Accueil du site
> Médicaments & Soins > Risques
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Distilbène : La justice tranche, Le Point flanche...
Distilbène : La justice tranche, Le Point flanche...
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
1er octobre 2009
Auteur de l'article
Lesmotsontunsens, 35 articles (Rédacteur)

Lesmotsontunsens

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
35
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Distilbène : La justice tranche, Le Point flanche...

Distilbène : La justice tranche, Le Point flanche...

Distilbène. A 15h10, le site Internet du Point publie un article au titre sans appel : "La justice tranche en faveur des laboratoires". Quatre heures plus tard, le sujet sera finalement republié sous une forme légèrement plus optimiste : "La justice tranche en faveur des victimes". Cherchez l’erreur. Il n’y en a pas...

JPEG - 12.8 ko
Distilbène : La justice tranche, Le Point flanche...

Rappel des faits

Le distilbène, une hormone de synthèse censée prévenir les risques de fausse couche, a été prescrite à des millions de femmes dans le monde entre 1940 et 1977. La molécule a été reconnue responsable de graves pathologies sur les bébés exposés : malformations génitales, cancers précoces du vagin et du col de l’utérus chez les femmes, infertilité chez les hommes. Le médicament a été interdit en 1971 aux Etats-Unis, en 1976 au Canada, puis en 1977 en France.

La justice tranche

Jeudi, après une quinzaine d’années de procédures acharnées, la Cour de cassation a estimé que les personnes victimes in utero du Distilbène pouvaient prétendre à être indemnisées par les laboratoires, moyennant la présentation d’une ordonnance [ou d’une preuve de lien de cause à effets entre la prise du médicament par leur mère et la maladie].
 
Bonne nouvelle : La responsabilité des laboratoires pharmaceutiques UCB Pharma et Novartis est reconnue, retoquant définitivement un jugement d’avril 2008 de la cour d’appel de Versailles.
 
Mauvaise nouvelle : Les victimes du médicament devront présenter les ordonnances de leur mère, ce qui ne parait pas anormal à première vue... sauf que ces ordonnances pouvant dater des années 50, la probabilité de les retrouver dans les archives est plutôt mince. [Autre possibilité, démontrer scientifiquement que leur maladie est liée au distilbène, pas impossible mais néanmoins très difficile...] Le nombre de bébés ayant été exposés au produit est (vaguement) estimé à 160 000 pour la première génération (le procès concernait un cas de deuxième génération).

Le Point planche, et flanche

A 15h10, LePoint.fr publie un article titré "La justice tranche en faveur des laboratoires", de Louise Cuneo (avec AFP) (cf. lien original et cache Yahoo). Le texte insiste lourdement sur la mauvaise nouvelle. Patatras... il sera retiré quelques minutes plus tard. Et il faudra attendre 19h20 pour pouvoir enfin profiter de la version finale du billet, cette fois-ci intitulé "La justice tranche en faveur des victimes". Ce nouveau papier, revu et corrigé par Chloé Durand-Parenti, souligne quant à lui la "victoire importante pour toutes les victimes du Distilbène". Juste une question de Point de vue.
Faut pas jouer à cache-cache avec Google...
 
 
[Complément 14h45 : Deux phrases modifiées, entre crochets dans le texte. L’arrêt de la Cour de cassation rend l’ordonnance suffisante mais pas nécessaire, un malade pouvant aussi présenter d’autres preuves du lien entre sa maladie et la prise du médicament]
(Article d’origine publié le 25 septembre 2009 sur le site "Les mots ont un sens")
Napakatbra
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté