Accueil du site
> Médicaments & Soins > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Les tranquillisants favoriseraient Alzheimer
Les tranquillisants favoriseraient Alzheimer
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
29 septembre 2011 | 2 commentaires
Auteur de l'article
Patrick Rollo, 495 articles (Rédacteur)

Patrick Rollo

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
495
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Les tranquillisants favoriseraient Alzheimer

Les tranquillisants favoriseraient Alzheimer

Selon les premiers résultats d’une étude publiée dans le dernier numéro du magazine Sciences et Avenir, 16 000 à 31 000 cas de maladie d’Alzheimer déclarés en France seraient dus aux anxiolytiques et somnifères. Dans cette configuration, la maladie dégénérative serait attribuable aux benzodiazépines ou molécules apparentées telles que Valium, Témesta, Xanax, Lexomil, Stilnox, Mogadon ou Tranxène. L’auteur principal de l’étude, le professeur Bernard Bégaud, affirme que « cette affaire est une vraie bombe, mais les décideurs n’ont pas l’air de le réaliser ».

L’étude menée par l’équipe de Bernard Bégaud, pharmaco-épidémiologiste à l’Université de Bordeaux, résonne comme un coup de semonce dans le monde de la santé publique, encore en convalescence suite à l’affaire du Mediator. Les premiers éléments des travaux scientifiques suggèrent en effet que la consommation régulière de tranquillisants et de somnifères est susceptible de déclencher la maladie d’Alzheimer. Pour arriver à leurs constatations, Bernard Bégaud et ses collaborateurs ont suivi sur plusieurs années 3 777 patients de 65 ans et plus ayant pris des benzodiazépines. Résultat : Le risque d’apparition de la maladie serait accru de 20 à 50% suite à la prise sur le long terme de traitements de ce type.

Sous réserve de confirmation, ces éléments sont d’autant plus inquiétants que 120 millions de boites de ce type de produits sont vendues chaque année dans l’hexagone. Et, comme le rappelle Sciences et Avenir, la France consomme cinq à dix fois plus d’hypnotiques et d’anxiolytiques que ses voisins européens. Bernard Bégaud rappelle par ailleurs que « l’étude qui vient d’être révélée est la neuvième d’une série qui, majoritairement, va dans le sens d’une association entre la consommation au long cours de tranquillisants et somnifères et la maladie d’Alzheimer ».

Et pour l’intéressé, le monde ne tourne plus rond puisque « dans l’affaire du Mediator, on parle de 500 à 2000 morts en 30 ans. Avec les benzodiazépines, du fait de la consommation forcenée dans la population âgée, c’est beaucoup plus ». Face à cet "effet d’annonce", Le Docteur Bernard Croisile, neurologue et chef du service de neuropsychologie au CHU de Lyon souhaite néanmoins tempérer la situation : « L’auteur met en évidence une association, un lien. Pas une explication. La nuance est majeure. De plus, comme il le concède lui-même, il ne fournit aucune explication physiopathologique »… De quoi rassurer quelque peu les patients qui ont recours aux traitements mentionnés.
 

Inscrivez-vous à la newsletter !
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
0 vote
par tousensemble (IP:xxx.xx1.153.105) le 30 septembre 2011 a 16H57
tousensemble (Visiteur)

MYOLASTAN...XANAX...LEXOMIL...

je vérifie ces dires auprès de mr le député socialiste BAPT PRESIDENT D’ HIPPOCRATE (mediator...) ET PRESIDENT AUSSI DE LA COMMISSION MEDIATOR...

0 vote
par Annie (IP:xxx.xx9.144.107) le 30 septembre 2011 a 17H07
Annie (Visiteur)

Effectivement, sous réserve de confirmation, parce que pour citer encore le Dr Croisile, cette étude n’a pas été soumise à un comité de lecture et n’a pas été publiée dans une revue scientifique. Par ailleurs, le lien entre dépression et alzheimer a été souligné par de nombreuses études. Il s’agit ici de sensationnalisme, avec un titre racoleur, et qui ne prouve rien. Il est dommage que vous vous en fassiez l’écho avant d’en savoir un peu plus.