Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Le scandale du Baclofène
Le scandale du Baclofène
note des lecteurs
date et réactions
31 octobre 2011
Auteur de l'article
Sylvie Imbert, 5 articles (Rédacteur)

Sylvie Imbert

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
5
nombre de commentaires
6
nombre de votes
33

Le scandale du Baclofène

Le scandale du Baclofène

La découverte d’un médicament enfin efficace dans l’alcoolisme, le Baclofène, suscite un formidable espoir chez les malades et leurs familles.

Cette  avancée thérapeutique dans le traitement de l’alcoolo-dépendance, découverte par Olivier AMEISEN,  a été révélée au grand public en 2008 par la publication du livre « Le dernier verre ». Les médias se sont fortement intéressés à ce sujet ces derniers mois.

Or le baclofène n’a pas reçu d’Autorisation de Mise sur le Marché (AMM) pour l’indication de l’alcoolisme, et trop peu de médecins acceptent de le prescrire aux patients de plus en plus demandeurs. Pourtant des praticiens obtiennent des résultats exceptionnels pour cette maladie dite inguérissable et des malades ainsi traités témoignent de leur guérison.

Un programme de recherche clinique sur le sujet a été accepté en juin dernier. Il y aura donc enfin un essai clinique du baclofène à haute dose versus placebo. Malheureusement cet essai ne démarrera qu’en février 2012 et ses résultats ne seront pas connus avant 2014.

En attendant ces résultats, 120 personnes meurent chaque jour, victimes de l’alcool. Des familles se déchirent partagées entre l’envie d’aider leurs malades et la peur de se détruire au fil du temps, épuisées par un combat trop long et difficile à mener.

Pourtant la solution est là, à portée de main. Le Baclofène au prix modique, peut sauver des dizaines de milliers de vies. Mais il menace le système en place : les traitements classiques aux résultats limités et la recherche constante sur d’autres molécules brevetables. Les alcoologues ne prescrivent pas, préférant pour la plupart ignorer le sujet.

Le baclofène pourrait également faire économiser beaucoup d’argent à notre pays. Le coût « social » de l’alcoolisme en France, est évalué à 20 milliards € par an, soit l’équivalent du « trou de la Sécurité Sociale ». Une extension d’AMM conduirait à une économie de 10 milliards € chaque année, si seulement la moitié des 2 millions d’alcoolo-dépendants pouvaient être traités.

Afin de faire bouger les choses et obtenir au plus vite une extension de l’AMM, nous avons mis une pétition en ligne 

Elle a déjà été signée par plus de 2 000 personnes, des malades, des médecins, des sympathisants.

Association BACLOFÈNE - www.baclofene.org

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté