Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Interview du Dr Jacques Lucas, à la croisée de la médecine et des TIC
Interview du Dr Jacques Lucas, à la croisée de la médecine et des TIC
note des lecteurs
date et réactions
6 décembre 2011
Auteur de l'article
Denise Silber, 27 articles (Spécialiste e-santé)

Denise Silber

Spécialiste e-santé
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
27
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Interview du Dr Jacques Lucas, à la croisée de la médecine et des TIC

Interview du Dr Jacques Lucas, à la croisée de la médecine et des TIC

Vous êtes nombreux à connaître le Docteur Lucas à travers ses interventions et écrits, voire par le tweet-up #health20fr #hcsmeufr ou la conférence Doctors 2.0 & Vous #doctors20 

Vous lirez prochainement son nouveau Livre Blanc et le reverrez à Doctors 2.0 & Vous, mais nous avions envie de connaître ses réponses à encore quelques questions que vous découvrirez ci-dessous.

DS : En quoi consiste votre activité médicale et votre activité au Cnom

JL : J’ai actuellement un double vie ! Mon activité de cardiologue libéral dans un cabinet de groupe et mon activité au Conseil national de l’Ordre. Ces deux activités sont très chargées. Je les mène de front grâce à une organisation assez minutée. D’une manière générale, quand je suis au Cabinet je ne me préoccupe que des patients et quand je suis au CNOM, que des activités ordinales. Le travail en cabinet de groupe permet cela puisqu’en cas d’urgence – et la cardiologie est une discipline qui en comporte beaucoup – mes associés sont présents. Cela fonctionne bien.

DS : Comment avez-vous choisi le métier médical ?

JL : Assez jeune, car je voulais m’occuper des personnes malades d’une façon assez globale. Ma spécialité mère, si je puis dire, est la Médecine interne. C’est dans ce cadre que je me suis orienté vers la néphrologie puis la cardiologie, à une époque où il était possible d’indiquer deux compétences spéciales dans le champ de la Médecine interne. J’ai eu la chance de pouvoir être Assistant des hôpitaux, Chef de clinique à la Faculté dans ces trois domaines qui étaient assez imbriqués. Maintenant, depuis 1981, je ne fais que de la cardiologie.

DS : Depuis quand vous intéressez-vous à l'informatique médicale ?

JL : En réalité depuis assez peu de temps. J’ai d’abord pris conscience de l’apport structurant de l’informatique dans notre cabinet. Les dossiers informatisés obligent à une plus grande méthode dans leur gestion partagée au sein d’un groupe. C’est aussi un gain de temps, pour l’accès immédiat aux dossiers sur le serveur et pour leur consultation. Mes activités au CNOM ont initialement été orientées sur le fonctionnement de l’appareil ordinal, puisque j’ai été assez rapidement élu au secrétariat général. Depuis 2008, je me suis orienté plus activement sur l’informatisation de la santé : DMP, Messageries, Télémédecine. C’est ainsi que j’ai été conduit à prendre conscience de l’irruption d’Internet dans la recherche d’informations, de la part que les médecins devront y prendre et de l’apport de la médecine 2.0 dans la relation médecin-patient qui est le cœur des métiers médicaux.

DS : Comment votre avis a-t-il évolué à ce sujet ?

JL : Il a justement évolué en prenant conscience que le croisement des savoirs scientifiques des médecins avec les croisements des vécus de la maladie par les patients faisaient progresser tout le monde. Ceci étant, je ne pense pas que « l’expertise collective » puisse se substituer à la connaissance reçue par les études universitaires et leur ajustement dans la vie réelle par la pratique. J’observe d’ailleurs qu’il ne faut prendre l’expertise ou la sagesse des foules qu’avec le recul que l’histoire nous a dramatiquement appris au long du vingtième siècle notamment.

DS : Quelle est votre vision de l'e-santé ?

JL : Ce que l’on appelle la « e-santé » est un complexe flou qui mérite d’être examiné champ par champ. Je m’intéresse essentiellement à ce que peuvent apporter les TIC dans la pratique de la médecine et dans le domaine médico-social. Dans mes responsabilités ordinales, je mets le focus sur l’importance des aspects éthiques et déontologiques. J’ai ainsi coordonné plusieurs publications de « doctrine », la dernière s’appelant « Déontologie médicale sur le web ». Le bureau du CNOM m’a également chargé de l’organisation ouverte d’un prochain colloque qui se centrera sur les aspects éthiques des usages concrets des TIC en « e-santé ».

DS : Et votre vision de l'avenir de la médecine... ?

JL : Beaucoup de mes confrères de mes promotions d’étude sont désemparés. Ils voient un monde qui disparait petit à petit alors que celui qui nait est encore confus. Cela crée de l’inquiétude, du désarroi, de l’angoisse parfois. Pourtant si Hippocrate et Galien revenaient ils considéreraient que la médecine, y compris dans ses dimensions humanistes, a progressé en bien. J’ai une vision optimiste de l’avenir de l’exercice de la médecine. Elle sera beaucoup plus coopérative avec les autres professions de santé. Elle sera plus ouverte à l’écoute des patients. Les lois indiquent d’ailleurs ces orientations comme mouvement de fond. C’est à ce titre que la circulation de l’information doit être fluide, ce que les TIC permettent. C’est à ce titre aussi qu’il faut des balises et des vigies : les données personnelles de santé doivent être protégées contre toute exploitation. J’ai écrit quelque part que les sécurités informatique sont des exigences déontologiques. Je n’ai pas de fascination béate pour les TIC pour elles mêmes, mais pour ce qu’elles peuvent permettre de bénéfique pour la personne.

 MERCI !

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Médicaments & Soins
Mots-clés :
Médecin Médecine