Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Le profit nuit gravement à la santé
Le profit nuit gravement à la santé
note des lecteurs
date et réactions
28 avril 2014 | 2 commentaires
Auteur de l'article
Docteur Dominique Le Houézec, 13 articles (Pédiatre)

Docteur Dominique Le Houézec

Pédiatre
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
13
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Le profit nuit gravement à la santé

Le profit nuit gravement à la santé

L’actualité récente a remis sur la sellette la notion de conflits d’intérêts. Un proche conseiller du Président de la République est soupçonné d’avoir eu une double casquette aux attributions antinomiques. Alors qu’il était en poste à l’Igas (Inspection générale des affaires sanitaires) en 2007, il aurait effectué une mission pour le compte d’un laboratoire pharmaceutique danois, profitant ainsi "du beurre et de l'argent du beurre". 


Le conflit d’intérêt classique est un scénario qui met en scène un laboratoire pharmaceutique ou un industriel désirant tricher pour promouvoir son produit, un médecin ou un lobby médical qui acceptent de se faire le complice de cette fraude. Il s'agit d'un contrat "gagnant-gagnant" puisque, pour prix de sa complicité, le ou les médecins reçoivent une récompense sonnante et trébuchante tandis que le commanditaire voit ses ventes progresser ou son produit lavé de tout soupçon si c'était le cas. Afin de comprendre la gravité et le caractère inacceptable de ces « petits arrangements entre amis », il faut savoir tirer les leçons de l’histoire de quelques chapitres de la médecine de ces soixante dernières années.

 

- Le Distilbène, œstrogène commercialisé en 1947 aux USA comme traitement préventif des fausses couches, a été largement prescrit alors qu’une étude cas-témoins démontrait de façon indiscutable dès 1953 son inefficacité [1]. Il est interdit en 1971 aux USA devant la description de formes exceptionnelles de cancers du vagin chez les filles dont les mères avaient reçu ce médicament durant leur grossesse. Ce n’est qu’en 1977 que le Distilbène sera contre-indiqué en France sans qu’aucun collège de Gynécologues ne se soit auparavant ému de la poursuite de ce traitement inutile et dangereux. Ce n'est qu'en 2006 que la première condamnation du laboratoire UCB-Pharma, distributeur du Distilbène en France, fut prononcée.


- En 1984/1985, des médecins responsables du Centre national de transfusion sanguine ont sciemment distribué à des hémophiles des produits sanguins non chauffés dont certains étaient contaminés par le virus du Sida. C'est surtout grâce à la pugnacité d'une journaliste, Anne-Marie Casteret [2], que cette "affaire du sang contaminé" pourra être mise en lumière malgré les dénégations de la plupart des notables de la médecine, de l’État, de la Justice et même de ses collègues de la presse.
Cette pratique de transfusion à haut risque était en fait motivée par des raisons financières (intéressement aux ventes des flacons remboursés par l'assurance maladie). Le retard à la pratique du dépistage systématique du virus du Sida fut aussi un facteur aggravant de la prolongation de l'utilisation des produits suspects. En effet, le test français Pasteur avait pris du retard sur le test américain Abbott et les instances politiques de l'époque ont opté pour « une gestion astucieuse du calendrier » afin de favoriser le test français alors que le concurrent américain était déjà disponible.

- La France compte plus de la moitié de tous les cas mondiaux d’encéphalite de Creutzfeldt-Jakob (120 décès recensés) liés à la contamination de l'hormone de croissance humaine. Dès 1980, le Pr. Luc Montagnier, virologue de l'Institut Pasteur, émet des réserves quant aux risques de la collecte des hypophyses humaines. En 1985, un premier cas d'encéphalite est décrit aux USA mais les pédiatres endocrinologues français se considèrent comme non concernés. Pourtant l'hormone extractive d'hypophyses de cadavres sera également infectée par ces prions pathogènes du fait du laxisme de l'association "France-Hypophyse" qui avait alors le monopole de la distribution des extraits hormonaux [3]. Cet organisme déléguait son conditionnement à un sous-traitant (laboratoire Uria) de l'Institut Pasteur, surtout motivé par la quantité plus que la qualité (des agents des salles d'autopsie étaient chargés de récolter des hypophyses contre rémunération et hors de tout contrôle). On apprendra également que son directeur aurait touché des commissions d'une société belge liée à l'achat de poudre d'hormones.

- L’amiante a été classée comme cancérigène avéré en 1976. Malgré la multiplication au fil des années de maladies professionnelles pulmonaires graves, les pouvoirs publics, l’Académie de médecine, la plupart des pneumologues et des médecins du travail minimisent ces risques patents. A partir de 1990, le Pr. Henri Pézerat, toxicologue de l'université Jussieu, lance l'alerte et crée une association de victimes (ANDEVA). Un "comité permanent amiante" est mis en place par l'Etat mais, noyauté par l’industriel Eternit, il ne rend que des conclusions lénifiantes. Une expertise indépendante de l'INSERM vient enfin exposer la vérité en 1996, avec un recensement de milliers de cancers survenus ou à prévoir. L’amiante finira par être interdit en France l'année suivante [4].

- Le rôle cancérigène du tabac est suspecté puis confirmé par des études de grande envergure dans les années 1950. Selon l'OMS, le tabagisme était en 2013 la première cause de décès évitable, avec chaque année 6 millions de décès imputables au tabagisme, soit 10 % des décès chez l'adulte. Malgré cela le « Council for Tobacco Research » (CTR), officine financée par l’industrie du tabac, réussit à faire publier des milliers d’articles servant à entretenir le doute sur les effets du tabac sur la santé. Il est dissous en 1998 après qu'un jugement américain ait démontré ses liens directs avec l'industrie. En France, Philip Moris et ses confrères cigarettiers ont su s'attacher, à coup de subventions, des spécialistes de la tabacologie qui arrivent à nier le rôle de la nicotine dans la dépendance des fumeurs [5].


- Après avoir mis sur le marché un traitement hormonal substitutif de la ménopause, les firmes pharmaceutiques ont su trouver des porte-paroles. Aux USA, ce traitement anti-viellissement (« feminine for ever ») connait un succès au milieu des sixties. En France, c'est le corpus des gynécologues et certains « leaders d’opinion » comme le Dr H. Rozenbaum qui se chargent de démontrer que la ménopause serait une maladie évitable. Un lobby scientique, " l'Association Française pour l’Etude de la Ménopause" (AFEM) voit le jour. Il a pour objectif de démontrer à tout prix les bienfaits de ce traitement prolongé (maladies cardio-vasculaires, ostéoporose voire Alzheimer...) même si les résultats sont peu probants. Ces « notables de la ménopause » [6] gynécologues français ayant accès aux médias et à la presse médicale, ont aussi pour mission de minimiser systématiquement les risques (cancer du sein) mis en évidence par la presse médicale internationale. Malgré un rapport bénéfices/risques défavorable, laboratoires et « notables de la ménopause » continuent de promouvoir une utilisation massive de ce traitement substitutif, sous le regard bienveillant des autorités sanitaires. Il est vrai que leurs intérêts personnels sont aussi de garder une position influente et reconnue, une image de marque sur un segment spécialisé du paysage médical français.

- Un problème similaire existe avec le dépistage systématique du cancer de la prostate, défendu bec et ongles par la seule association française d'Urologie alors que ses avantages en terme de survie sont très contestés. Même la HAS (Haute autorité de santé) ne reconnait aucune justification scientifique à ce dépistage [7]. Cette aberration est décrite par un médecin généraliste qui a enquêté sur ce système institutionnalisé, mis en place probablement surtout pour faire tourner la machine [8].

- L'aspartam, édulcorant le plus répandu, est suspect de parfois déclencher des accouchements prématurés. Il est fortement défendu par l'industrie des additifs grâce à de grands placards publicitaires dans des hebdo. Un universitaire Dijonnais y cautionne sans équivoque les bienfaits de l'édulcorant dans l'obésité. Il oublie cependant de préciser ses liens étroits avec le premier fabricant d'aspartam, le japonais Ajinomoto. "Une vérité allégée". [9]


- En 1994, le Ministère de la santé décide de promouvoir la vaccination contre l'hépatite B pour tous les nourrissons et les pré-adolescents, population n'ayant pourtant aucun risque de contracter, à cet âge, cette maladie infectieuse transmise par voie sexuelle ou sanguine.
Cette promotion est réalisée grâce au lobby pro-vaccinal bien secondé par le marketing intensif et mensonger de l'industrie. Ceci est d'autant plus aisé que Bernard Mezuré, président du laboratoire SKB (qui commercialise l'un des deux vaccins) est aussi membre de droit du conseil d'administration de l'Agence du médicament en tant qu'étant également président du Syndicat National de l'Industrie Pharmaceutique (SNIP)... Le Dr. Philippe Douste-Blazy, secrétaire d'État à la Santé, lui fait bénéficier d'un contrat sans appel d'offre de 1.500.000 doses de vaccins, destinés à vacciner tous les élèves de classe de 6ème. Il argumente ce choix à la télévision en prétendant que plus de 100.000 nouvelles contaminations surviennent chaque année en France (environ 5 fois plus que les chiffres alors estimés).

Le Dr. Christian Spitz, pédiatre très médiatique de Fun Radio ("le Doc") annonce que "quatre milliards d'individus sont atteints par ce virus dans le monde" (Sur une population estimée à l'époque à 5,5 milliards de personnes). Un camion-forum financé par SKB tourne dans toute la France, avec la caution scientifique du Pr Bégué, alors en poste au comité technique des vaccinations. Ce même comité recommande sans souciller une survaccination unique dans le monde (un rappel vaccinal tous les 5 ans jusqu'à l'âge de 60 ans, soit une bonne quinzaine d'injections au total...). SKB diffuse un slogan selon lequel " L'hépatite B tue plus de personnes en un jour que le Sida en un an." Afin d'inciter tous les jeunes à se faire vacciner, les publicités de Pasteur-Mérieux et de SKB insistent sur le risque de transmission par la salive. "Il faut faire peur... dramatiser " recommande un document interne de Pasteur-Mérieux. Des pédiatres reprennent sans vergogne cet argument de transmission possible dans les crèches et les écoles [10].

Cette campagne intensive va dépasser ses objectifs et aboutir à faire vacciner plus de 25 millions de personnes sur un laps de temps de 4 années. Relativement peu de nourrissons sont vaccinés contre une majorité d'adultes, pas spécialement à risques. La survenue de pathologies neurologiques dans les mois suivant une vaccination donne un coup d'arrêt brutal à cet engouement, ce d'autant que le nouveau Ministre de la santé interrompt brutalement les vaccinations réalisées dans les collèges en septembre 1998. Les victimes (regroupées au sein de l'association REVAHB) attendent toujours une vraie reconnaissance. 

- Toujours dans le chapitre des vaccins, une officine française, qui s'est baptisée Infovac, regroupe des médecins se déclarant "experts en vaccinologie". Ceux-ci ont pour mission d'informer le corps médical français sur toute l'actualité en matière de vaccinations et les problèmes éventuels qui s'y rapporteraient. Ce regroupement de spécialistes en vaccinologie a été créé en 2003 en conformité avec le grand frère InfoVac-Suisse, l'association ACTIV et le Groupe de Pathologie Infectieuse Pédiatrique de la Société Française de Pédiatrie (SFP). 
 
Infovac-Suisse a pour mère le Pr A.C Siegrist, immnologiste responsable de la chaire de vaccinologie de Genève, institut sponsorisé par la fondation Mérieux. Cette fondation a été crée par la famille du fondateur de l'Institut Mérieux qui est devenu, au fil du temps, des rachats et des regroupements, le fabricant de vaccins Sanofi-Pasteur-MSD.
ACTIV (Association Clinique et Thérapeutique Infantile du Val de Marne) est l'enfant d'un pédiatre, le Dr R. Cohen. Cette association s'est donnée pour mission de réaliser des travaux sur ce qu'elle nomme "le champ infectieux". On voit sur la page d'accueil de son site qu'une majeure partie de son financement vient de l'industrie (commercialisant antibiotiques et vaccins).

Si l'on parcourt la page d'accueil du site Infovac, on y lit que " les experts d’InfoVac-France sont indépendants des firmes pharmaceutiques. Les comptes d’InfoVac-France sont gérés et contrôlés par l’administration d'ACTIV ". Animé d'une transparence que la loi lui impose, Infovac nous livre, sur une page suivante, les déclarations d'intérets de trois années des dits experts. On s'apperçoit que le chef des experts, le Dr R. Cohen, a reçu "des versements substantiels au profit d'une association dont il est responsable" émanant, entre autres, des deux leaders mondiaux du marché du vaccin (GSK et Sanofi-Pasteur-MSD). Quelle pourrait bien être cette association dont il serait responsable ? On imagine que c'est ACTIV bien sûr. Or l'administration d'ACTIV gère et contrôle les comptes d'Infovac. Le fonctionnement d'Infovac n'est donc pas spécialement libre des subsides que lui verse en sous-main l'industrie du vaccin par le canal ACTIV.
 
Cette dépendance se sent notablement lorsque des questions sont posées aux "experts" sur le terrain des effets indésirables des vaccinations. Les réponses se font invariablement vers la minimisation, la banalisation ou l'affirmation péremptoire. Il serait donc somme toute logique de baptiser cet organisme non pas "Infovac", mais plutôt "Promovac".

- Le Médiator a été commercialisé en 1976 comme anorexigène chez le diabétique obèse. En fait le laboratoire Servier s'est arrangé pour détourner cette indication et le faire prescrire comme coupe-faim chez tous les obèses. Malgré sa dangerosité cardiaque patente, dénoncée par les alertes répétées de la revue Prescrire. le laboratoire écoulera 145 millions de boites jusqu'à son retroit en 2009, après des années de passivité bienveillante des responsables de la pharmacovigilance française [11]. Les centaines de morts dont le Médiator est responsable n’ont pu être reconnus que grâce à la dénonciation sans failles du Dr. Irène Frachon, une Pneumologue tenace [12].


- Même notre HAS connait ses conflits d'interet. Ses recommandations sur le diabète de type II et l'Alzheimer, ont été retoquées en 2011 par le Conseil d'Etat du fait de conflits d'intérêts de ses sages un peu trop proches des laboratoires producteurs de produits à l'efficacité plus que douteuse. C'est le FORMINDEP (Association pour une formation et une information médicales indépendante) qui avait déposé ce recours devant la juridiction administrative [13]

Les décrets d'application (n°2013-414 du 21 mai 2013) de la loi "transparence de la loi Bertrand (29 décembre 2011), censés supprimer ce problème, édulcorent en fait la transparence des avantages consentis par les firmes aux professionnels et l’indépendance de l’expertise sanitaire [14]. Ils pérennisent malheureusement le risque de scandales sanitaires. L’argent n'aura toujours pas d'odeur dans notre système de santé et les conflits d’intérêts resterons monnaie courante tant qu'une volonté politique authentique restera aux abonnés absents.

D.Le Houézec
Dr Dominique LE HOUEZEC Pédiatre - pediablogdlh.blogspot.fr/

SOURCES

  • [1] Dieckmann W.J. et al. « Does administration of diethylstilbestrol duringpregnancy have therapeutic value? » Am. J. ObstGynecol. 1953, 66, 1002-8.
    [2] A.M. Casteret. L'affaire du sang, Paris, Éditions La Découverte, 1992 
    [3] P. Robert-Diard. Hormone de croissance : le procès d'un scandale sanitaire. Le Monde, 09.03.2012
    [4] Amiante, mode d'emploi 
    [5] D. Leloup et S. Foucart. Comment le lobby du tabac a subventionné deslabos français. Le Monde, 31.05.2012
    [6] Christelle Sallès Les « notables de la ménopause » face aux risques du traitement hormonal substitutif. Septembre 2004 
    [7] HAS. Dépistage du cancer de la prostate par dosage du PSA : intérêt non démontré chez les hommes présentant des facteurs de risque. 04.04.2012
    [8] Christophe DESPORTES. Prostate le grand sacrifice… 
    [9] Pryska DucoeurjolyAspartame : à qui profite la bataille de la communication ? 
    [10] Eric Giacometti. La santé publique en otage, le scandale du vaccin contre l'hépatite BAlbin 
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Polémiques & Débats
Commentaires
0 vote
par Nbg (IP:xxx.xx2.149.117) le 2 mai 2014 a 17H23
Nbg (Visiteur)

Une belle équipe d’ordures. Décidément toutes les personnes aimant tellement le pouvoir sont des tares finis. Le DIEU POGNON, basta et tout est dit. Ils ont signés quel serment ? Ce ne sont pas des toubibs, mais des assassins. Beurk l’humanité m’ecoeure. Des minables pitoyables, bêtes et méchants. Alors pfffff ras-le-bol !!!!!! Nous votons et désignons des fous furieux qui nous amènent gentiment vers des lendemains horribles. Ça va être beau ......

0 vote
(IP:xxx.xx9.29.40) le 21 mai 2014 a 19H10
 (Visiteur)

salut, Je n en dis pas mieux