Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
La dérive « euthanasie »
La dérive « euthanasie »
note des lecteurs
date et réactions
12 août 2011
Auteur de l'article
jlhuss, 9 articles (Rédacteur)

jlhuss

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
9
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

La dérive « euthanasie »

La dérive « euthanasie »

Un médecin urgentiste de l'hôpital de Bayonne a été placé en garde à vue. Il est soupçonné d'avoir provoqué la mort au cours des cinq derniers mois de quatre personnes âgées entrées aux urgences considérées comme étant « en fin de vie », et devant être accueillies dans un service de soins palliatifs.
Les faits ont été signalés par des agents hospitaliers du service des urgences à leur hiérarchie, qui a prévenu la justice. « Le 9 août dernier, des soignants du centre hospitalier ont adressé un signalement à leur direction sur les conditions du décès de personnes hospitalisées en fin de vie. Le directeur de l'hôpital a immédiatement saisi le procureur de la République ».

 

Une enquête d'opinion de 2010 tendait à démontrer que 94% de nos compatriotes sont pour une législation permettant l'euthanasie active :

"Une très forte majorité de Français (94%) se déclare favorable à une loi autorisant l'euthanasie dans certains cas comme une maladie incurable (Incurable aujourd'hui, curable demain !)... Si cette adhésion générale est en augmentation de 6 points par rapport à 2001, 58% des personnes interrogées estiment que la loi devrait la permettre seulement "dans certains cas", note l'institut.
En revanche, 36% estiment "que l'euthanasie devrait s'appliquer à toutes les personnes atteintes de maladies insupportables (attendons ce que la Loi définirait comme "insupportable" !) et incurables", souligne l'enquête qui montre que "l'opinion apparaît plus favorable à l'euthanasie qu'au début de la décennie, mais dans un cadre plus réglementé qu'auparavant".

C'est reparti avec l'euthanasie ! A relire :"Euthanasie « active » : la dérive"

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Euthanasie