Accueil du site
> Médicaments & Soins > Risques
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Des innovations pour un meilleur usage des médicaments
Des innovations pour un meilleur usage des médicaments
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
28 mai 2009
Auteur de l'article
Roseline, 56 articles (Rédacteur)

Roseline

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
56
nombre de commentaires
16
nombre de votes
0

Des innovations pour un meilleur usage des médicaments

Des innovations pour un meilleur usage des médicaments

Mieux utiliser les médicaments pour éviter les gaspillages ou les mauvais usages est un véritable défi ... Certains laboratoires essaient donc de mettre en place des solutions concrètes pour les patients ...

Il faut un meilleur usage des médicaments pour éviter les gaspillages

Erick Roche, Directeur général du laboratoire Biogaran, principal génériqueur français, déclare énergiquement les propos suivants : « Ce n’est pas seulement sur le prix d’un médicament que l’on fait une économie véritable. C’est bien d’avantage sur son bon usage que nous devons agir. » 
 
Comme vous savez la sécurité sociale met tout en œuvre pour combler son déficit de seulement 15,2 milliards d’euros en 2007, alors, forcément, la moindre idée qui permettrait de récupérer de l’argent est la bienvenue. La question qui se pose aujourd’hui est : « Avons-nous besoin d’apprendre à utiliser le médicament ? »

Apparemment, la réponse est oui. Erick Roche confirme ces dires de la façon suivante :
Il faut savoir que « chaque année en France, plus d’un million et demi de journées d’hospitalisation sont dues à sa mauvaise utilisation. Avec à la clef, 25 000 décès. »
Les exemples sont malheureusement faciles à trouver :
=) mauvaise attention
=) rupture thérapeutique
=) interactions médicamenteuses
=)…
Les causes et les responsables sont très nombreux.

La mise en place d’outils pratiques pour mieux prendre les médicaments

Le laboratoire a donc décidé de mettre en place des outils pratiques.
« Nous avons essayé de trouver des solutions pour aider les patients à mieux utiliser les médicaments et au final, pour changer leurs comportements. Nous nous attachons à identifier un problème, pour y répondre de manière très pratique. »

Des kits pour les enfants ...

Si nous prenons l’exemple des enfants, « nous nous sommes rendus compte que chez les 3 à 6 ans, les interruptions de traitement et les doubles prises médicamenteuses étaient relativement fréquentes, notamment à cause du nomadisme récent des plus petits. »
 
Cette prise en compte a donné l’idée de mettre en place la fameuse mallette Médikid dont la publicité télévisée à déjà attirée notre attention.
Elle est donc, comme Erick Roche le précisait, destinée aux enfants entre 3 et 6 ans.
Elle permet de regrouper dans une seule boite l’intégralité des traitements de l’enfant, le carnet de santé, les prescriptions médicales, … Elle est présente au sein de la famille, de son entourage, pour permettre de suivre l’enfant en limitant les erreurs.
Les parents ont véritablement adoptés cette petite mallette ce qui confirme qu’un besoin existait sur le marché.

Des pochettes nomades pour les femmes ...

Nous avons commencé par prendre comme exemple les enfants, mais il existe aussi un autre problème avec les 84 % de femmes sous contraceptif oral qui oublient, deux fois par an, de prendre leur pilule.

Erick Roche continue sa démonstration en déclarant : « Là encore nous avons identifié un problème spécifique et y avons répondu par un outil novateur, les pochettes nomades, tout en incitant les femmes à prendre leur pilule le matin. »
Cette idée permet de laisser à la femme la journée entière pour se souvenir qu’elle a oublié et pour se rattraper. C’est une idée qui peut paraître bête, mais qui apporte des résultats efficaces.
 
Erick Roche termine son interview de la façon suivante : «  Toutes nos innovations de services ont un point commun. Ce sont des idées toutes simples et pratiques. Elles s’attaquent à des problèmes précis. » Evidemment, ce laboratoire ne va pas s’arrêter là devant la réussite de ses innovations et s’aperçoit que rendre service à notre société de consommation extrême permet de réduire un peu le trou de la sécurité sociale tout en se remplissant les poches au passage.
 
Roseline Buarotti

SOURCES

  • www.ameli.fr : publication le 13 mai 2009 de l’interview d’Erick Roche, Directeur général de Biogaran du 5 mai 2009
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Vérité sur...