Accueil du site
> Médicaments & Soins > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Greffe de la tête : les médecins sont sceptiques devant le projet fou du docteur Sergio Canavero
Greffe de la tête : les médecins sont sceptiques devant le projet fou du docteur Sergio Canavero
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
17 juin 2015
Auteur de l'article
Melena-Blog, 20 articles (Rédacteur)

Melena-Blog

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
20
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Greffe de la tête : les médecins sont sceptiques devant le projet fou du docteur Sergio Canavero

Greffe de la tête : les médecins sont sceptiques devant le projet fou du docteur Sergio Canavero

Greffer la tête d’un malade sur un corps en état de mort cérébrale, voici le projet inédit que souhaite réaliser le neurochirurgien italien, Sergio Canavero. Il a commencé à réfléchir sur le projet en 2013 et a profité de la conférence de l’American Academy of Neurological and Orthopaedic Surgeons, le 12 juin 2015, pour présenter les détails de l’opération.

 

Une opération évaluée à 100 millions de dollars et déjà un premier volontaire

C’est donc lors de la conférence de l’American Academy of Neurological and Orthopaedic Surgeons, aux Etats-Unis, que le docteur italien a détaillé son projet et sollicité la générosité des milliardaires présents dans la salle (Bill Gates, notamment) afin de réunir les 100 millions de dollars nécessaires à la réussite de l’opération. Et déjà, un premier malade se serait porté volontaire pour la greffe de la tête. Il s’agit d’un russe de 30 ans, souffrant de la maladie de Werdnig-Hoffmann.

Si dans la pratique, le docteur Sergio Canavero est assez convaincu de la réussite de son projet, le corps professionnel de la médecine a, quant à lui, fait savoir son scepticisme face à l’aboutissement d’une telle opération.

 

Une opération qui a déjà échoué par le passé

En effet, selon les spécialistes du domaine, une greffe de la tête avait été expérimentée sur un singe dans les années 70 et s’était soldée par la mort de l’animal. Ainsi Art Caplan, bioéthicien au Centre médical Langone à New York, estime que si cette opération était réalisable, la profession l’aurait démontré à travers des expériences animales pour ensuite publier les recherches dans des revues scientifiques crédibles. Par ailleurs, les scientifiques se sont interrogés sur nombre de questions concernant le projet, à savoir ; le risque de rejet, la circulation sanguine, la respiration du patient avant que le nerf phrénique (qui permet de respirer) ne repousse, la réaction de la conscience dans le nouveau corps…

 

Ces différentes questions n’ont pas eu de réponses claires de la part du neurochirurgien./.

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mêmes thématiques
Les Actus
Mots-clés :