Accueil du site
> Médicaments & Soins > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Guérir d’une allergie aux œufs… grâce à la poudre d’œufs
Guérir d'une allergie aux œufs… grâce à la poudre d'œufs
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
20 juillet 2012
Auteur de l'article
Patrick Rollo, 495 articles (Rédacteur)

Patrick Rollo

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
495
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Guérir d’une allergie aux œufs… grâce à la poudre d’œufs

Guérir d'une allergie aux œufs… grâce à la poudre d'œufs

Guérir des allergies alimentaires en se voyant administrer des petites doses de l’aliment en question ? C’est visiblement une solution employée outre-Atlantique, où certains enfants et adolescents ont été désensibilisés d’une allergie à l’œuf après que leurs médecins leur aient prescrit une petite dose de cet aliment augmentée progressivement. L’explication ? En procédant de la sorte, le système immunitaire finirait par tolérer un allergène.

La technique avait d’abord été utilisée pour guérir les allergies aux arachides. Le remède est désormais employé pour les œufs. Et il semble venir à point nommé pour la plupart des 2% à 2,5% de jeunes enfants qui présentent aujourd’hui une allergie à l’œuf. Comme l’a révélé le New England Journal of Medicine dans son édition du 19 juillet dernier, une dizaine d’enfants et d’adolescents auraient ainsi déjà réussi à surmonter une allergie à l’œuf, un produit présent dans une multitude de plats, des pâtes aux hamburgers végétariens, en passant par la mayonnaise ou même les chamallows.
 
Comment y sont-ils arrivés ? Leur médecin leur a tout simplement conseillé de manger chaque jour une petite dose de l’aliment incriminé (en général, de la poudre d’œufs). Etonnant ? Pas tant que ça : Le système immunitaire de ces enfants désormais guéris s’est tout simplement habitué de manière progressive aux œufs. Attention toutefois, car cette technique n’a pas marché chez tous les enfants traités, et les médecins qui ont tenté cette nouvelle approche ont bien évidemment renoncé à poursuivre cette voie de guérison chez les patients qui ne présentaient pas de signe d’amélioration de santé, voire des signes négatifs. En effet, au bout de deux ans de thérapie, 25% des enfants ne pouvaient tolérer l’œuf.
 
A la vue des résultats, le Docteur A. Wesley Burks, chef du service de pédiatrie de l’université de Caroline du nord et à l’origine de cette expérience, s’est déclarée «  confiante  » dans la poursuite des essais. Mais le Docteur Anthony Fauci, immunologiste et directeur de l’Institut national américain des allergies et des maladies infectieuses (NIAID), a pour sa part pondéré son enthousiasme en se montrant prudent : « Ce traitement expérimental ne pourrait se dérouler dans de bonnes conditions que lorsqu’il est décidé par un médecin dûment formé ».
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté