Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
La Suisse face à une médecine à deux vitesses
La Suisse face à une médecine à deux vitesses
note des lecteurs
date et réactions
23 février 2011
Auteur de l'article
Docteur Bertrand Buchs, 17 articles (Médecin rhumatologue)

Docteur Bertrand Buchs

Médecin rhumatologue
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
17
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

La Suisse face à une médecine à deux vitesses

La Suisse face à une médecine à deux vitesses

En Suisse aussi, nous sommes en train de vivre une paupérisation de la classe moyenne.

De plus en plus, mes patients refusent de faire des examens, repoussent des investigations et ne prennent pas les traitements pour ne pas devoir payer leur franchise.

Pourtant, ils ne sont pas à l’assistance sociale.

Ils travaillent et gagnent correctement leur vie.

Le problème, pour diminuer la charge que représentent les primes des assurances maladies, ils ont choisi des franchises élevées.

Ils ont pensé être en bonne santé, ils n’ont pas imaginé le pépin de santé et ils ne peuvent pas avancer autant d’argent.

Franchement, à quoi sert une assurance, dont on paye les primes et qu’on ne peut pas utiliser.

Le système actuel a montré son inefficacité.

Il faut le réformer en profondeur et vite.

Les primes doivent être calculées en fonction du revenu.

Les franchises doivent être abaissées.

Le marché de l’assurance maladie doit être ouvert aux assurances étrangères.

Il faut séparer complètement l’assurance de base de l’assurance privée.

Le ministre de la Santé suisse, Didier Burkhalter, devrait se réveiller.

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté