Accueil du site
> Médicaments & Soins > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Les Psychotropes : Produits toxiques ?
Les Psychotropes : Produits toxiques ?
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
3 février 2012 | 14 commentaires
Auteur de l'article
Clojea, 5 articles (Rédacteur)

Clojea

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
5
nombre de commentaires
0
nombre de votes
1

Les Psychotropes : Produits toxiques ?

Les Psychotropes : Produits toxiques ?

50% des médicaments aujourd’hui sur le marché sont inutiles et 12% sont potentiellement dangereux.

Selon le rapport remis par les professeurs Debré et Even au Président de la République, ces chiffres sont alarmants. De plus, près d’une centaine de psychotropes viennent d’être mis sous surveillance renforcée. Cela suffira-t-il à freiner les dérives d’un lobby apparemment plus soucieux de générer des milliards de bénéfices annuels que de déontologie médicale ? 9 psychotropes exactement, ainsi que la classe entière des antidépresseurs inhibiteurs de la recapture de la Sérotonine * soit 85 produits, figurent sur la liste des médicaments à risque publiée par l’AFSSAPS. Autrement dit, prendre l’un de ces psychotropes peut entraîner des conséquences dommageables voire grave sur la santé.

Mais au moins guérissent-ils l’esprit ? *(Neurotransmetteur dont le déficit serait, pour les psychiatres, une des causes de l’apparition de la dépression. Cette classe d’antidépresseurs augmente le taux de Sérotonine en diminuant sa recapture par le neurone émetteur) La question mérite d’être posée, car dans notre société, la psychiatrie est supposée prendre en charge les troubles du mental. Or, la psychiatrie dispose actuellement de trois « remèdes » : L’enfermement, les électrochocs et les psychotropes. Personne ne s’imagine que l’enfermement ait une valeur thérapeutique. Il s’agit de protéger la société des agissements de la personne et aussi de la protéger d’elle-même. Personne, à l’exception de quelques « purs et durs », ne s’imagine que l’électrochoc, aujourd’hui rebaptisé sismothérapie, (Ca fait plus chic….mais tout aussi choc) ait une valeur thérapeutique. Une décharge de plusieurs centaines de volts a pour effet une destruction massive de cellules nerveuses, en particulier dans le système cérébral. Si cela avait une vertu quelconque, les praticiens y passeraient volontiers….ce qui n’est pas le cas.

Restent les psychotropes : Ont-ils une valeur thérapeutique ? Les psychotropes agissent sur le système nerveux, avec des effets sédatifs ou euphorisants qui peuvent avoir des bénéfices momentanés, avec ou sans effets secondaires sur la santé physiologique. Ils sont couramment utilisés en institution pour « calmer » les patients. Dominique Maraninchi, Directeur général de l’AFSSAPS, avoue : « Nous n’avons été ni assez rapides ni assez vigilants à propos du principe actif du Médiator. Il aurait du être réévalué bien plus tôt. Le Médiator est une amphétamine et non un antidiabétique. Il ne fallait pas attendre qu’il y ait un risque mortel avéré pour réagir ». (France Soir, 10 mai 2011) L’AFSSAPS a publié l’année dernière une liste de 77 médicaments mis sous haute surveillance, dont les effets secondaires vont être attentivement suivis durant plusieurs semaines.

Une dizaine de psychotropes sont sur cette liste : Concerta, Ritaline, Cymbalta, Stilnox, Stablon, Valdoxan, Zypadhera etc….En vrac, le Cymbalta peut entraîner des risques de troubles suicidaires. Le Stilnox peut entraîner de l’amnésie, agressivité ou confusion, le Valdoxan de l’anxiété et des comportements suicidaires. La Ritaline et le Concerta peuvent être prescrits à des enfants à partir de 6 ans… Pourtant ils peuvent provoquer convulsions, hallucinations, idées suicidaires etc… ( Source : Dictionnaire Vidal) Sympathique……. Le Prozac et le Zoloft, qui appartiennent à la catégorie des inhibiteurs de la recapture de la Sérotonine, ont été mis en cause dans des actes tuerie comme le massacre de Columbine, et peuvent entraîner hallucinations, anxiété et suicide. Pour toutes ces substances, le « risque mortel » évoqué par Dominique Maraninchi est malheureusement avéré. L’AFSSAPS saura-t-elle réagir à temps ? C’est là, la question….

Clojea
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
0 vote
par clostra (IP:xxx.xx4.218.222) le 3 février 2012 a 16H09
clostra (Visiteur)

on a bousillé la santé des milliers de jeunes filles (en particulier) avec du pondéral...puis le médiator...de mères de famille avec l’abus d’ocytociques lors des accouchements avec ou plutôt sans péridurale (Bravo l’hôpital Robert Debré a une initiative à ce sujet en complément des Bleuets)

C’est tout à l’honneur de Debré et Even de sortir ces études.

Merci à vous pour cet article, à eux pour cette étude.

0 vote
par Clojea (IP:xxx.xx1.106.213) le 3 février 2012 a 19H06
Clojea (Visiteur)

Bonsoir Clostra : Merci de votre passage et de votre commentaire

1 vote
par Galekal (IP:xxx.xx2.245.14) le 3 février 2012 a 16H39
Galekal (Visiteur)

Par rapport à votre article, des critiques constructives sont perceptibles, à savoir, le fait de veiller à la non toxicité des psychotropes. Je rejoins également votre point de vue critique par rapport à la sismothérapie car l’idée d’"électrocuter le cerveau" est quelque chose qui fait frémir lorsque l’on songe aux patients qui peuvent faire l’objet de ce traitement, quels que soient ses résultats empiriques. Cependant, là où je ne vous suis pas, c’est dans une certaine manière de sous entendre que les psychiatres seraient dans l’ensemble des barbares prompts à appliquer "L’enfermement, les électrochocs et les psychotropes". Il s’agit là d’une vision caricaturale et injuste envers tous les bons praticiens qui font ce qu’ils peuvent afin de soulager des souffrances psychiques parfois à peine imaginables. Sans oublier que, parmi les adversaires de la psychiatrie peuvent se trouver des psychanalystes qui ne verront aucun inconvénient à recevoir un patient pendant plus de 10 ans à raison d’un minimum de 2 séances par semaine à 50 euros par séance, sans nécessairement assurer de succès thérapeutique. Sans oublier bien pire : les scientologues qui proposeront leur recette pour le bonheur moyennant lourdes finances. Je sais qu’il s’agit d’un inconfort mais il est à mon avis important d’exercer sa vigilance critique dans de multiples directions.

1 vote
par Clojea (IP:xxx.xx1.106.213) le 3 février 2012 a 19H05
Clojea (Visiteur)

Bonsoir Galekal : Merci de votre passage. Il est probable qu’il y ait des psychiatres honnêtes, cherchant plus à communiquer avec leurs patients qu’à les gaver de pilules ou autres. Mais ce que je reproche à cette corporation, est de ne pas chercher plus loin, les causes réelles de la dépression et du mal être. Quand on se targue d’être spécialiste en cette matière, alors on doit tout faire pour avoir de bons résultats, ce qui est bien loin d’être le cas.

0 vote
par Galekal (IP:xxx.xx2.245.14) le 3 février 2012 a 20H43
Galekal (Visiteur)

J’ai lu vote remarque sur un autre fil. Ladite remarque affichait un intérêt certain pour la scientologie et les ouvrages de Ron Hubbard... rien que cela. o)

http://www.agoravox.fr/actualites/r...

Vous n’apprendrez pas à un vieux singe à faire la grimace.

0 vote
par Galekal (IP:xxx.xx2.245.14) le 3 février 2012 a 21H23
Galekal (Visiteur)

Ah.. au passage... j’espère que vous avez apprécié la rhétorique vous invitant à vous démasquer.

Quoi, on ne dit pas merci ?

Tous pareils, ces scientologues o)

1 vote
par Clojea (IP:xxx.xx1.106.213) le 4 février 2012 a 13H03
Clojea (Visiteur)

@ Galekal : Ne vous trompez pas de combat. Mon article sur les psychotropes résultent d’enquêtes personnelles reposant sur des faits. Concernant les ouvrages d’Hubbard, oui j’en ai lu pas mal..... et alors ? Ou est le problème ? Je pense qu’on a le droit de lire ce qu’on veut et de défendre des points de vues, sinon, where is démocratie et liberté de penser.

0 vote
par UTOPISTEBIO (IP:xxx.xx4.254.57) le 4 février 2012 a 00H13
UTOPISTEBIO (Visiteur)

Bonjour Clojea, Je suis d’accord avec Galekal... Vous précisez qu’il faut votre accord pour faire suivre vos articles..par exemple sur la nocivité et les effets secondaires délétères de beaucoup de médicaments...certains comme beaucoup de vaccins ont du "MERCURE" et de "L’ALUMINIUM" (ALZHEIMER) qui sont des poisons même à très faible dose... ! Donc je vous demande la possibilité d’utiliser votre article sur les médicaments, merci. Cordiales salutations.

AltruisteBio

1 vote
par janequin (IP:xxx.xx1.144.6) le 4 février 2012 a 10H00
janequin (Visiteur)

J’aime beaucoup les descriptions des biologistes quant à l’action de tous ces psychotropes (recapture de la sérotonine,...). Par contre, personne ne s’est jamais intéressé à la biochimie concrète associée à ces produits, que je soupçonne fortement de faire partie de ces substances capables d’augmenter le taux de monoxyde d’azote dans la cellule nerveuse et donc d’y créer des dommages tels que le comportement de la personne évolue négativement. Pourquoi ? Car toutes ces substances sont essentiellement des amines aliphatiques secondaires ou tertiaires, qui sont très facilement oxydées par le métabolisme en monoxyde d’azote, puis en peroxynitrites.

A ce propos, on peut lire avec bénéfice ce document qui montre l’impact fondamental de ces deux composés sur la santé en général :

http://physrev.physiology.org/conte...

0 vote
par clostra (IP:xxx.xx4.173.197) le 4 février 2012 a 11H13
clostra (Visiteur)

intéressant car il faut savoir à partir de quels éléments de tels médicaments sont développés :

2 "façons"

l’une intéressante pour l’esprit et les développements logiciels, consiste à faire une simulation tri dimensionnelle d’une molécule hypothétique qui "rentrerait" dans un récepteur ou tout autre "dispositif" de régulation du fonctionnement d’une molécule ayant des propriétés liée à la stéréochimie, notamment leur affinité. Malheureusement les résultats ne sont pas à la hauteur des attentes.

l’autre est empirique, s’inspirant des effets secondaires

les deux reposent sur le principe de l’apprenti sorcier, si on les replace dans la "physiobiologie" circadienne, de plus, juste un petit exemple : l’effet d’un neuromédiateur dans le cerveau est possiblement inverse dans le reste du corps. On se rappellera les antihistaminiques qui endorment. Quand "on" s’est rendu compte de leur effet au niveau du cerveau, on les a "entourés" pour qu’elle ne puissent pas passer la barrière hémato encéphalique.

Curieux d’ailleurs, car ces molécules d’antihistamiques sont totalement ignorées des psychiatres...Alors que la population est de plus en plus allergiques et qu’une petite structure, non négligeable du cerveau dispose de récepteurs à l’histamine...

J’ai eu le bonheur d’avoir un gynécologue qui, après un accouchement me les a prescrits pour troubles du sommeil : problème résolu en moins d’une semaine...

Ce sont des exemples...

0 vote
par Clojea (IP:xxx.xx1.106.213) le 4 février 2012 a 13H04
Clojea (Visiteur)

@ Utopistebio : Oui pas de problème, merci pour votre passage

0 vote
par clostra (IP:xxx.xx4.173.197) le 4 février 2012 a 12H28
clostra (Visiteur)

Allons un petit peu plus loin au sujet de cette minuscule molécule d’histamine qui se faufile partout.

Il y a même des apports exogènes connus dans l’alimentation : les avocats sont riches en histamine.

L’histamine passe haut la main la barrière hémato encéphalique.

quelques observations :

je connais au moins un cas (et sais qu’ils sont nombreux) de déclenchement d’un urticaire géant à la suite d’une brusque "mauvaise nouvelle"

je connais aussi - pour la petite histoire - un pédiatre qui a du à ce jour rendre ses armes, qui se "shootait" au chevet de ses petits malades avec du théralène (ça avait du commencer avec du "pédiatrique" et finir avec... ???) qui contient un antihistaminique.

Or, les récepteurs à l’histamine du cerveau ont un rôle très important qui précède un événement "dramatique" (de "dramatical" qui pourait signifier "brusque", ceci pour ne pas enduire d’erreur), brutal : l’éveil du cerveau (on appelle ça le "firing" pour dire).

Je ne veux pas trop vous ennuyer avec ça et précipiter dans une profonde réflexion tous ceux qui sont allergiques à des collègues...

0 vote
par clostra (IP:xxx.xx4.173.197) le 4 février 2012 a 12H47
clostra (Visiteur)

On peut poursuivre "pour distraire et ne pas ennuyer" sur le "syndrome du restaurant chinois" pour constater le peu qu’on sait et donc l’utilisation "fantaisiste" des psychotropes.

Car, le glutamate (ce réhausseur de goût) est une aussi petite molécule que l’histamine et se faufile également partout. Vous constaterez qu’on ne sait pas très bien ce qui se passe dans cette "cascade" d’événements "indésirables"

par exemple : http://www.vulgaris-medical.com/enc...

0 vote
par Alex (IP:xxx.xx0.213.170) le 6 février 2012 a 10H52
Alex (Visiteur)

Quelle découverte ! Waou les médicaments ont des effets secondaires ?? Non sérieux ?? On est tous d’accord sur la lutte contre la surconsommation médicamenteuse coûteuse inutile et dangereuse ! Mais à un moment faut arrêter, on retire le diantalvic, et mnt on surveille le tramadol ! Mais mince vous savez la morphine c’est de la vrai drogue si si et même que ça constipe et on peut faire des détresses respi : arrêtons donc la morphine et laissons souffrir les patients qui en ont besoin !! Tout médicament qui a un effet primaire possède un effet secondaire c’est la base de la pharmacologie ! L’AFFSAPS flippe à tout va depuis le scandale du Mediator !

La sismothérapie possède des indications très restreintes et reste indiquée en cas de mélancolie délirante et résistante au traitement dont on sait que l’absence de traitemen engendre à court terme un risque vital pour le patient !!

Bref par pitié parlez de choses que vous connaissez, le monde médical s’en portera mieux ! Et cessez de casser à tout va sur une profession qui se dévoue pour la santé psychique et somatique ! Il y’a partout des bons et des moins bons mais arrêtez de généraliser !