Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Docteur House, j’veux le même à la maison ?
Docteur House, j'veux le même à la maison ?
note des lecteurs
date et réactions
10 février 2010
Auteur de l'article
LC, 33 articles (Equipe de Rédaction)

LC

Equipe de Rédaction
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
33
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Docteur House, j’veux le même à la maison ?

Docteur House, j'veux le même à la maison ?

Qui ne connait pas le docteur House ? Mardi dernier, c’était le retour à la télévision de cet austère et pourtant très populaire médecin. Que penser de ce personnage ? Aimeriez-vous avoir le même en tant que médecin de famille ?

Grégory House est détestable avec ses collègues et ses patients. C’est sans délicatesse qu’il annonce à ces derniers des pronostics graves, qu’il leur assène de terribles vérités et il n’hésitera pas à les manipuler pour obtenir ce qu’il veut : soit davantage d’informations, soit leur accord pour pratiquer une intervention ou suivre un traitement. Son credo, c’est que tout le monde ment et surtout les patients !
On lui pardonne tout ou presque à ce docteur, car il sait toujours ce que le malade a et au final il arrive à le guérir.
Mais serait-on aussi clément s’il s’agissait de notre propre docteur ? Et qui d’ailleurs n’a pas au moins une fois dans sa vie rencontré ce genre de personnage ? Vous savez ce médecin, ce spécialiste très froid, qui vous ausculte sans faire trop de commentaires et vous donne son pronostic de façon très impersonnelle et détachée, car au final ….vous n’êtes qu’un numéro de plus sur sa très longue liste.

Mon médecin : un ange

Bien sûr ils ne sont pas tous comme ça. Certains médecins de famille, comme leur nom l’indique, font partie de la famille. Ils vous connaissent depuis votre naissance, ont soigné avant vous vos parents, et continuent à le faire. D’ailleurs quand vous emmenez votre petit dernier chez ce médecin, vous commencez toujours par donner des nouvelles de votre entourage. Puis vous parlez de vous : votre travail, vos vacances, votre vie privée….Et souvent c’est là que se trouve la révélation. En vous confiant, vous établissez et donnez parfois à votre insu, le diagnostic à votre docteur !

William Osler, médecin canadien considéré comme le père de la médecine moderne avait pour usage d’amener les étudiants en médecine au chevet des malades afin d’y recevoir leur enseignement. Selon lui cette méthode était la meilleure pour l’établissement d’un diagnostic. D’ailleurs il aimait à dire qu’il voulait comme inscription funéraire et aucune autre épitaphe, qu’il avait enseigné aux étudiants en médecine au lit du malade et qu’il estimait cela comme étant de loin le travail le plus utile et le plus important qu’il avait été amené à faire. Et une de ses phrases préférées étaient : « Celui qui étudie la médecine sans livres navigue sur une mer inconnue, mais celui qui étudie la médecine, sans voir les patients ne va même pas en mer. ». Donc House, fidèle disciple du Docteur Osler : sûrement ! D’autant plus que le docteur William Osler, sous le nom fictif d’Egerton Yorrick Davis, est l’auteur du célèbre canular du pénis captivus. Farceur et professionnel sont sans doute les clés de la réussite du docteur House mais aussi les raisons du succès médiatique de cette série. Ce docteur est talentueux, il aime avec passion la médecine. Il fait son métier tout en s’amusant de la vie. Et peu importe le contexte, il reste fidèle à ses valeurs et à lui-même. Et mine de rien, c’est tout un art de la vie qu’il nous transmet.

Mon médecin : un iceberg

On pardonne donc facilement au docteur House son horrible caractère et son apparente insensibilité. D’autant plus qu’il y aurait une raison scientifique permettant d’expliquer cette « froide attitude ». Une étude réalisée au niveau du cerveau par le neurobiologiste Jean Decety de l’université de Chicago aux USA avec des chercheurs de l’université nationale Yang Ming à Taïwan, publiée dans la revue NeuroImage, montre que les médecins ont appris à gérer leurs émotions. Ils ont appris au cours de leurs études et de leur pratique à garder leur sang-froid afin de ne pas inquiéter le malade, mais surtout de rester concentrés et opérationnels. Cette étude n’a cependant pas pris en compte la douleur morale. Et pourtant elle existe bien : certains médecins participent à des groupes de discussion pour libérer leurs tensions et livrer leurs émotions.
 
Alors faute avouée, à demi pardonnée, non ?
L.C Journaliste pour CareVox

SOURCES

  • http://www.lefigaro.fr/sante/2010/01/27/01004-20100127ARTFIG00878-les-medecins-endurcis-a-la-douleur-.php
    http://blogue.passeportsante.net/martinwinckler/2010/02/teleseries_et_medecine_ce_que_jai_appris_du_dr_welby_de_er_et_du_dr_house.html
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
En savoir plus sur...
Mots-clés :
Médecin Empathie