Accueil du site
> Médicaments & Soins > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
En Ouganda on combat le Sida avec un téléphone mobile
En Ouganda on combat le Sida avec un téléphone mobile
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
23 juillet 2012
Auteur de l'article
Henri de Miebenthal, 476 articles (Kinésithérapeute)

Henri de Miebenthal

Kinésithérapeute
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
476
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

En Ouganda on combat le Sida avec un téléphone mobile

En Ouganda on combat le Sida avec un téléphone mobile

Des Ougandais séropositifs reçoivent désormais deux sms par jour, matin et soir, sur leur téléphone portable pour leur rappeler, avec tact et courtoisie, de bien prendre leur traitement quotidien.

Deux constats s’imposent : D’une part l’Afrique est tout particulièrement exposée au Sida, et d’autre part de nombreux pays du continent, bien que souffrant de multiples carences, équipent assez correctement l’ensemble de leur population en téléphonie mobile. Une ONG néerlandaise du nom de Text to change (des sms pour changer) a donc eu l’idée de combattre le fléau de la pandémie grâce à cet atout technologique. Et c’est en Ouganda que l’idée a fait son chemin. Ce pays était une terre toute trouvée pour une initiative comme celle-ci : Des efforts y ont déjà été déployés pour faire reculer le sida, encourageant entre autre le port du préservatif (et faisant passer la proportion de la population atteinte du Sida de 15% au début des années 90 à 6% au cours de la dernière décennie). Mais les efforts s’étaient relâchés ces dernières années.
 
Le programme mis en place par l’ONG consiste à rappeler aux patients atteints par le VIH de prendre régulièrement leurs anti-rétroviraux… sur leur portable. Quelque 400 personnes sont déjà contactées à cette fin sur leur téléphone. Et la méthode semble bien porter ses fruits car l’adhésion au traitement, selon les pointages réalisés, s’en est trouvée fortement augmentée. Les Ougandais participant à ce programme reçoivent ainsi deux sms par jour visant à leur rafraîchir la mémoire, avec un texte de type « Cher ami, s’il vous plait, prenez soin de vous ». Les patients le concèdent : « C’est humain d’oublier, et ce service aide vraiment à s’en souvenir ». Ce programme est-il appelé à durer ? Ce n’est pas certain car l’ONG, qui dépend largement de l’aide étrangère, concédée notamment par Washington, souffre désormais de financements.
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté