Accueil du site
> Médicaments & Soins
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Les femmes accro aux antidouleurs
Les femmes accro aux antidouleurs
note des lecteurs
date et réactions
25 juillet 2013
Auteur de l'article
AntoineM, 42 articles (Rédacteur)

AntoineM

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
42
nombre de commentaires
0
nombre de votes
5

Les femmes accro aux antidouleurs

Les femmes accro aux antidouleurs

Les antalgiques qui sont composés de paracetamol et de codéine sont de plus en plus prisés par les femmes. Ceci constitue un véritable problème de santé publique car si ces traitement sont pris régulièrement, ils peuvent provoquer une dépendance très forte.

La plupart de ces médicaments sont disponibles sans ordonnance et c’est pourquoi ils sont très facile d’accès. Le fait que la codéine soit couplée à du paracetamol diminue le danger aux yeux des médecins et des patients. Or, il faut savoir que la codéine (ou méthylmorphine) peut dans certains cas être potentiellement plus puissante que la morphine notamment. Néanmoins son dosage dans les antidouleurs reste relativement léger, ce qui à première vue diminue le risque d’accoutumance…
 
Pourtant ce danger peut tout de même apparaître sur le long terme si ces antidouleurs sont consommés quotidiennement. En dix ans, les prescriptions pour ces antalgiques ont doublé. Dans le même ordre d’idées, les médicaments qui contiennent moins de 30 grammes de codéine sont vendus sans ordonnance.
 
Une récente étude menée par le docteur Spence de l’Université de Glasgow et publiée dans le British Medical Journal démontre que ce dérivé de l’opium peut amener à une forte dépendance. Généralement, ce sont les femmes qui sont le plus concernées par ce phénomène (65% des sujets analysés) car elles utilisent plus souvent ces traitements pour les troubles liés aux migraines, aux règles douloureuses ou bien encore au mal de dos.
 
Le principal problème soulevé par ces travaux est l’absence de surveillance régulière quand ces médicaments sont pris sur le long terme. Le docteur Spence estime ainsi que les antalgiques prescrits devraient faire l’objet de la même attention dont bénéficient les antidépresseurs. Il est enfin à souligner que la codéine est l’ingrédient principal d’une nouvelle drogue appelée “crocodile“, extrêmement dangereuse puisque quinze fois plus nocive que l’héroïne.

 
Antoine
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Femmes Douleur Antalgiques