Accueil du site
> Médicaments & Soins > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Des puces électroniques autodestructrices pour l’organisme
Des puces électroniques autodestructrices pour l'organisme
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
5 octobre 2012
Auteur de l'article
Camille, 453 articles (Rédacteur)

Camille

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
453
nombre de commentaires
88
nombre de votes
405

Des puces électroniques autodestructrices pour l’organisme

Des puces électroniques autodestructrices pour l'organisme

Connus pour leur résistance, les composants électroniques sont omniprésents dans notre environnement quotidien. Mais bientôt ils seront glissés sous votre peau pour vous soigner.

En effet, une vingtaine de chercheurs issus d'autres universités américaines associés au professeur Omenetto, d'ingénierie biomédicale en Italie à la Tufts University au Massachusetts, ont réalisé l’implantation d’une puce électronique conçue pour se désagréger naturellement au bout d'un certain temps sur une souris. Le circuit utilisé dans ce cadre pour délivrer des doses régulières de bactéricide sur des blessures en voie de cicatrisation a parfaitement fonctionné avant de se dissoudre tout seul au bout de trois semaines dans l'organisme du rongeur.

Cette prouesse entrouvre une possible révolution dans le milieu médical humain. Une puce posée près d'une fracture, par exemple, aiderait l’os à se ressouder et permettrait de surveiller la guérison.

Toutefois la fabrication de ces puces est très particulière. Constituée d’un film très fin de silicium, sur lequel on dépose des couches de métaux bien tolérés par l'organisme, comme du magnésium, la puce se retrouve ensuite enveloppée d'une fine couche de polymère produite à partir de la soie. Ainsi la finesse des métaux et les propriétés de cette soie permettent de contrôler la dégradation du dispositif dans le temps.

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Les Actus