Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Endoprothèse fenêtrée : première médicale française à l’AP-HP
Endoprothèse fenêtrée : première médicale française à l'AP-HP
note des lecteurs
date et réactions
23 avril 2012
Auteur de l'article
Le Webzine de l'AP-HP, 323 articles (AP-HP)

Le Webzine de l’AP-HP

AP-HP
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
323
nombre de commentaires
0
nombre de votes
20

Endoprothèse fenêtrée : première médicale française à l’AP-HP

Endoprothèse fenêtrée : première médicale française à l'AP-HP

Des équipes de l’hôpital Henri Mondor sont parvenues à mettre en œuvre une nouvelle stratégie thérapeutique pour traiter un patient porteur d’un anévrisme thoraco-abdominal complexe en menace de rupture. Le point sur cette première française.

L’anévrisme est une dilatation localisée de la paroi d’une artère qui peut aboutir à la formation d’une poche. Classiquement, l’anévrisme peut être traité par l’introduction d’une endoprothèse ou stent qui est une pièce de métal cylindrique, via l’artère fémorale dans le vaisseau sanguin concerné afin que le sang cesse de passer dans l’artère déformée. La paroi artérielle de l’anévrisme est alors déconnectée de la circulation et ne présente plus de risque de rupture.

Les anévrismes touchant la portion d’aorte située à la jonction entre le thorax et l’abdomen, appelés anévrismes thoraco-abdominaux, sont un véritable challenge thérapeutique : la chirurgie ouverte traditionnelle est en effet à haut risque de complications pouvant conduire au décès et l’anatomie de cette portion de l’aorte rend impossible l’utilisation d’une endoprothèse classique. Il existe aujourd’hui une alternative : celle des endoprothèses fenêtrées ou multibranches qui permettent de réduire les complications postopératoires notamment chez les patients fragiles.

Les endoprothèses fenêtrées ou multibranches ont récemment obtenu une autorisation de mise sur le marché (AMM). Cependant, l’intervention chirurgicale reste complexe et n’est réalisable que dans un nombre limité de centres experts. De plus, les délais de fabrication industrielle restent longs, excluant de ce type de traitement une proportion importante de patients à risque imminent de rupture : la confection de fenêtres sur mesure prend aujourd’hui 6 à 8 semaines.

L’équipe de chirurgie vasculaire de l’hôpital Henri Mondor (AP-HP), dirigée par le Pr Becquemin, en collaboration étroite avec les radiologues interventionnels a réalisé le 23 mars dernier avec succès le 1er cas français de pose d’endoprothèse avec quatre fenêtres confectionnées de façon à pouvoir traiter en semi-urgence un patient porteur d’un anévrisme thoraco-abdominal complexe menaçant de se rompre.

La confection, réalisée par l’équipe chirurgicale, des fenêtres dans l’endoprothèse et la mise en place de l’endoprothèse fenêtrée au niveau de l’aorte pathologique ont pu être effectuées avec succès dans le même temps opératoire, protégeant ainsi le patient du risque de rupture tout en maintenant le bon fonctionnement de l’ensemble des organes perfusés par l’aorte.

Pour ce premier patient, trois jours de préparation ont été nécessaires. Deux opérateurs ont effectué des calculs de façon indépendante et ont ensuite confronté leurs données pour éviter toute erreur dans le positionnement des fenêtres. Une étape de simulation des étapes de l’intervention a ensuite été réalisée la veille de la procédure en salle de radiologie interventionnelle.

Pour le Pr Becquemin, « la réussite d’une telle intervention ouvre des perspectives encourageantes pour le traitement des patients porteurs d’anévrysmes aortiques complexes en menace de rupture ».

Anne-Cécile Bard

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Médicaments & Soins
Mots-clés :
Hôpital Anévrisme