Accueil du site
> Médicaments & Soins > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Le Gardasil, vaccin anti-cancer, nouveau danger sanitaire ?
Le Gardasil, vaccin anti-cancer, nouveau danger sanitaire ?
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
20 juillet 2011 | 2 commentaires
Auteur de l'article
Henri de Miebenthal, 476 articles (Kinésithérapeute)

Henri de Miebenthal

Kinésithérapeute
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
476
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Le Gardasil, vaccin anti-cancer, nouveau danger sanitaire ?

Le Gardasil, vaccin anti-cancer, nouveau danger sanitaire ?

Inefficacité, graves effets secondaires… L’heure est à la controverse pour le Gardasil, passé au crible par la revue indépendante Prescrire. Ce vaccin contre le cancer du col de l’utérus inquiète et fait l’objet de critiques de la part d’utilisatrices et de médecins de l’île de la Réunion. Qu’en est-il exactement ?

De nombreux espoirs s’étaient portés sur le Gardasil lors de sa sortie en 2006. Il était entendu que ce médicament, remboursé par la Sécurité sociale, ferait baisser le nombre de cancers du col de l’utérus. Et c’est dans cet élan prometteur que médecins, parents et adolescents ont voulu profiter de ce nouveau vaccin. L’engouement fut tel que l’Afssaps estime qu’un million et demi de jeunes filles ont été vaccinées par le Gardasil en France. Aujourd’hui, pourtant, ce vaccin tant attendu voit ternir son image. Après être apparues en Australie, les critiques s’élèvent désormais sur l’île de la Réunion. Alors qu’un collectif de médecins de l’île (Med’Océan) met sérieusement en doute l’intérêt du vaccin, deux jeunes filles ont presque simultanément réclamé une indemnisation suite à de graves symptômes visiblement provoqués par la vaccination au Gardasil.

Jean-Pierre Spinosa, gynécologue-obstétricien en Suisse et co-auteur de "La piqûre de trop" estime dans Marianne2 qu’ « il n’est pas exclu que le vaccin soit responsables des crises de paralysie intempestives, des maux de tête et des douleurs au ventre observés chez les deux intéressées ». Dans son numéro de janvier 2011, Prescrire avait dressé un état des lieux cinglant : « Pas de preuve d'efficacité tangible du vaccin après un suivi médian de 4 ans dans un nouvel essai chez 3819 femmes âgées de 24 à 45 ans ». Comme le note France Soir, la revue médicale indiquait pourtant dans un numéro antérieur que « chez les femmes non infectées par les génotypes présents dans le vaccin, la vaccination diminue fortement la fréquence des lésions de haut grade associées à ces génotypes ».

L’explication se trouverait dans la durée : Rien ne garantirait l’efficacité du Gardasil au-delà de cinq ans. L’Afssaps, de son côté, affirme que les effets secondaires existent mais sont minimes : « Les rares effets secondaires graves rapportés ne sont pas reconnus comme conséquence de la vaccination ». Aussi, le site de Santé AZ précise que les recommandation officielles restent pour l’heure inchangées : La vaccin demeure préconisé pour les adolescentes. Le dépistage, quant à lui, reste de mise : « Que l’on soit vacciné ou non, il faut procéder à un frottis régulier. Pour les étourdies, voici un petit rappel : tous les 3 ans, le frottis s’impose (après 2 frottis normaux à 1 an d’intervalle)  ». Et selon le Docteur Philippe de Chazournes, cité par Psychomédia, c’est bien le dépistage régulier qui est à l’origine de la baisse du nombre de nouveaux cas de cancer du col de l’utérus depuis 1980.
 

Inscrivez-vous à la newsletter !
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
2 votes
par L.S. (IP:xxx.xx4.101.54) le 21 juillet 2011 a 11H11
L.S. (Visiteur)

Ouah ben ça alors.... ! les dangers du communutarisme sur Europe 1 : " ils ne se rendent pas compte que le même phénomène qu’ils dénoncent sur Internet a lieu tous les jours dans les médias de masse, comme dans cette émission d’Europe 1 précisément, où 7 individus de mêmes opinions se retrouvent ensemble, sans jamais rencontrer la moindre contradiction (qu’ils fuient manifestement), et, du coup, ont tendance à avoir de plus en plus d’assurance dans ce qu’ils pensent, et se radicalisent, devenant même intolérants envers les gens qui ne pensent pas comme eux, et qu’ils traitent aisément par le mépris et les sarcasmes. "http://www.agoravox.fr/actualites/m...

J’avais réagi le jour même du début de campagne sur Europe 1en traitant clairement le monde médical d’obsession sexuelle avancée : http://www.agoravox.fr/actualites/s... je vous laisse méditer là dessus.

0 vote
par Dimie (IP:xxx.xx1.200.84) le 27 juillet 2011 a 17H10
Dimie (Visiteur)

Depuis décembre 2007, près de 60 articles ont été postés sur le blog PHARMACRITIQUE au sujet du Gardasil et du Cervarix, rendant compte des réactions critiques, des controverses et demandes de moratoire à l’étranger, d’articles critiques parus dans des revues médicales sérieuses, ainsi que des conflits d’intérêts des experts étrangers et français avec les laboratoires Merck, Sanofi Pasteur MSD, GSK. Une investigation détaillée porte sur les conflits d’intérêts du comité Nobel qui a attribué le prix Nobel au chercheur Harald zur Hausen.

D’autres articles ont porté sur les signalements d’effets secondaires.

Des articles détaillés (et des traductions) sur Pharmacritique rendent compte des analyses critiques faites par la revue allemande indépendante "ARZNEI-TELEGRAMM", qui a d’emblée déconseillé le Gardasil, alors que la revue PRESCRIRE l’incluait dans son palmarès des médicaments prometteurs pour l’année 2007... Que Prescrire revienne sur ses positions, tant mieux. Mieux vaut tard que jamais.

Les articles d’Elena Pasca sur Pharmacritique, dont la plupart étaient disponibles avant la sortie du livre du Dr Spinosa, sont en libre accès à partir de ces catégories :

http://pharmacritique.20minutes-blo...

http://pharmacritique.20minutes-blo...

http://pharmacritique.20minutes-blo...

http://pharmacritique.20minutes-blo...

http://pharmacritique.20minutes-blo...

L’alerte est venue en France non pas des médecins, mais des simples citoyens. Elena Pasca s’est étonnée à plusieurs reprises de la position de la revue Prescrire, alors favorable au Gardasil ("un pari raisonnable", etc.), qui contrastait singulièrement avec celle d’autres revues indépendantes.

Espérons que ces citoyens seront mieux écoutés à l’avenir ; cela ferait gagner un temps précieux et éviterait de nouvelles victimes.