Accueil du site
> Médicaments & Soins > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Le Mediator a été testé sur des êtres humains
Le Mediator a été testé sur des êtres humains
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
2 avril 2012 | 1 commentaires
Auteur de l'article
Henri de Miebenthal, 476 articles (Kinésithérapeute)

Henri de Miebenthal

Kinésithérapeute
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
476
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Le Mediator a été testé sur des êtres humains

Le Mediator a été testé sur des êtres humains

Les révélations ont été faites par le Journal du Dimanche : Des documents ont été retrouvés lors de perquisitions au siège du laboratoire Servier, montrant que le Mediator a été testé sur des cobayes humains comme coupe-faim. Si l’avocat des victimes de ce médicament insiste sur la nocivité du produit, le laboratoire dément avoir jamais caché ces tests, qui auraient été effectués il y a près de 40 ans.

Le scandale du Mediator est toujours d’actualité. Alors que le laboratoire Servier clame sur tous les tons que ce médicament « n’a pas été conçu pour faire maigrir », les perquisitions réalisées dans ses locaux ont permis de retrouver trois rapports médicaux réalisés entre 1968 et 1973 dont le contenu n’est pas de nature à rassurer : On apprend ainsi noir sur blanc que le Mediator a été testé sur des personnes en surpoids comme coupe-faim. Le JDD, qui s’est procuré une copie des documents, exhibe notamment un rapport rédigé en 1971, suite à une série de tests sur 64 personnes : «  Le 780 SE [le nom scientifique du Mediator, ndlr] peut être considéré comme un anorexique des plus satisfaisants et mérite d’être retenu comme adjuvant des plus précieux dans le traitement de l’obésité ».

Et un rapport suivant a enfoncé le clou, évoquant « 62,5% d’excellents résultats pour les cures d’amaigrissement ». L’avocat de Servier a répondu sans attendre au JDD : « Rien n’a été dissimulé. Les tests ont eu lieu. Mais si le laboratoire avait eu, il y a 40 ans, un coupe-faim d’une telle efficacité, pourquoi ne l’aurait-il pas mis sur le marché ? Ces produits n’étaient frappés d’aucune interdiction à l’époque, bien au contraire ». Rappelons que le Mediator était à la base un médicament destiné à réduire, chez les utilisateurs, le taux de graisse dans le sang. Retiré du marché à la fin 2009, ce médicament aurait entrainé de graves lésions de valves cardiaques. Selon le journal spécialisé Pharmacoepidemiology & Drug Safety, il aurait causé 3 100 hospitalisations et provoqué la mort de 1 300 personnes dans l’hexagone. Et il ne s’agirait là que d’une sous-estimation.

Maître Charles Joseph-Oudin, avocat de plusieurs victimes du produit, n’a pas manqué de s’insurger à la lecture des révélations faites par le JDD : « Le corps du débat pour les victimes doit être : est-ce que la dangerosité du Mediator, par les effets toxiques de la norfenfuremine, a été cachée ? ». La réponse pourrait être apportée lors du procès Servier, qui se tiendra du 14 mai au 6 juillet. Le fondateur du laboratoire du même nom, qui risquerait de tomber pour tromperie aggravée, escroquerie et homicides involontaires, encours jusqu’à cinq ans d'emprisonnement et 375 000 euros d'amende.
 

Inscrivez-vous à la newsletter !
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Justice Mediator Servier
Commentaires
0 vote
(IP:xxx.xx4.213.155) le 8 avril 2012 a 20H04
 (Visiteur)

tiens, je ne savais pas que les autres "médicaments" n’étaient pas essayés chez l’être humain !!!

N’avez vous pas honte de vous posez la question ?