Accueil du site
> Médicaments & Soins > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Le Protelos de Servier sur la sellette
Le Protelos de Servier sur la sellette
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
21 septembre 2011
Auteur de l'article
Henri de Miebenthal, 476 articles (Kinésithérapeute)

Henri de Miebenthal

Kinésithérapeute
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
476
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Le Protelos de Servier sur la sellette

Le Protelos de Servier sur la sellette

En raison d’un risque accru de phlébite, le ministère de la Santé a décidé de restreindre les conditions de remboursement du Protelos. Ce médicament, produit par les laboratoires Servier, a été mis au point pour traiter l’ostéoporose post-ménopause. Un arrêté en ce sens a fait l’objet d’une parution au Journal officiel le 20 septembre dernier. Le son du couperet résonne durement pour le fabricant, déjà mis à mal par le Mediator.

Selon les chiffres fournis par l’Assurance Maladie, 390 000 femmes ménopausées auraient bénéficié du Protelos depuis sa commercialisation en 2006. Ce médicament, remboursé jusqu’à présent à hauteur de 65% par la Sécurité sociale, devrait à l’avenir n’être pris en charge que pour les patientes ne présentant pas de risques de déclenchement thrombo-emboliques veineux et ne pouvant tolérer les autres traitements existants (sous biphosphonates). Par ailleurs, il pourrait ne plus être remboursé qu’à hauteur de 35%. Le ministère de la Santé, se fondant sur un avis de le Commission de transparence de la Haute autorité de Santé (HAS) en date du 11 mai dernier, a en effet décidé de réévaluer ce médicament.

Les risques sont jugés sérieux. Le Protelos entraînerait des effets secondaires importants, tels que des risques de phlébite, d’embolie pulmonaire et des allergies cutanées aiguës. Les laboratoires Servier, qui ont vivement réagi, s’estiment victimes de l’effet Mediator. La HAS, qui se défend cependant de toute référence au Mediator dans ce dossier, évoque quant à elle « le seul intérêt des patientes ». Le ministre de la Santé Xavier Bertrand, voulant couper court à toute polémique, a donné le coup de grâce : « Si le bénéfice pour les patientes n’est pas plus important que le risque pour les patientes, nous n’hésiteront pas une seconde à sortir ce médicament ». L’Afssaps se penche en ce moment même sur le Protelos pour pouvoir apporter une réponse à cette dernière interrogation.
 

Inscrivez-vous à la newsletter !
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté