Accueil du site
> Médicaments & Soins > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Faux terroristes : Panique à l’hôpital de Nice
Faux terroristes : Panique à l'hôpital de Nice
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
18 novembre 2013
Auteur de l'article
Henri de Miebenthal, 476 articles (Kinésithérapeute)

Henri de Miebenthal

Kinésithérapeute
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
476
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Faux terroristes : Panique à l’hôpital de Nice

Faux terroristes : Panique à l'hôpital de Nice

Quatre étudiants en médecine dentaire ont voulu s’illustrer de façon originale. Déguisés en terroristes avec des armes factices, ils ont déboulé dans les couloirs de l’hôpital universitaire Saint-Roch, à Nice. Les étudiants farceurs ont cependant déclenché une vraie panique, et des dizaines de policiers sont intervenus.

Un étudiant du service d’odontologie de l’hôpital a avancé son hypothèse pour expliquer le geste des "faux terroristes" de ses camarades des bancs de l’université. Selon lui, « ils auraient voulu préparer une vidéo fantaisiste pour une soirée autour d’un repas, comme c’est la tradition chez les groupes d’étudiants dentistes. Ils seraient allés trop loin et n’ont pas réfléchi aux conséquences ». L’alerte avait été donnée à l’hôpital Saint-Roch, à Nice, le 17 novembre dernier après la vue d’un homme dans un couloir vociférant vêtu d'une djellaba et muni d'une kalachnikov.
 
Une quarantaine de policiers se sont immédiatement rendus sur les lieux et ont fouillé l’hôpital pour « retrouver des terroristes retranchés ». Ils sont tombés en fin de compte sur trois étudiants qui sortaient de l’hôpital avec des sacs de sport d’où dépassaient des armes factices. Ils ont été interpellés, tout comme un quatrième étudiant qui a pris part à la blague. « Les quatre garçons avaient l’air dépités en prenant soudain conscience des conséquences de leurs actes », indique Martine Rajzman, la directrice de garde de l’hôpital, encore remontée contre ces garnements. « Finalement, ce fut un bon exercice pour nous », tempère pour sa part Marcel Authier, responsable des policiers azuréens. Inscrits en 5ème et 6ème année en médecine dentaire, ils risquent une exclusion partielle ou définitive des universités.
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Hôpital Insolite