Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Jacques Chirac opéré : entre craintes et soulagement
Jacques Chirac opéré : entre craintes et soulagement
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
3 décembre 2013
Auteur de l'article
Henri de Miebenthal, 476 articles (Kinésithérapeute)

Henri de Miebenthal

Kinésithérapeute
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
476
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Jacques Chirac opéré : entre craintes et soulagement

Jacques Chirac opéré : entre craintes et soulagement

L’ancien président de la République Jacques Chirac est hospitalisé depuis dimanche au service d’urologie à l’hôpital de la Pitié-Salpétrière, à Paris. Il a subi, ce lundi, une intervention rénale. Selon son entourage, cette intervention s’est bien déroulée, et son gendre s’est exprimé pour indiquer qu’« il grogne, c’est donc qu’il va bien ». Il n’en demeure pas moins que l’opération a alimenté de nouvelles inquiétudes pour la santé de Jacques Chirac, qui devra rester quelques jours en observation.

Lors de son apparition publique à l’occasion de la remise du prix de sa fondation au docteur Denis Mugwege au Musée du Quai-Branly, le 21 novembre dernier, Jacques Chirac avait les aires d’un grand vieillard un peu absent éprouvant de grandes difficultés à marcher, et devant s’appuyer sur une canne (ou sur l’épaule de son épouse Bernadette) pour se déplacer. Une santé qui vacille ? On dirait bien. L’ancien président a subi lundi une intervention rénale au sein du service d'urologie de la Pitié-Salpétrière. Aux dires de son gendre et ancien secrétaire général de l’Elysée, « ça s’est très bien passé. Il est probablement plus fragile qu’à une certaine époque mais il va bien comme on peut aller bien à son âge ».
 
Et on apprend qu’il restera quelques jours en observation dans l’établissement de soins. Selon Europe 1, « il pourrait s’agir d’une intervention sur un polype, une tumeur bénigne se développant sur les muqueuses et nécessitant une anesthésie générale ». Comme le rappellent Le Figaro et RTL, dès 2011, les médecins avaient diagnostiqué à Jacques Chirac une anosognosie, qui est un syndrome qui fait qu’une personne n’a pas conscience de son état physique ou neurologique. Et cette anosognosie pourrait résultat directement de l’AVC dont l’ancien président a été victime en 2005. Selon certaines sources, Jacques Chirac, « un homme diminué », n’aurait plus que quelques heures de lucidité par jour. RTL y voit une revanche pour Valéry Giscard d’Estaing qui, à 87 ans, « a toujours bon pied bon œil  ».
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté