Accueil du site
> Médicaments & Soins > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Du venin de serpent guérisseur
Du venin de serpent guérisseur
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
4 novembre 2010 | 2 commentaires
Auteur de l'article
R. Bartet, 52 articles (Journaliste )

R. Bartet

Journaliste
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
52
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Du venin de serpent guérisseur

Du venin de serpent guérisseur

Près de 650 espèces venimeuses de serpent vivent en Australie, dont 10 sont parmi les plus mortelles au monde. C’est là que deux médicaments à base de venin de serpent pourraient prochainement voir le jour. Efficace contre les troubles de la coagulation sanguine, le venin de serpent est en effet étudié depuis plus de 20 ans.

La société australienne Venomics a mis au point des médicaments en voie de commercialisation d’un genre un peu spécial. Leur spécificité ? Ils sont tous à base de venin de serpent. C’est ce que rapporte un article du journal The Autralian daté du 16 janvier dernier.
« Textilinin » et « Haempatch » ont pour principales vertus de réduire les pertes sanguines lors d’interventions chirurgicales ou de traumatismes importants. Après de nombreuses années d’étude, une équipe de chercheurs britanniques de l’université de Queensland a en effet découvert que le venin du serpent brun australien aidait à détecter et traiter les troubles de la coagulation sanguine. Riche en neurotoxines, le venin a aussi de nombreuses propriétés antibactériennes efficaces pour lutter contre de nombreuses infections.
Les venins de serpent sont composés d’une combinaison de différents principes actifs, dont seule une fraction a jusqu’à présent été étudiée pour en connaître les différents effets. Une protéine qui bloque l’action de l’enzyme utilisée par le corps pour réguler la pression sanguine a en effet été identifiée dans le venin de ces serpents.
Après des essais précliniques satisfaisants, Venomics s’est même associée à une firme biopharmaceutique chinoise qui développe des produits à base d’une enzyme présente dans le venin d’un serpent sud-américain.
Le potentiel du venin de serpent ne s’arrête pas là. Il ouvre même la voie à de nombreuses pistes de recherche comme la lutte contre le cancer. Il pourrait en effet être utilisé pour empêcher l’accroissement de tumeurs malignes selon le journal The Autralian.

Source : The Australian – 16 janvier 2010
 

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
3 votes
par christian pène (IP:xxx.xx2.96.46) le 4 novembre 2010 a 15H53
christian pène (Visiteur)

de l’art de défoncer des portes ouvertes depuis longtemps .....

les homéopathes savent cela depuis TRÈS longtemps : ils savent que tous les produits à risques peuvent faire des remèdes homéopathiques ; exemple NAJA....

.......parce que tout simplement la loi de similitude est le fondement de la recherche de nouveaux remèdes .

or cette recherche est terminée parce que les homéopathes disposent de toutes les bases de remèdes nécessaires , fussent pour les maladies génétiques , les maladies rares , les maladies émergentes ..........

et même ils savent qu’il y a TOUJOURS UN remède personnalisé pour traiter TOUS les maux d’UNE personne donnée (homéopathie uniciste)

christian pène homéopathe uniciste , unipuncteur , magnétiseur , NON-MÉDECIN

4 votes
par Skeptik (IP:xxx.xx7.123.107) le 4 novembre 2010 a 16H47
Skeptik (Visiteur)

Évitons de parler d’homéopathie, du sucre en boite vendu très cher pour ce que c’est. La simple chimie suffit à expliquer les effets, pas la peine d’ajouter de la magie ou du placébo...

"Ils savent.... ils savent " mais ne prouvent toujours rien. Comme les croyants, en d’autres termes. On attend avec impatience les preuves sérieuses, réplicables, vérifiables.

Aucun "remède" homéopathique ne contient de venin : en fait tous ne contiennent que.. rien.