Accueil du site
> Médicaments & Soins > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
La consommation d’antibiotiques reste excessive
La consommation d'antibiotiques reste excessive
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
21 juin 2011
Auteur de l'article
La rédaction CareVox, 599 articles (Comité de rédaction)

La rédaction CareVox

Comité de rédaction
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
599
nombre de commentaires
0
nombre de votes
3

La consommation d’antibiotiques reste excessive

La consommation d'antibiotiques reste excessive

Selon l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps), les français ne seraient plus les premiers consommateurs de médicaments en Europe. Cette tendance s’explique par un recul de 16% de la vente du nombre de boîtes d’antibiotiques durant ces dix dernières années. L’agence prévient cependant que la consommation d’antibiotique reste encore trop forte, et les experts évoquent toujours une surconsommation réduisant l’efficacité des médicaments.

Nous le constatons : Les français ont levé (un peu) le pied dans la consommation de médicaments. Les habitants de l’hexagone laissent en effet la première place aux grecs. En première ligne, il semble que ce soient les campagnes contre l’utilisation systématique des antibiotiques qui aient porté leurs fruits. Selon le rapport de l’Afssaps, intitulé « Dix ans d’évolution des consommations d’antibiotiques, 1999-2009 », 157 millions de boîtes de cette contenance auraient été vendues pour un chiffre d’affaires de 852 millions d’euros. L’agence précise toutefois que la baisse des ventes de 16% observée sur la décennie est surtout constatée pour les cinq premières années. Dans la première période, le message des pouvoirs publics « les antibiotiques, c’est pas automatique » avait fait mouche, avant d'être oubliée.

On observe depuis 2005 une légère tendance à la reprise, avec un pic atteint lors de la crise de la pandémie de la grippe A(H1N1) en 2009. Les plus grands consommateurs se retrouvent chez les femmes vieillissantes et les habitants du nord de la France. Trop de français vouent encore aux antibiotiques des vertus miracles, permettant de soigner les maux divers et variés tels que le rhume ou les différentes grippes. Les antibiotiques n’ont pourtant comme rôle que de détruire ou bloquer la croissance des bactéries (aujourd’hui, un tiers des prescriptions antibiotiques est inutile). Et une consommation abusive d’antibiotiques se traduit de plus en plus fréquemment par des cas de résistance bactérienne : 25 000 patients seraient morts en 2007 d’infections liées à des bactéries multi-résistantes qui n’ont pu être traitées.

Comme le souligne l’Institut de veille sanitaire (InVS), « les nouvelles molécules sont devenues rares et la maîtrise de la résistance aux antibiotiques est devenue un enjeu majeur de santé publique. Entre 1999 et 2009 seules 10 molécules innovantes ont fait leur apparition ». Le docteur Denis Legrenzi, médecin généraliste à Metz, tape quant à lui du poing sur la table : « Non seulement les français respectent mal les ordonnances, mais les antibiotiques ne peuvent rien contre les virus ». En conséquence, les autorités planchent sur un nouveau plan national pour « préserver l’efficacité des antibiotiques ». Le lancement de cette campagne aura pour objectif de « maîtriser et de rationaliser la prescription pour conduire à un moindre et à un meilleur usage des antibiotiques ».
 

La rédaction CareVox
Inscrivez-vous à la newsletter !
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté