Accueil du site
> Médicaments & Soins > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Traitement de l’alcoolisme : La SFA progresse
Traitement de l'alcoolisme : La SFA progresse
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
20 décembre 2010 | 4 commentaires
Auteur de l'article
Changethescript, 4 articles (Rédacteur)

Changethescript

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
4
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Traitement de l’alcoolisme : La SFA progresse

Traitement de l'alcoolisme : La SFA progresse

Evolution encourageante de la position de la Société Française d’Alcoologie quant à la prescription du Baclofène dans le traitement de l’alcoolo dépendance.

Suite à sa rencontre avec des médecins prescripteurs de baclofène dans le cadre de l'alcoolisme, la Société Française d’Alcoologie (SFA), vient de publier un communiqué (en intégralité ici : http://www.sfalcoologie.asso.fr/download/Baclofene-SFA_30novembre2010.pdf)

Et force est de constater que sa position a quelque peu évolué !


Déjà, la SFA ne se positionne plus contre l'usage du baclofène à haute dose et hors AMM (Autorisation de Mise sur le Marché) dans le traitement de l'alcoolisme.

En effet,  lorsqu'on relit le premier communiqué de la SFA en octobre 2008 elle indiquait :

 « Dans ces dernières années une étude menée chez l'homme a donné un résultat encourageant (mais non spectaculaire) qui rend raisonnable la poursuite de recherches méthodologiquement indiscutables.
Mais les données scientifiques actuelles ne justifient pas aujourd'hui la prescription de baclofène à ces doses et dans le traitement de l'alcoolo dépendance
. » (Communiqué SFA d’octobre 2008)

Dans son communiqué du 30 novembre 2010 la position de la SFA a vraiment évolué puisqu’elle admet la bonne tolérance du baclofène à haute dose, et admet même des résultats spectaculaires » au-delà de 270 mg

 Extraits :

« La conclusion que l’on peut en tirer est qu’il existe sur le baclofène des données tant scientifiques, publiées dans la littérature internationale, que provenant de l’expérience clinique faisant évoquer un effet positif de cette molécule sur la rechute chez les patients alcoolo-dépendants après sevrage et, de façon plus générale, un effet sur la consommation excessive d’alcool. »

Et la SFA ajoute :

« Sa prescription ne peut, en l’état actuel des connaissances, intervenir qu’après échec des traitements validés et se faire au cas par cas, après avoir bien pesé, pour chaque patient, le rapport bénéfice/risque. »

C'est le propre de la prescription à titre compassionnel, et cette dernière phrase est très importante.

Elle signifie que la SFA accepte de cautionner la prescription de baclofène à hautes doses et hors AMM, à titre "compassionnel" et pour cela a invité des prescripteurs qui la pratique à venir témoigner.

 Rappelons au passage que la prescription du baclofène à hautes doses à titre "compassionnel", c'est exactement ce qu'Olivier Ameisen demandait dans Le dernier verre en attendant que des essais ne valident le traitement :

 « Tant que n'auront pas été réalisées des études en double aveugle, je pense qu'il est du devoir de tous les médecins traitant des cas de dépendance de considérer la prescription hors AMM de baclofène à hautes doses comme un traitement compassionnel pour les patients qui ne réagissent pas aux traitements classiques et qui se trouvent donc sous traitement devant une maladie grave et souvent mortelle » Le dernier verre d'Olivier Ameisen, page 277, ed Denoël 2008.)

Mais, au fait, qu'est-ce-que la prescription d'un médicament à titre "compassionnel" dans le jargon médical :

Un protocole est dit compassionnel, lorsqu’on utilise, en dernier recours, dans une pathologie grave et mortelle, après avoir tout essayé, un médicament qui n’a pas été expérimenté pour la maladie, avec tous les risques que cela comporte, mais aussi une dernière chance de succès. Le médecin doit informer son patient des risques éventuels que comporte ce traitement (Article L5121-12 du code de la santé publique).
 

La SFA ajoute même une fiche technique pour orienter les médecins qui souhaiteraient le prescrire.

Ce qui veut dire que demain vous pouvez aller voir votre médecin et lui demander de vous prescrire le baclofène à hautes doses, hors AMM et à titre compassionnel donc, puisque dans la majorité des cas, vous avez tout essayé avant, et il ne pourra pas vous le refuser : même la SFA est d'accord...

Elle ne va pas plus loin et parle toujours de l' "abstinence" comme seule alternative pour le malade alcoolique, (et non pas d' "indifférence" au produit addictif qu’entraîne la prise de baclofène : deux concepts pourtant opposés) et demande encore des essais officiels avant de donner un total feu vert. Essais auxquels elle souhaite toutefois maintenant s'allier comme en témoigne cet extrait d'un autre communiqué datant de Juin 2010 :

« Elle (la SFA) anime un Groupe de travail sur les traitements d’aide au maintien de l’abstinence au sujet des molécules ne disposant pas d’une autorisation administrative de prescription (baclofène et autres molécules) dans cette indication. Ce groupe réalise :

• un observatoire des prescriptions et des études en cours

• un recueil des effets positifs et négatifs des différents produits,

• une information sur les aspects administratifs des prescriptions de médicaments hors AMM dans cette indication et des aspects éthiques de ces prescriptions,

et initiera, avant fin 2010, les démarches nécessaires auprès des autorités de santé pour mettre en place des recherches cliniques et pharmacologiques complémentaires et des recommandations sur ces prescriptions. »

 En conclusion, tout cela est très encourageant .

Celà permettra peut être à tous les sceptiques qui font feu de tout bois contre cette molécule qui, ne leur en déplaise, guérit de l’alcoolisme de réviser leur position !

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
1 vote
par croquelavie (IP:xxx.xx0.126.207) le 20 décembre 2010 a 16H26
croquelavie (Visiteur)

Je remercie la SFA pour sa prise de position, espérons qu’elle continue d’encourager les médecins pour qu’ils prescrivent le baclofène sans attendre les résultats de l’étude. L’étude ne viendra que confirmer ce que nous, les guéris, savons déjà. Cette dernière est cependant indispensable afin d’en terminer avec toute polémique.

1 vote
par Viva (IP:xxx.xx7.114.184) le 20 décembre 2010 a 17H03
Viva (Visiteur)

Il est important de souligner cette prise de position et de conscience,il est inutile de nier que le Baclofène a sauvé des vies et en sauvera plus encore .Cette prise de position donnera la possibilité aux médecins prescripteurs de faire leur devoir de soigner sans être confrontés à l’AMM ou non AMM.

0 vote
par Sérénité (IP:xxx.xx7.114.184) le 20 décembre 2010 a 17H21
Sérénité (Visiteur)

Il était temps qu’enfin on réagisse à cette lourdeur administrative qui aurait pu épargner des vies et des larmes .Tous nous savons que le Baclofène guérit de l’alcoolisme et d’autres dépendances alors citoyens en guerre pour la guérison. Merci pour cet article.

0 vote
par Smooch (IP:xxx.xx2.240.147) le 20 décembre 2010 a 23H48
Smooch (Visiteur)

Merci pour cet article, je viens témoigner que j’ai pu me sortir de mon alcoolisme garce au baclofène. Et croyez moi tous le baclofène aide à avoir une nouvelle vie et quelle vie ! Pouvoir revenir une personne normale et s’offrir un verre avec des amis sans que celui n’entraine d’autres. Pour ceux qui ont besoin de plus de renseignements je vous invite à venir sur ce site : http://www.alcool-et-baclofene.fr/ et allez sur le forum pour tout comprendre. Puis en haut à gauche dans les GÉNÉRALITÉS vous saurez tout sur le baclofène.

Amitiés, Smooch