Accueil du site
> Médicaments & Soins > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Le médecin des pauvres devant la justice
Le médecin des pauvres devant la justice
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
26 septembre 2012 | 4 commentaires
Auteur de l'article
Patrick Rollo, 495 articles (Rédacteur)

Patrick Rollo

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
495
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Le médecin des pauvres devant la justice

Le médecin des pauvres devant la justice

La Sécurité sociale réclame plus de 6000 euros à Didier Poupardin, médecin généraliste du Val-de-Marne. L’Assurance-Maladie reproche au docteur sa « trop grande générosité », en faisant bénéficier à certains de ses patients en longue maladie des remboursements à 100%, et ce alors que ces derniers ne pouvaient normalement pas y prétendre. Le médecin militant comparait, en ce 26 septembre, devant le Tribunal des affaires de sécurité sociale (TASS) de Créteil.

Didier Poupardin, 66 ans, a pris sa retraite il y a plus d’un an. Ce médecin aux allures de père Noël avec une barbe à la Karl Marx continue pourtant d’exercer son métier, surtout auprès des démunis. Ce qui lui vaut d’être connu en tant que "médecin militant". Cette semaine encore, il a été aperçu au milieu des tours HLM de Vitry-sur-Seine en train de remplir les dossiers de patients sans le sou. Serait-il « trop » généreux ? Didier Poupardin est poursuivi par la Caisse primaire d’assurance-maladie du Val-de-Marne pour avoir fait bénéficier à 51 patients en ALD (affections de longue durée) d’un remboursement à 100% alors qu’ils n’y avaient pas droit.
 
L’affaire a court depuis 2009, et le "médecin des indigents" a de nouveau rendez-vous avec la justice, en ce 26 septembre, devant le Tribunal des affaires de sécurité sociale (TASS) de Créteil. La Sécurité sociale évalue son préjudice à 2612 euros, avec une pénalité en sus de 4000 euros. Pour le docteur Poupardin, le choc est dur à encaisser alors qu’il est arrivé au terme de 35 années d’exercice. Il dénonce un « acharnement » et se confie, amer, au micro des journalistes : « Je n’ai pas touché cet argent. Je n’ai même pas une tête d’escroc ». L’entourage du médecin espère que le juge, dans son verdict, saura montrer à son tour « une légère brise de générosité ».
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
4 votes
par Franck de Lyon (IP:xxx.xx5.72.63) le 26 septembre 2012 a 21H09
Franck de Lyon (Visiteur)

Au vu de cette situation, je suis tiraillé entre deux pensées. Le but de ce médecin est honorable, et les sommes sont ici assez petites (comparé à certaines fraudes à but réellement lucratif)). D’un autre côté un sou est un sou, et chaque abus nous rapproche de la fin de l’assurance maladie telle que nous la connaissons.

2 votes
par Laurent (IP:xxx.xx3.102.3) le 27 septembre 2012 a 15H24
Laurent (Visiteur)

Si ce médecin est condamné il lui faudra lui- ou ses proches- lancer une souscription Je pense qu’ainsi il collectera rapidement 6000 euros

1 vote
(IP:xxx.xx9.233.91) le 28 septembre 2012 a 01H50
 (Visiteur)

L’article omet de mentionner que ce médecin, sympathique au demeurant, faisait cela par miltantisme, ben oui....c’était sous Sarko la fripouille.....rappelez vous...le Nabot

Eh oui gentil docteur....les gouvernements passent....l’administration demeure

Si cela peut le consoler : C’gouvernement n’est pas de gauche non plus

0 vote
par Finok (IP:xxx.xx4.27.55) le 28 septembre 2012 a 08H33
Finok (Visiteur)

un sou est un sou : et il faut aussi financer la protection militaire du pays au cas où : deux nuits de manœuvres militaires au dessus de nos têtes avec deux atterrissages nocturnes d’hélicoptères dans le champ d’en face. Il n’y a pas d’argent à perdre ailleurs !