Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Infections nosocomiales : vaccination ou prévention ?
Infections nosocomiales: vaccination ou prévention ?
note des lecteurs
date et réactions
11 septembre 2013 | 1 commentaires
Auteur de l'article
Bernard Sudan, 31 articles (Rédacteur)

Bernard Sudan

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
31
nombre de commentaires
1
nombre de votes
2

Infections nosocomiales : vaccination ou prévention ?

Infections nosocomiales: vaccination ou prévention ?

Les infections nosocomiales sont des infections contractées dans des établissements de soins (hôpitaux, cliniques). Les agents infectieux sont multiples et de nombreux autres facteurs (désinfection non optimale, résistance aux antibiotiques par exemple) favorisent l'augmentation inquiétante des infections nosocomiales (1).

Récemment, Sanofi a annoncé le lancement d'une étude de phase III de son vaccin contre la bactérie Clostridium difficile (C.difficile) responsable d'infections nosocomiales (2).

Précisons cependant que cette bactérie n'est qu'une des multiples responsables d'infections nosocomiales et donc ne serait-il pas plus judicieux de prévenir l'apparition de telles infections.

En effet, l'hôpital de Rambouillet est actuellement le seul à avoir engagé en France une stratégie de prévention des infections nosocomiales avec ses installations tout en cuivre aux propriétés antibactériennes très marquées capable de réduire très fortement ces infections (3). Cette décision a été prise suite aux excellents résultats observés dans plusieurs hôpitaux du monde notamment américains.

La question est donc relativement simple de savoir s'il faut attaquer les infections nosocomiales en amont en utilisant le cuivre aux propriétés antibactériennes larges ou en aval à leur apparition voire vacciner tout futur résident d'un hôpital avec un vaccin qui ne ciblerait qu'une seule bactérie, Clostridium difficile par exemple, responsable de diarrhée nosocomiale chez les patients sous antibiothérapie (4).

Il serait judicieux aussi de se souvenir des multiples exemples pendant le vingtième siècle notamment celui de l'amiante qui était déjà considéré comme cancérigène en 1898 en Grande Bretagne et en 1906 en France (5) avec l'observation d'un inspecteur départemental du travail dans les filatures et les usines de tissage aboutissant à une catastrophe sanitaire à la fin de ce siècle parce que les décideurs politiques n'avaient entrepris aucune mesure sérieuse de prévention en remplaçant systématiquement l'amiante dès le début de telles observations. 

Bernard Sudan
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
1 vote
par le mythe vaccinal (IP:xxx.xx2.171.252) le 12 septembre 2013 a 15H44
le mythe vaccinal (Visiteur)

Voir http://www.senat.fr/bulletin/200706... et lire ce que nous, anti-vaccinalistes, clamons depuis plus de 50 ans :
- aucun cours relatif à la vaccination n’est dispensé dans les facultés de médecine françaises. (sic)
- il n’existe pas de preuve scientifique sur l’utilité des vaccins. (re-sic)