Accueil du site
> Médicaments & Soins
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Le social gaming pour guérir des addictions
Le social gaming pour guérir des addictions
note des lecteurs
date et réactions
8 août 2011
Auteur de l'article
Remedeo, 34 articles (Site internet)

Remedeo

Site internet
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
34
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Le social gaming pour guérir des addictions

Le social gaming pour guérir des addictions

Si les socials games ou jeux connectés (version Farmville) ne sont pas plébiscités pour mettre du piment dans nos vies, ils fonctionnent en revanche souvent comme des anxiolytiques. Avec les jeux thérapeutiques sur les réseaux sociaux, la santé 2.0 devient alors un risque nécessaire…

Le social gaming est aujourd’hui en plein essor sur la planète web. On doit son explosion à la croissance de Facebook qui a permis aux internautes de se connecter entre eux autour de jeux simples et souvent addictifs.
 
Le projet de Michael Stora, intitulé Self Care, sélectionné dans l’appel à projets autour du serious gaming de Nathalie Kosciusko-Morizet, a pour ambition de créer un jeu social à valeur thérapeutique en réunissant des communautés de patients autour du jeu.
 
> Pathologies des communautés de patients ciblées
  • la compulsion alimentaire ;
  • la dépendance au tabac ;
  • la dépendance affective ;
  • la compulsion aux achats…
 
> Déplacer l’addiction dans le jeu
 
L’objectif principal est de réussir à intégrer les efforts accomplis dans la vie réelle au gameplay. Pour cela l’équipe réfléchit à une progression différente de la compétition entre joueurs classique pour s’orienter sur une progression de la communauté. Les efforts de chaque individu contribuant à la progression du groupe.
Self Care ne cherche en rien à remplacer les traitements chimiques ou les psychothérapies, mais à venir en complément des traitements de fond. L’expérience de Michael Stora confirme la conviction que la capacité à jouer est un signe de bonne santé…
L'équipe de Remedeo
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté