Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Le mystère entourant l’effet anti-cancer d’un médicament contre le diabète enfin révélé
Le mystère entourant l'effet anti-cancer d'un médicament contre le diabète enfin révélé
note des lecteurs
date et réactions
19 janvier 2012 | 3 commentaires
Auteur de l'article
Université de Montréal, 110 articles (Pôle de recherche)

Université de Montréal

Pôle de recherche
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
110
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Le mystère entourant l’effet anti-cancer d’un médicament contre le diabète enfin révélé

Le mystère entourant l'effet anti-cancer d'un médicament contre le diabète enfin révélé

En 2005, on a annoncé la mise au jour, par des chercheurs écossais, de taux de cancer beaucoup plus faibles que prévu chez des personnes diabétiques traitées à la metformine, un médicament courant prescrit aux patients atteints de diabète de type 2. De nombreuses études subséquentes ont fait état de résultats semblables, certaines avançant même une réduction de 50 pour cent du risque. Comment cet antidiabétique pouvait-il réduire le risque de cancer et quels mécanismes faisait-il entrer en jeu ?

Dans un article publié aujourd'hui dans la revue Cancer Prevention Research, des chercheurs des universités McGill et de Montréal annoncent une constatation inattendue : l'exposition à la metformine réduit le taux de mutation cellulaire et l'accumulation des dommages à l'ADN. S'il est bien connu que ces mutations participent directement à la carcinogenèse, il n'avait cependant jamais été démontré à ce jour qu'il était possible d'abaisser le risque de cancer par l'inhibition du taux de mutation.

« Il est remarquable de voir que la metformine, un médicament peu coûteux, non breveté, sûr et utilisé couramment, exerce plusieurs actions biologiques susceptibles de réduire le risque de cancer. Ces récents résultats montrent la metformine réduirait le taux de mutation des cellules somatiques, ce qui pourrait se révéler un autre mécanisme de prévention du cancer », explique le Dr Michael Pollak, professeur aux départements de médecine et d'oncologie de McGill, chercheur à l'Institut Lady Davis de recherches médicales de l'Hôpital général juif et directeur de l'étude.

L'étude, menée de concert avec le laboratoire du Dr Gerardo Ferbeyre, du Département de biochimie de l'Université de Montréal, permet de croire que la metformine réduit les dommages à l'ADN grâce à la réduction des niveaux d'espèces oxygénées réactives (ROS). Les ROS, des sous-produits résultant de la production d'énergie par les cellules à partir des nutriments, sont reconnus comme des éléments dommageables pour l'ADN. Cette action semble se dérouler dans les mitochondries, les organelles cellulaires qui produisent l'énergie dans les cellules en « brûlant » les nutriments. Des études antérieures ont indiqué que les mitochondries étaient un site d'action de la metformine dans sa fonction antidiabétique, mais ces études n'ont pas examiné le fait que le médicament exerçait aussi à cet endroit un effet réducteur sur la production de ROS, réduisant ainsi le taux d'accumulation des dommages de l'ADN. « Nous avons découvert que la metformine n'agit pas comme un antioxydant classique, indique le Dr. Ferbeyre. Elle semble prévenir de manière sélective la production de ROS par les mitochondries altérées, comme celles qui se trouvent dans les cellules présentant des mutations oncogéniques ».

« Cette étude ouvre une voie très intéressante pour la recherche sur la prévention du cancer, déclare le Dr Pollak. Cela ne signifie pas, cependant, que la metformine peut désormais être utilisée couramment pour la prévention du cancer. Nous ignorons toujours si le médicament s'accumule en concentrations suffisantes dans les tissus humains exposés à un risque de cancer, comme le sein ou le côlon, lorsqu'il est prescrit selon la posologie habituelle dans le traitement du diabète. Nous ne savons pas non plus si les résultats des études d'origine, menées sur des patients diabétiques et ayant montré une réduction du risque de cancer, s'appliquent aussi à des personnes non diabétiques. Toutefois, la possibilité de protéger l'ADN contre des dommages oxydatifs au moyen d'un médicament bien toléré était inattendue, et ce sujet doit maintenant être étudié sous de nombreux aspects ».

Photographie : Dr. Gerardo Ferbeyre, Département de biochimie, Université de Montréal. Crédit : Université de Montréal.

POST-SCRIPTUM

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
2 votes
par maverick (IP:xxx.xx9.249.204) le 19 janvier 2012 a 18H09
maverick (Visiteur)

Il n’est pas venu à l’esprit de certains que cela pouvait avoir aussi un rapport avec le sucre ? On sait déjà que les cellules cancéreuses raffolent du sucre...

Le diabétique une fois sa maladie prise en charge, prendra non seulement ce médicament mais se mettra à gérer et faire très attention au sucre qu’il ingère...

Il faut observer tout ce qui implique la prise de ce médicament avant de tirer la moindre conclusion... Mais on peut sans problème imaginer que ceux qui ont tiré la conclusion ont sans doute un rapport avec les mêmes qui vendent le médicament en question...

N’y a t’il pas un lien à faire entre le sucre qui aujourd’hui se vend sous toutes sortes de forme(y à même du faux sucre aujourdh’ui, les édulcorants )...et le cancer ?

Je parie qu’on peut faire un parallèle entre le cancer et la consommation de sucre...

0 vote
par helios (IP:xxx.xx4.8.244) le 19 janvier 2012 a 19H41
helios (Visiteur)

... il y a des pays, notament en amerique du sud, oú la population se gave de sucre et oú le taux de diabetiques est important... pourtant ils n’ont pas plus ou moins de cancer !

Faire une etude, c’est bien, mais prendre du recul c’est mieux. La graisse de canard et d’oie est elle plus ou moins porteuse de cholesterol ? qu’en est il des gens du sud-ouest par rapport a cette maladie ?

0 vote
(IP:xxx.xx6.206.40) le 22 janvier 2012 a 15H14
 (Visiteur)

Un antipaludéen, l’artémisinine, pourrait être produit en masse