Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Exclusif : Deux morts dans l’étude sur le baclofène
Exclusif : Deux morts dans l'étude sur le baclofène
note des lecteurs
date et réactions
12 mars 2013 | 4 commentaires
Auteur de l'article
Yves Brasey, 5 articles (Informaticien)

Yves Brasey

Informaticien
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
5
nombre de commentaires
4
nombre de votes
24

Exclusif : Deux morts dans l’étude sur le baclofène

Exclusif : Deux morts dans l'étude sur le baclofène

...Tel est le titre racoleur de France 5. http://www.allodocteurs.fr/actualit...

Il est suivi le lendemain du non moins racoleur ’Baclofène : l’ANSM confirme ’’des décès’’’.

Qu'apprenons-nous ? Deux participants à l'étude Bacloville sont décédés, les raisons sont inconnues. Mais « il semblerait qu''ils étaient inclus dans le groupe traité par le baclofène" »

D'où provient cette information ? De sources concordantes soit disant proches de l'essai Bacloville.

Il s'en suit quelques affirmations déstabilisantes :

- « Bien que ces révélations jettent le doute, il est impossible pour l'heure d'incriminer le baclofène. »

- « Si le lien entre la prescription de baclofène et le décès des patients est directement établi, cela relancera la polémique sur l'utilisation des médicaments en dehors de leur indication initiale. »

La réalité :

- il n'y a rien de surprenant à ce que deux personnes alcoolo-dépendantes sur les 300 participants à cet essai soient décédées. L'alcoolo-dépendance est une maladie mortelle : 120 morts par jour ! Les participants à cet essai sont effectivement des personnes en danger de mort prématurée.

- le baclofène seul, en 40 années d'utilisation, même à hautes doses, même en TS, n'a provoqué aucun décès.

- un décès identifié a été rapporté à l'AFP par le Pr JAURY responsable de l'étude : "le décès d'un patient qui pour fêter son inclusion dans l'essai Bacloville s'est saoulé et est mort d'une hémorragie digestive, avant même d'avoir pris la moindre molécule ou placebo". ! http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5jt-3VGbkW5okrhuMcA2A6tq9nzVw?docId=CNG.dd780b3bc4e81811f0f267d5844cd16d.3c1

Pourquoi cette information :

Depuis 2005 l'immense découverte du Pr Olivier Ameisen ( utilisation du baclofène à hautes doses pour traiter avec succès, sans risque, à faible coût et en ambulatoire l'alcoolo-dépendance ) fait l'objet de sabotages et de dénigrements par ceux dont l'alcoolo-dépendance est le fond de commerce.

Ce n'est plus de la santé publique, c'est du business sauvage...

Grâce au combat de médecins prescripteurs et convaincus, grâce aux associations de malades et grâce à la presse le baclofène est en passe d'être reconnu comme LE traitement de l'alcoolo-dépendance.

L'ANSM devrait prochainement lui accorder une RTU (recommandation temporaire d'utilisation) en attendant la fin des essais cliniques qui aboutiront à une AMM (autorisation de mise sur le marché).

Cette reconnaissance sera une révolution : elle marquera la fin d'une filière aussi coûteuse qu'inutile depuis l'alcoologue jusqu'aux centres de sevrage.

Elle marquera aussi la fin du Nalmefène/Selincro (laboratoire Lundbeck) et de l'Alcover (laboratoire D&A) qui tentent d'arriver sur ce marché très lucratif.

Sur la véritable origine de l'information :

France 5 conserve l'anonymat de sa source, ce qui n'est pas clair et plutôt malhonnête, mais indique " 'Nous avons notamment constaté de nombreuses chutes', nous a expliqué une de ces sources."

La seule source à avoir constaté et rapporté à la presse les 'nombreuses' chutes, c'est le Dr Batel... en fait, une seule luxation si mes souvenirs sont bons... d'un autre côté, un alcoolo qui chute... c'est fréquent, et encore plus fréquent sans baclofène !

Le Dr Batel c'est aussi le seul qui se dit prescripteur de baclofène, et qui n'a que 3,2% (3 "guéris" sur 93 patients) de bons résultats alors que les vrais prescripteurs ont entre 60% et 90% de réussite !

Et surtout :

 - il est Administrateur de la SFA et de la FFA,

 - il est rémunéré par les laboratoires Lundbeck et D&A pour le Nalmefène/Selincro et l'Alcover en tant que Coordonnateur Principal et Coordonnateur National.

Cette divulgation d'informations sur un essai clinique en cours est illégale, scandaleuse et surtout dangereuse pour les malades. J'espère pour lui qu'il n'est pas l'informateur de France 5.

Comme le RESAB (Réseau Addiction Baclofène, réseau qui regroupe les médecins prescripteurs du baclofène en France), nous demandons que toute la lumière soit faite. 

Le communiqué du RESAB est ici : http://www.baclofene.com/index.php?...

Celui de l'Association Baclofène est ici : http://www.baclofene.com/index.php?...

Yves BRASEY Vice-Président de l'Association Baclofène www.baclofene.org et www.baclofene.com pour le forum d'entraide.

Yves BRASEY Vice-Président Association Baclofène www.baclofene.org forum www.baclofene.com
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Alcoolisme Baclofène
Commentaires
14 votes
par Pensera (IP:xxx.xx5.159.181) le 12 mars 2013 a 11H08
Pensera (Visiteur)

Depuis cette honteuse polémique...Enfin un article digne de ce nom !!! Le baclofène sauve des vies...j’en suis la preuve vivante ! Il faut laisser ce test s’effectuer...il en va de la vie de millions de personnes...

Bien entendu cela n’arrangera pas les Labos qui commercialisent d’autres molécules...

Le baclofene est généricâble...et pourtant d’après certains test il aurait permis à 80-90 % d’alcooliques de devenir indifférent à l’alcool...contrairement à des taux de réussite bien plus faible voire quasi inexistants pour les médicaments existant prescrit dans l’alcoolodépendance...

Une boite de baclofene coûte 3,35 euros...combien coûte l’alcoolisme à la sécurité sociale ? Les maladies qui en découlent... Sans compter la détresse des familles et de l’entourage...

Vivement que le baclofene soit reconnu... Arnaud guéri de l’alcoolisme grâce au baclofène...

9 votes
par pierina (IP:xxx.xx6.195.234) le 12 mars 2013 a 12H22
pierina (Visiteur)

Premier article qui remet les pendules à l’heure. Trop facile de mettre un titre racoleur, qui interpelle et qui met le discrédit sur un médicament qui est en phase d’évaluation. Cherchez à qui profite cette polémique à sens unique ! Pour moi, pas besoin de preuve, je suis une preuve « vivante » de l’efficacité du Baclofène. Je suis guérie à 140 mg/jour de Baclofène. Pas indifférente, pas abstinente, mais libre de choisir de consommer ou pas et c’est cela la « Guérison ».

7 votes
(IP:xxx.xx9.150.51) le 12 mars 2013 a 15H14
 (Visiteur)

Société du Buzz, du sensationnalisme....... Plus aucun recul des médias qui se sont TOUS transformés en officie de l’AFP...

Les médias sont juste bons à dresser des bûcher sans aucune forme de procès ......

4 votes
par zay (IP:xxx.xx8.44.86) le 14 mars 2013 a 00H26
zay (Visiteur)

Tout est distinctement développé dans cet article. Enfin une approche apparente, après toutes ces polémiques sur le baclofène

Si certains ont encore des doutes quant à l’efficacité du Baclofène Alors qu’ils laissent cet essai clinique aboutir et il sera toujours temps de juger

Nous malades, connaissons de par notre traitement l’efficacité de cette molécule dans le traitement de l’alcoolo dépendance et nous n’avons que faire des émanes financières des laboratoires