Accueil du site
> Médicaments & Soins > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Les blouses des médecins seraient des nids à bactéries
Les blouses des médecins seraient des nids à bactéries
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
13 septembre 2011 | 4 commentaires
Auteur de l'article
Patrick Rollo, 495 articles (Rédacteur)

Patrick Rollo

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
495
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Les blouses des médecins seraient des nids à bactéries

Les blouses des médecins seraient des nids à bactéries

Loin des clichés véhiculés par le Docteur House, les blouses d’un blanc immaculé semblant sortir d’une fontaine à l’eau de javel et portées par les médecins dans les centres hospitaliers cacheraient des germes pathogènes. Selon une étude menée par des chercheurs israéliens, les blouses portées à l’hôpital par le personnel soignant seraient contaminées par des souches de bactéries. Ces dernières, plus ou moins pathogènes, pourraient même s’avérer mortelles pour l’homme. Les travaux ont été publiés dans le numéro de septembre de l’American Journal of Infection Control.

Les scientifiques du centre médical Shaare Zedek, à Jérusalem, en Israël, ont découvert que les vêtements du personnel des hôpitaux ne sont pas si aseptisé que ça. Près des deux tiers des tenues utilisées dans ces centres recèleraient des bactéries pouvant s’avérer dangereuses en terme d’infection nosocomiale. Ces observations ont pu être menées dans leur propre complexe, le Shaare Zedek Medical Center. Les auteurs de l’étude y ont effectivement analysé la tenue de 75 infirmières et 60 médecins. Et les échantillons ont été déposés sur un support contenant du sang et de l’agar, permettant ainsi de visualiser les traces éventuelles de bactéries sur l’écouvillon.

Verdict : 65% des tuniques des infirmières et 60% des tenues des médecins contiennent des bactéries pathogènes… une partie de celles-ci abritant même des bactéries multi-résistantes aux antibiotiques, dont le staphylocoque doré résistant à la méticilline, retrouvé huit fois. Ce dernier peut entraîner des infections sévères de la peau, du sang ou des poumons, parfois suivies de graves complications pouvant signifier l’arrêt de mort du patient. Selon Russell Olmsted, président de l’Association américaine pour les professionnels du contrôle des infections et d’épidémiologie (APIC), et interrogé par Le Point, La solution idéale pour éviter qu’une tenue de travail ne puisse engendrer ce genre de désagréments est de se laver régulièrement les mains : « On évite de cette façon une propagation des microbes aux patients ».
 

Inscrivez-vous à la newsletter !
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
1 vote
par nostradamus (IP:xxx.xx6.245.204) le 13 septembre 2011 a 22H07
nostradamus (Visiteur)

Ce n’est pas un "scoop" , on le sait depuis Semmelweis !!! Il faut éviter , lors des "visites" que les vetements ne frottent les lits , il faut utiliser du materiel jetable ou changer de vetement après chaque contact et , au moins ne pas garder la mème blouse toute la semaine comme c’est souvent le cas ! Nous nous moquons des vieux clichés ou tableaux ou l’on voit des chirurgiens dissequer un cadavre vétus de la redingote qu’ils arboreront au futur diner en ville ou de leur future intervention sur un malade vivant ( enfin ...très provisoirement !) , nous faisons la MEME CHOSE !

1 vote
par tonihow (IP:xxx.xx8.9.196) le 14 septembre 2011 a 02H42
tonihow (Visiteur)

Les blouses " des médecins" oui c’est vrai, j’avais oublié, nous les infirmiers on à des blouses antivirale que les médecins non pas, mais c’est vrai on est moin au contact des patients que les médecin,c’est bien connus... Ne serait t’il pas plus juste de parler de personnel soignant, ou personnel hospitalier, que " des médecins" ?

0 vote
par Eliane ANTOINE (IP:xxx.xx1.27.134) le 14 septembre 2011 a 02H47
Eliane ANTOINE (Visiteur)

CONSTAT : Dans les lieux communs des hôpitaux ( couloirs, sortie de blocs,, cafeteriat, salle de réunion ...hall d’accueil, ascenseurs publics esplanade et circulation extérieure ) ,circulent les blouses blanches, les chaussures réservées au blocs malgré les protections jetables.......et parfois un acte prescrit en milieu stérile se pratique en chambre ordinaire avec seulement un masque et des gants, sans faire sortir les personnes étrangères par manque de temps, de personnel ou de lieu. Evidemment cette blouse est le signe distinctif des employés ,des étudiants , des médecins ...... Cela demande une vraie réflexion et des moyens ce qui est jetable coûte cher.... Quelle est le prix de la vie ??? de nombreuses habitudes sont à revoir même dans les soins .Très souvent pour pratiquer des actes douloureux radio ou autres ...on injecte des calmants aux patients sans en attendre les effets.La circulation des malades se fait dans les couloirs communs avec le public.......etc.... Il faut repenser tout cela avec soin ...le flacon de désinfectant à la porte des chambres n’est pas suffisant . (voire inutile).

0 vote
par ivanovitch (IP:xxx.xx3.68.221) le 14 septembre 2011 a 08H09
ivanovitch (Visiteur)

ça je m’en doutais ,et quand je vois que dans les pays de l’est ,les cliniques et hôpitaux obligent tout le monde y entrant(patients ou visiteurs ) à enfiler une blouse déjà portée je me doute de l’inefficacité de la chose ,ils feraient mieux de mettre à disposition des distributeurs d’aseptisant ce qui serait bien plus efficace ,je souligne que sans cette blouse (toute de la même taille) l’entrée vous y est refusée.