Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Duncan Jones (Moon, Source Code) soigne sa compagne avec du cannabis thérapeutique
Duncan Jones (Moon, Source Code) soigne sa compagne avec du cannabis thérapeutique
note des lecteurs
date et réactions
23 janvier 2013
Auteur de l'article
Cynoque, 4 articles (Rédacteur)

Cynoque

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
4
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Duncan Jones (Moon, Source Code) soigne sa compagne avec du cannabis thérapeutique

Duncan Jones (Moon, Source Code) soigne sa compagne avec du cannabis thérapeutique

Selon dailymail.co.uk, Le réalisateur Duncan Jones, 41 ans, à qui on doit Moon (2009) et Source Code (2011) est pour le cannabis thérapeutique. Sa propre femme, prénommée Roden, soigne une maladie grave avec.

Duncan Jones est accessoirement le fils de David Bowie. David pendant le même temps, est utilisé par la presse prohibitionniste belge (7 sur 7) comme arme pour promotionner la Guerre aux Drogues inutile, improductive et malsaine. L’important pour ce Journal, dans les déclarations qu’il a recueilli du chanteur, c’est qu’il regrette d’avoir cédé si facilement à la consommation de drogues, plus jeune.
Et l’article de signifier que c’est « la drogue » la coupable, et c’est « le meilleur conseil que David Bowie prodigue aux jeunes » : ne tombez pas dans la droooooôoogue… Et donc, se droguer c’est mal. L’auteur de cet article devrait alors arrêter la cocaïne, les somnifères, les calmants, les excitants, l’alcool, car ça fait un peu du genre « faites c’que j’dis ».

Mais l’info qu’on retiendra c’est la sortie du placard à beu, de Duncan Jones, revendiquant soigner le cancer de sa femme de 33 ans avec la plante si riche en vertus médicinales, dont la douleur atroce due à la chimiothérapie. Ils ne sont pas hors la loi puisqu’ils vivent tous les deux en Californie, l’Eldorado du fumeur depuis 1996, l’Eldorado aussi des tribunaux fédéraux d’ailleurs… Selon Duncan, l’herbe médicinale légalisée est « un des uniques aspects [appréciables] de la vie en Californie ».

Entre ce que je pense, ce que je veux dire, ce que je crois dire, ce que je dis, ce que vous avez envie d’entendre, ce que vous croyez entendre, ce que vous entendez, ce que vous avez envie de comprendre, ce que vous comprenez, il y a dix possibilités qu'on ait des difficultés à communiquer. Mais essayons quand même... (Bernard Werber)
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté