Accueil du site
> Médicaments & Soins > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Les entreprises pharmaceutiques françaises risquent de déménager au Royaume-Uni
Les entreprises pharmaceutiques françaises risquent de déménager au Royaume-Uni
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
6 novembre 2013
Auteur de l'article
Camille, 453 articles (Rédacteur)

Camille

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
453
nombre de commentaires
88
nombre de votes
405

Les entreprises pharmaceutiques françaises risquent de déménager au Royaume-Uni

Les entreprises pharmaceutiques françaises risquent de déménager au Royaume-Uni

La plupart des grands groupes pharmaceutiques produisent actuellement sur le territoire français des médicaments et exporte pour plus de 25 milliards d’euros de médicaments. Le multinationale de la pharmacie emploient directement quelque 100 000 personnes et 200 000 indirectement.

Toutefois, ces emplois sont menacés par le processus de désindustrialisation à cause de l’alourdissement de la fiscalité.

Selon le président de la principale organisation professionnelle qui fédère et représente les entreprises du médicament présentes en France (Leem), « Nos entreprises évoluent dans un environnement international de plus en plus concurrentiel, particulièrement avec nos voisins européens, et l’attractivité fiscale est un déterminant important des choix d’investissement. Des mesures incitatives comme le Crédit d’impôt recherche sont appréciées, mais elles ne pourront durablement compenser les effets négatifs d’une fiscalité en décalage flagrant avec celle de nos proches voisins. »

Aussi, le Leem présente dans ces communiqués, les résultats d’une étude européenne sur le poids de la fiscalité générale et sectorielle pesant sur les entreprises conduite par le cabinet Landwell. Cette étude réalisée dans 7 pays européens (France, Allemagne, Espagne, Irlande, Italie, Royaume-Uni, Suisse), montre que c’est en France que les charges fiscales et sociales des structures (société mère, site de production, entité de distribution), sont les plus lourdes.

En effet, le poids des taxes sectorielles varie de 34 à 65% pour la France alors que ce taux est nul pour le Royaume-Uni.

De ce fait, les entreprises pharmaceutiques risquent de franchir la Manche pour s’installer au Royaume-Uni afin de bénéficier d’une fiscalité incitative pour les revenus provenant de brevets et une baisse générale du taux d’imposition.

D’ailleurs, le Leem rappelle qu’en termes de taxes strictement sectorielles, la France est, derrière l’Espagne, le pays où le poids des taxes spécifiques est le plus élevé par rapport au taux d’imposition global.

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Médicaments & Soins