Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Les interactions sont-elles toutes dangereuses ?
Les interactions sont-elles toutes dangereuses ?
note des lecteurs
date et réactions
22 août 2012
Auteur de l'article
Jean-Yves Dionne, 44 articles (Expert-conseil)

Jean-Yves Dionne

Expert-conseil
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
44
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Les interactions sont-elles toutes dangereuses ?

Les interactions sont-elles toutes dangereuses ?

Les interactions entre diverses substances thérapeutiques sont nombreuses et variées. Trop souvent, les informations qui nous parviennent à ce sujet sont alarmistes. Existe-t-il des cas où des interactions entre médicaments et produits naturels pourraient être utilisées à l’avantage du patient ?

Une recherche toute récente montre que cette idée n’est pas aussi farfelue qu’on pourrait le croire. En effet, des chercheurs ont utilisé des substances qui modifient le métabolisme de certains médicaments pour diminuer la toxicité de ces derniers. Dans le protocole, les chercheurs ont enrôlé des patients qui prenaient un médicament anticancéreux connu pour sa toxicité, le Sirolimus. Ils ont évalué l’effet de deux substances qui inhibent l’enzyme responsable de la dégradation du médicament dans le but d’augmenter le taux sanguin de celui-ci tout en diminuant son dosage et sa toxicité. Les deux substances étudiées étaient le kétoconazole (un antifongique) et … le jus de pamplemousse.

L’humble jus de pamplemousse est connu pour inhiber une enzyme nommée cytochrome p450 3A4 au niveau de la paroi de l’intestin. C’est d’ailleurs pourquoi il n’est pas recommandé de consommer du jus de pamplemousse avec certains médicaments, comme la pravastatine (Pravacol™). L’inhibition de cette enzyme cause une augmentation de la concentration sanguine des médicaments pouvant atteindre un niveau toxique.

Tout ceci est vrai, mais qu’arrive-t-il si cette interaction est utilisée sciemment ?

Dans cette étude, les chercheurs ont effectivement trouvé que le pamplemousse augmente la concentration sanguine du médicament et permet ainsi d’utiliser de plus petites doses, donc de diminuer à la fois le coût et la toxicité.

Ce genre d’approche devrait être employée plus fréquemment pour permettre un usage plus rationnel et plus sécuritaire des produits… et une meilleure collaboration entre les différents domaines professionnels.

Santé !

Jean-Yves Dionne, Pharmacien, expert conseil en produits de santé naturels www.jydionne.com Franchement Santé

SOURCES

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté