure, pour que nous puissions enfin vivre sans cette menace perpétuelle, que tous puissent retrouver une vie cohérente sans les chaînes de l’alcool et que notre exemple puisse servir à d’autres personnes ou d’autres familles dans la peine et le désespoir !

1 vote
par maryphi (IP:xxx.xx7.160.15) le 7 décembre 2011 a 16H22
maryphi (Visiteur)

bonjour alcoolique depuis 17 ans j’ai demande a mon médecin de me prescrire du baclofene ce qu’il a fait sans hésiter a petite dose le 26/06.Je me suis inscrite a AUBES le 7/09 Pour avoir des conseils du soutien ce qu’ils ont fait.Aujourd’hui je suis abstinente depuis le, 26/11 et sans leurs soutiens je pense sincèrement que j’aurai baisse les bras http://www.baclofene.fr/ m’a aide a m’en sortir UN grand MERCI au médecin a smooch et changescript pour leur savoir et leur tolérance face a la maladie Je n’hésite pas une seconde quand a dire pour les futurs baclofiens d’aller http://www.alcool-et-baclofene.fr/ pour avoir un peu d’amour et d’amitiés dans ce monde de brute et d’intolerence

2 votes
par Barbarians (IP:xxx.xx7.60.131) le 7 décembre 2011 a 19H47
Barbarians (Visiteur)

Je veux moi aussi apporter ma petite pierre à l’édifice,il faut impérativement soutenir les familles et les malades afin de combattre ce fléau et je veux remercier l’ ass AUBES pour son travail remarquable sans qui rien n’aurait été possible.Je les soutien et c’est grace à eux et le forum www.baclofène.fr que j’ai pu commencer mon traitement qui m’entraine vers la guérison.

2 votes
par Clara (IP:xxx.xx1.90.148) le 8 décembre 2011 a 14H28
Clara (Visiteur)

C’est aux médecins que je m’adresse. Le serment d’Hippocrate dit : Je donnerai mes soins à l’ indigent et à quiconque me le demandera. Je ferai tout pour soulager les souffrances. Nous ne pouvons que constater à "Aubes" que ce serment n’est pas respecté puisque les alcooliques se voient refuser le seul traitement qui peut les guérir et c’est une honte au 21è siècle de voir des choses pareilles, imaginez que les tuberculeux se soient retrouvés dans le même cas si on avait fait autant d’histoires avec la pénicilline. L’alcool est destructeur, les conjoints partent avec les enfants, vous perdez votre travail, votre logement, l’alcool vous prend tout et l’alcool TUE 120 personnes tous les jours en France et un traitement à ce jour peut guérir un malade alcoolique, il est donné par des médecins, des vrais, des humains quoi ,depuis 1998 et vous savez quoi : ce traitement marche 80% de réussite, des milliers de malades prennent du Baclofène mais pour beaucoup c’est le parcours du combattant pour en avoir et ce n’est pas normal, je suis révoltée quand je vois que l’on s’acharne à soigner les malades alcooliques comme il y a 50 ans en les bourrant de ces cochonneries de benziodiazépines qui sont également des drogues qui rendent dépendant, j’en ai pris je peux donc en parler, les centres de soins où on les envoie coûtent une petite fortune chaque année à le SS et tout cela pour 20% de réussite. Pourquoi les associations d’anciens buveurs qui luttent contre l’alcoolisme et qui sont sensées apporter aide et soutien aux malades alcooliques ne se manifestent pas tout en sachant que le baclofène marche ?????? J’étais dans l’une d’elle depuis 12 ans en tant que membre actif bénévole et vous savez quoi : on m’a interdit de parler du baclofène aux malades qui bien entendu n’ont pas internet chez eux, on m’a obligé de choisir entre l’Association Aubes et eux, on m’a interdit de les citer, POURQUOI ??? J’ai choisi sans aucune hésitation "Aubes" qui est la toute première association qui s’est constituée en faveur du Baclofène en france et je fais du Baclofène mon cheval de bataille.

Professeur Olivier Ameisen, je me joins à tous les malades alcooliques pour vous dire du fond du coeur MERCI

Clara http://www.alcool-et-baclofene.fr/

3 votes
par josiane girardin (IP:xxx.xx3.123.184) le 8 décembre 2011 a 20H16
josiane girardin (Visiteur)

Mon fils, après avoir tout essayé pour s’en sortir, est devenu indifférent à l’alcool après un an de traitement par le baclofène...merci infiniment au forum : http://www.baclofene.fr sans son aide précieuse je n’aurais pas eu la force d’accompagner mon fils sur le chemin de sa guérison et un immense merci à l’association AUBES : www.alcool-et-baclofene.fr

2 votes
par Viva (IP:xxx.xx7.115.13) le 9 décembre 2011 a 00H09
Viva (Visiteur)

Merci Dr Olivier Ameisen, d’avoir fait la découverte du siècle qui a permis de guérir des milliers de personnes de cette horrible maladie.

Faites en sorte que les choses avancent, pour pouvoir sauver les milliers qui n’ont pas accès au baclofène, en signant la pétition : http://liencs.fr/040, afin d’obtenir une extension de l’AMM au plus vite. URGENT.

Merci à vous tous

Viva www.baclofene.org

0 vote
(IP:xxx.xx2.186.16) le 9 décembre 2011 a 06H50
 (Visiteur)

Le refus de prescription génère une révolte (justifiée), pour nous dépendant de cette drogue en vente libre, que dis-je ??? Vente encouragée par tant de pub... Il est vrai que l’enjeu financier est de taille !!! Malade alcoolique depuis 2008, c’est mon médecin traitant qui m’a parlé du baclofène, j’ai bien conscience de la chance inouie de cette ouverture d’esprit de sa part ! J’ai d’abord lu O. Ameisen, non, je l’ai dévoré... Il décrivait avec tant d’exactitude ces pulsions, dites "craving"... Après 2 cures, de nombreuses rechutes sérieuses, malgré un suivi en centre d’adictoologie et des essais de traitements (là j’ai essayé toutes les molécules !!!), un investissement dans diverses associations, qui m’apportent beaucoup mais restent hostiles au baclo, je me suis connectée sur le forum http/www.baclofène.fr , et voilà je me suis lancée... J’ai commencé le traitement depuis oct., je gère déjà mieux mes pulsions (à noter que j’étais abstinente depuis un an, avec des "écarts" quand le craving dépassait ma volonté, là j’entrevois une issue, avec moins de souffrance. (Ouf !) Mon médecin s’est mis en contact avec ses confrères du forum, c’est vous dire l’intérêt qu’elle porte à ses patients ! Les malades doivent avoir confiance en leur médecin, mais la réciproque est valable aussi. Enfin, c’est mon avis ! Nous savons mieux que personne, ce qui nous apaise. Si mon témoignage peut apporter une lueure d’espoir.... Un grand MERCI à AUBES, sans qui...

1 vote
par La hulotte (IP:xxx.xx4.94.83) le 10 décembre 2011 a 01H10
La hulotte (Visiteur)

« Je soutiens Sylvie Imbert à 100 %. Elle est Présidente de l’Association Baclofène et son commentaire a été supprimé ! Seuls restent les commentaires racoleurs, publicitaires et ANONYMES de ceux qui renvoient sur Aubes ou son forum ! Le meilleur c’est quand même celui de DUGLANDU ! Yves BRASEY Vice-Président Association Baclofène »

Aaahhh oui, Yves BRASEY, je t’avais presque oublié... Pourquoi emploies-tu désormais des propos injurieux pour t’adresser à nous, après nous avoir si longtemps léché les bottes chez http://www.baclofene.fr/? ? Bonne initiative de ta part de soutenir Madame Sylvie IMBERT, elle en a bien besoin, en effet, avec sa pétition qui n’a pas lieu d’être. Elle n’a d’ailleurs pas hésité à venir nous RACOLER afin de glaner quelques signatures. As-tu oublié, Cher Yves, qu’avant de te retrouver chez Sylvie IMBERT, par défaut, tu étais venu, toi aussi, chez nous http://www.baclofene.fr/ pour prêcher TA bonne parole. Personne, pas moi en tout cas, ne s’est laissé berner par tes faux-semblants. Que de la poudre aux yeux ! Désormais, et ça n’implique QUE MOI, je suis ravie que tu sois parti sévir ailleurs !!

Bonne route à toi joyeux drille !

La hulotte, Aline, qui n’est pas une anonyme et membre actif de http://www.alcool-et-baclofene.fr/. association présidée par le Docteur Bernard JOUSSAUME, association juste là pour sauver des vies.

0 vote
par Blasius (IP:xxx.xx1.66.150) le 10 décembre 2011 a 15H39
Blasius (Visiteur)

Bonjour

Magnifique. Deux associations qui "cherchent" le même but.

Mais je ne sais pas par quelle circonstance, ces deux associations se tirent dans les jambes.

En principe, je pense que le Prof. OA devrait être intéressé par le développement de la pub pour sa thérapie et au fond ce sera dans son intérêt (il y déposé deux brevets en Amérique) qu’il mettra les deux associations ensemble pour aller dans la même direction.

Autrement toute cette affaire "baclofène pour la guérison des troubles d’alcoolisation" est un ... pet dans l’eau.

Blasius

0 vote
par Thierry Pichon (IP:xxx.xx0.92.211) le 10 décembre 2011 a 17H56
Thierry Pichon (Visiteur)

Je n’ai désormais plus de doutes là-dessus : Il faut une réconciliation, un pacte sacré, entre Marion Gaud et Sylvie Imbert. Faites donc la paix... pour le bien-être du baclofène.

1 vote
par Blasius (IP:xxx.xx1.65.184) le 11 décembre 2011 a 10H08
Blasius (Visiteur)

Bonjour Thierry

Une réconciliation, je ne crois pas que cette solution sera possible.

Il y a une chose à envisager. Et ce sera beaucoup plus simple.

Le forum de Sylvie Imbert pourra à n’importe quel moment être "fermé". Son forum est tout simplement "non conforme"

Un forum avec des conseils médicaux qui parle surtout de posologie sans un professionnel de médecine dans la modération, je trouve que c’est inadmissible.

Je trouve qu’avec le forum de Sylvie Imbert c’est surtout le Prof. OA qui se rend ridicule.

Il me semble qu’il "conseille" Sylvie Imbert et de cette manière l’effort qui était fait par AUBES ne servira bientôt à plus rien.

Vu de l’extérieur, je trouve que le Prof. OA s’est tiré lui-même dans ses jambes.

Ce n’est pas bien dramatique, c’est souvent le cas pour les malades de troubles d’alcoolisation ou des ex-malades de ces troubles. Je peux y parler. Je suis dans ce club.

Blasius