Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Déserts médicaux : "Y’a plus qu’à mourir"
Déserts médicaux : "Y'a plus qu'à mourir"
note des lecteurs
date et réactions
31 mai 2012
Auteur de l'article
Orthophoniste, 5 articles (Orthophoniste)

Orthophoniste

Orthophoniste
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
5
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Déserts médicaux : "Y’a plus qu’à mourir"

Déserts médicaux : "Y'a plus qu'à mourir"

C’est ce que m’a dit mon généraliste quand je lui ai demandé ce que j’allais faire sans lui dans deux ou trois ans quand il partira en retraite.

Ce généraliste est un vrai médecin de la famille. Il a vu grandir mes enfants, même s’il les a peu vus car j’ai eu la chance d’avoir une nichée en pleine forme. Il a un diagnostic sur, ne charge pas la mule en médicaments et, ce qui ne gâte rien, ne fait pas son âge et est très bel homme. Bon, il a quelques défauts, il lui arrive d’être de mauvais poil, mais il est facile à dérider.

Il va s’arrêter, et dans mon secteur, si je compte bien, dans les cinq années à venir, nous allons perdre les trois quart des généralistes. Et je ne compte pas ceux qui sont déjà partis et ne sont pas remplacés. Mon ophtalmo et plus de la moitié de ses petits copains, à la ville, c’est pareil. Sans parler du médecin spécial pour femmes.

Je peux toujours me rabattre sur la généraliste que le Maire d’un bled voisin a réussi à faire venir de Roumanie, mais bon...

Au-delà du problème de santé publique que va poser cette désertification, il y en a un autre, qui à notre petit niveau, risque de nous affecter particulièrement, nous les para médicaux « prescrits ». En effet, les quelques toubibs qui survivront dans toutes ces zones en jachère médicale auront peut-être d’autres chats à fouetter que de nous pondre nos prescriptions. Pour l’instant ils sont sympa, ils prennent encore le temps, mais viendra un jour où ça coincera.

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté