Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
L’HAD de l’AP-HP et les Hôpitaux de Saint-Maurice accueillent leurs premiers patients en rééducation à domicile
L'HAD de l'AP-HP et les Hôpitaux de Saint-Maurice accueillent leurs premiers patients en rééducation à domicile
note des lecteurs
date et réactions
8 juin 2011
Auteur de l'article
Le Webzine de l'AP-HP, 323 articles (AP-HP)

Le Webzine de l’AP-HP

AP-HP
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
323
nombre de commentaires
0
nombre de votes
20

L’HAD de l’AP-HP et les Hôpitaux de Saint-Maurice accueillent leurs premiers patients en rééducation à domicile

L'HAD de l'AP-HP et les Hôpitaux de Saint-Maurice accueillent leurs premiers patients en rééducation à domicile

L’Hospitalisation à domicile de l’Assistance publique-hôpitaux de Paris et les Hôpitaux de Saint-Maurice (Val-de-Marne) ont créé un Groupement de coopération sanitaire de rééducation (GCS Rééducation) validé par l’Agence régionale de santé d’Ile-de-France le 20 décembre 2010. Ce partenariat devrait permettre, d’ici à la fin de l’année 2011, d’intégrer une soixantaine de patients dans un programme de rééducation à leur domicile.

Dès le 1er juin 2011, le Groupement de coopération sanitaire de rééducation accueillera ses premiers patients. Il s’agit de personnes atteintes de pathologies neurologiques (par exemple après un accident vasculaire cérébral) déjà incluses dans une filière de rééducation et pour lesquelles la réponse sanitaire s’avère insuffisante. Jusqu’à présent, ces personnes restent en hospitalisation traditionnelle ou rentrent chez elles sans pour autant bénéficier d’une prise en charge pluridisciplinaire en rééducation. Dans d’autre cas, elles sont orientées en hôpital de jour et multiplient les allers-retours entre l’hôpital et leur domicile pour leurs séances de rééducation. Les patients éligibles à cette modalité de prise en charge doivent demeurer dans des communes ciblées*. Ils seront recrutés à partir des Hôpitaux de Saint-Maurice ou des services prescripteurs de l’AP-HP (neurologie, neurochirurgie, médecine physique et de réadaptation).

Le projet de rééducation à domicile du patient devra d’abord recevoir la validation de deux médecins coordonnateurs du GCS rééducation avant que des infirmiers, aides-soignants, kinésithérapeutes, ergothérapeutes et orthophonistes se déplacent à domicile pour effectuer les soins. Les dimensions psychologiques, sociales et diététiques, seront développées, en cas de besoin, comme cela existe actuellement en HAD et dans les services de rééducation hospitaliers.

D’autres modes de prise en charge sont envisagés, autour de la neurologie (sclérose en plaques) et en orthopédie (suivi au domicile après la pose d’une prothèse de hanche, traitement d’une infection ostéo-articulaire). La pédiatrie fera également partie de ce partenariat dans un deuxième temps, notamment dans le cadre d’un projet ciblé sur certains enfants infirmes moteurs cérébraux.

Ainsi, ce partenariat doit permettre autant de fluidifier le parcours de soins du patient que de libérer des lits dans les services de neurologie et de médecine physique et de réadaptation, afin d’y accueillir de nouveaux patients et d’accroître les chances de récupération des personnes victimes d’un AVC. De plus, bénéficier d’une prise en charge en rééducation au domicile signifie pouvoir s’appuyer sur un réseau de professionnels hospitaliers compétents dans la prise en charge du handicap et dans les soins à domicile. C’est également le lieu d’apprentissage le plus adapté pour retrouver une autonomie dans les gestes de la vie quotidienne au sein de sa cellule familiale et sociale. Ce dispositif participera donc à l’amélioration de la qualité de vie des personnes handicapées.

*Alfortville, Ivry sur Seine, Maisons -Alfort, Saint-Maurice, Saint-Mandé, Vincennes, Paris XIIe arrondissement, Charenton.

Fabienne Gonfier (HAD, AP-HP) et Ermine Facchin
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Hôpital