Accueil du site
> Médicaments & Soins > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Le Di-Antalvic sera interdit plus tôt que prévu
Le Di-Antalvic sera interdit plus tôt que prévu
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
23 novembre 2010
Auteur de l'article
La rédaction CareVox, 600 articles (Comité de rédaction)

La rédaction CareVox

Comité de rédaction
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
600
nombre de commentaires
0
nombre de votes
3

Le Di-Antalvic sera interdit plus tôt que prévu

Le Di-Antalvic sera interdit plus tôt que prévu

Le Di-Antalvic pourrait faire l’objet d’un retrait précipité du marché, tout comme d’autres médicaments contenant du dextropropoxyphène. Son interdiction, pour cause de risques cardiaques et respiratoires en cas de surdose, interviendrait en effet plus tôt que prévu, en septembre 2011, devançant ainsi les prévisions de l’AFSSAPS.

Une nouvelle étude américaine, demandée par la FDA, a mis en évidence les effets indésirables provoqués par les médicaments à base de dextropropoxyphène. Anne Castot, responsable de l’évaluation des risques des médicaments à l’Agence Française de Sécurité SAnitaire des Produits de Santé (AFSSAPS), juge l’enquête suffisamment sérieuse : « Consommer du Dextropropoxyphène aux doses maximale autorisées aux Etats-Unis peut entraîner des modifications inquiétantes de l’électrocardiogramme. Et ces anomalies, comme chacun le sait, peuvent entraîner la mort ».

Anne Castot salue de fait l’accélération de l’interdiction du Di-Antalvic en France, tout en précisant que la dose maximale recommandée dans l’hexagone est deux fois inférieure à la dose limite outre-Atlantique. Le retrait sur le marché des médicaments contenant du dextropropoxyphène avait été suggéré le 20 juillet dernier par la Commission européenne, cette dernière ayant déclaré que « les preuves d’efficacité thérapeutiques du DXP étaient insuffisantes en comparaison au risque de décès en cas de surdosage accidentel ou volontaire ». Les médecins, qui ne prescriront plus le Di-Antalvic, ne tarderont pas à être conseillés sur un médicament de remplacement.
 

La rédaction CareVox
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté