Accueil du site
> Médicaments & Soins > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Le plan santé d’Obama sauvé par la Cour suprême
Le plan santé d'Obama sauvé par la Cour suprême
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
29 juin 2012 | 1 commentaires
Auteur de l'article
La rédaction CareVox, 598 articles (Comité de rédaction)

La rédaction CareVox

Comité de rédaction
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
598
nombre de commentaires
0
nombre de votes
3

Le plan santé d’Obama sauvé par la Cour suprême

Le plan santé d'Obama sauvé par la Cour suprême

La Maison Blanche a poussé un grand ouf de soulagement : Le 28 juin dernier, à la surprise générale, la Cour suprême des Etats-Unis a validé la quasi-intégralité de la réforme maîtresse de Barack Obama, la loi sur l’assurance-maladie. Le président obtient ainsi gain de cause après deux ans de bataille acharnée contre l’opposition républicaine, mais les bienfaits de la loi, qui concernera des millions d’Américains dépourvus de toute couverture de santé, ne seront visibles qu’après son entrée en vigueur, qui devrait avoir lieu en 2014.

Obama peut enfin respirer, au bout d’un interminable suspens. La mesure emblématique de son (premier) mandat, un système national d’assurance santé par redistribution, a été approuvée par la Cour suprême des Etats-Unis. Promulguée en mars 2010, cette loi sur la Protection des patients et les soins abordables (Patient Protection and Affordable Care Act) est l’une des mesures les plus fortes prises sur le sol américain au cours de ces dernières décennies. Tout s’est joué de justesse depuis le début, jusqu’au verdict final : La décision a été prise à cinq juges contre quatre… et l’homme qui a fait pencher la balance du côté démocrate est le président de la Cour suprême John Roberts, qui a pourtant été nommé par le républicain George W. Bush.
 
En clair, tout Américain aura l’obligation d’être muni d’une assurance sous peine de sanctions financières. Au grand dam de 26 Etats qui en contestaient les aspects, la Cour a donc estimé que rien ne justifiait de censurer cette disposition car elle fonctionne comme un impôt. Il sera donc possible de proposer l’achat d’une assurance, mais le pouvoir de rendre cet achat obligatoire ne pourra être justifié que par la fiscalité. A noter que les juges de la Cour suprême ont néanmoins apporté une limite à l’extension de l’aide aux plus pauvres à 16 millions de personnes. Elle a en effet estimé à ce sujet que les Etats ne devaient pas perdre la totalité des fondes fédéraux alloués pour ce programme, s’ils refusaient de l’élargir. Mitt Romney, l’adversaire de Barack Obama à la prochaine élection présidentielle, a promis d’abroger cette loi s’il serait élu. Pourtant, et ironiquement, le "Obamacare" a, dans les faits, déjà été mis en place dans le Massachussetts par Romney lui-même lorsqu’il en était gouverneur.

A l’annonce de la décision rendue par la Cour, les titres des assureurs et des hôpitaux ont connu des chambardements à la Bourse : Les assureurs étroitement liés au programme Medicaid, à l’exemple d’Amerigroup (+4,92%) et Molina (+8,63%) ont vu leurs titres s’envoler. Tout comme ceux des opérateurs d’hôpitaux, comme Universal Health (+8,54%), Community Health (+8,04%) et Tenet Healthcare (+10,44%). En revanche, les assureurs ont connu une glissade : C’est la cas de Cigna (-2,69%), WellPoint (-5,17%) ou Aetna (-2,71%). Les laboratoires pharmaceutiques ont quant à eux accusé un très léger recul.

La rédaction CareVox
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
1 vote
par Franck de Lyon (IP:xxx.xx6.107.66) le 30 juin 2012 a 00H48
Franck de Lyon (Visiteur)

Bravo Obama ! 32 millions d’américains pourront se faire soigner plus correctement.. Lors de mes séjours aux US j’ai vu des gens refusés dans les hôpitaux car ils n’étaient pas assurés, et depuis la crise c’est pire..