Accueil du site
> Médicaments & Soins > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Distilbène : une première étude pour évaluer ses effets
Distilbène : une première étude pour évaluer ses effets
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
18 avril 2013
Auteur de l'article
Patrick Rollo, 495 articles (Rédacteur)

Patrick Rollo

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
495
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Distilbène : une première étude pour évaluer ses effets

Distilbène : une première étude pour évaluer ses effets

Le réseau DES France et la Mutualité française ont lancé une vase étude épidémiologique sur trois générations afin d’évaluer les effets du Distilbène. Cette étude, qui est une première en France, vise à cerner l’impact de cette hormone de synthèse prescrite auprès des femmes entre 1948 et 1977 pour éviter les fausses couches. On sait en effet que les filles de mères traitées présentent beaucoup de difficultés pour tomber enceintes et souffrent d’un risque de cancer plus élevé.

L’enquête nationale sur les conséquences du Distilbène a débuté le 16 avril dernier. Dans l’hexagone, il s’agit d’une première. Certes, l’équipe du professeur Charles Sultan, du CHU de Montpellier, avait conclu en 2011 à une surexposition à l’hypospadias (une malformation congénitale de l’urètre) de petits-enfants de femmes traitée au Distilbène. Mais les recherches n’avaient pas dépassé ce stade. La présente étude est menée sur les trois générations victimes de ce médicament, qui a été prescrit pendant près de 30 ans auprès de 200 000 femmes enceintes.

L’inefficacité du produit a déjà été prouvée, et les suspicions sur des effets secondaires graves sont fortes. La mission des chercheurs sera notamment d’évaluer le lien entre l’exposition au Distilbène pendant la grossesse et le risque de développer un cancer du sein. Les personnes présentant un lien avec la prise du Distilbène répondront ainsi à un questionnaire anonyme, ce même questionnaire étant soumis à un groupe témoin. Cette méthode devrait déterminer la proportion de cancers, de malformations génitales, de complications de grossesses, de ménopauses précoces ou encore de problèmes d’infertilité auprès des intéressés. Les résultats de l’enquête devront être connus au début de 2014.

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté