Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Le marketing des médicaments
Le marketing des médicaments
note des lecteurs
date et réactions
21 mai 2015
Auteur de l'article
Alain Astouric, 7 articles (Rédacteur)

Alain Astouric

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
7
nombre de commentaires
1
nombre de votes
4

Le marketing des médicaments

Le marketing des médicaments

De quoi s’agit-il ? En France, comme d’ailleurs dans toute l’Europe, pour faire connaître leurs produits, les laboratoires ne peuvent que s’adresser aux professionnels de santé, les médecins. A charge ensuite pour ces derniers de les prescrire ou pas. Plus précisément encore, selon l'article 5122-1 du code de la santé publique, La publicité directe des produits pharmaceutiques auprès du grand public est interdite pour les médicaments prescrits et remboursés. Elle est autorisée pour les autres produits, avec obligation d’un message renvoyant à la consultation d'un médecin si les symptômes persistent.

C’est cette réglementation que les laboratoires voudraient faire tomber afin d’être libre de s’adresser directement aux patients. Pardon, aux clients ! Officiellement, il ne s’agit là que de promouvoir l’accès à l’information sur les médicaments, l’industrie pharmaceutique ne cherchant qu’à améliorer le bon usage de ses produits. La vérité est un peu moins idyllique. A ce jour plus de 90% des médicaments sont vendus sur prescription d’un médecin, lorsque l’on sait ce que cela représente, en milliards d’euros, on comprend immédiatement les véritables motivations des fabricants : fournir des arguments aux malades pour mieux forcer la main des médecins-prescripteurs. En fait, les industriels du médicament, en jouant sur les mots, nous parlent d’information des patients alors qu’il s’agit de publicité inscrite dans la logique de leur stratégie marketing. La différence entre information et publicité est pourtant bien connue. La première doit être objective, si possible contrebalancée, la seconde n’a qu’un sens, qu’un seul but, faire vendre. C’est d’ailleurs pour cela que la plupart du temps elle s’adresse plus aux émotions qu'à la raison. Cette différence fondamentale, pour évidente qu’elle soit, n’empêche en rien les laboratoires pharmaceutiques de continuer à réclamer l’abandon de la règle actuelle. Et surtout elle ne les empêche pas d’avancer à pas de loup : si sur le papier la publicité des médicaments délivrés sur ordonnance reste proscrite, un décret paru en pleine trêve des confiseurs (24 décembre 2008 - n°0299) les autorise à parrainer des émissions télévisées.

Continuer à leur donner satisfaction correspondrait à ravaler les médicaments au rang de marchandise ordinaire. Est-ce bien raisonnable tant d’un point de vue économique que médical ?

D'après

La tyrannie du marketing

http://www.editions-ere.net/catalogue/essais/la-tyrannie-du-marketing

 



Alain Astouric
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté