Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
De la recherche translationnelle à Nancy
De la recherche translationnelle à Nancy
note des lecteurs
date et réactions
4 avril 2011 | 4 commentaires
Auteur de l'article
Groupe BLE Lorraine, 101 articles (Rédacteur)

Groupe BLE Lorraine

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
101
nombre de commentaires
130
nombre de votes
170

De la recherche translationnelle à Nancy

De la recherche translationnelle à Nancy

La recherche, qu’elle soit fondamentale ou clinique, c’est-à-dire directement applicable à des malades, constitue l’un des axes majeurs de l’activité du Centre de candérologie Alexis-Vautrin (CAV) de Nancy. En effet, les équipes de cette plateforme de génétique moléculaire travaillent inlassablement sur des programmes innovants.

A ces deux axes s’en ajoute un troisième, la recherche translationnelle, activité qui se développe fortement à Nancy grâce à l’impulsion du Plan Cancer lancé en 2003. Cette dernière vise à tirer profit des acquis de la recherche fondamentale pour les appliquer en situation clinique et, à l’inverse, à renvoyer vers le monde fondamental des questions issues de la situation clinique. Concrètement, les équipes du CAV planchent par exemple sur les tumeurs digestives, le cancer du sein et des tumeurs ORL.

La recherche fondamentale menée au CAV se concentre sur les techniques du futur, et particulièrement sur les nanotechnologies, piste vraiment novatrice au service de la lutte contre le cancer. Pour faire simple, il s’agit d’injecter dans l’organisme un principe actif enfermé dans des nanoparticules ciblant les tumeurs. Ce principe est ensuite activé par la lumière ou l’irradiation. Les nanoparticules injectées doivent être sélectives et se concentrer sur la tumeur. C’est à peu près la même stratégie utilisée que pour la thérapie ciblée. Pour la partie diagnostic, les recherches portent principalement sur le repérage des ganglions sentinelles dans le cancer du sein. La nanoparticule est alors chargée de produit fluorescent.

470 patients bénéficient de traitements innovants, de nouvelles techniques d’exploration et d’un suivi démultiplié. L’objectif du centre est de faire participer 15 % des patients de Lorraine, dans un esprit d’équité géographique, tout en visant l’intérêt collectif. 

Groupe BLE Lorraine - La passion de la Lorraine. La puissance d'un groupe.
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
1 vote
par Groupe BLE Lorraine (IP:xxx.xx4.146.211) le 8 janvier 2012 a 21H13
Groupe BLE Lorraine, 101 articles (Rédacteur)

Le Centre Alexis Vautrin (CAV), situé à Vandœuvre-lès-Nancy, a dernièrement été labellisé Centre de Recherche Clinique. Il fait partie des 28 centres français sélectionnés. Ce label va lui permettre de gagner en lisibilité internationale, notamment pour la recherche sur le cancer du pancréas. Le CAV percevra par ailleurs 500 000 euros par an, pendant 5 cinq ans et sur une période renouvelable de 5 ans. Ce financement encadré servira à former du personnel à la recherche clinique, à la prise en charge des patients, ainsi qu’au recueil de données. Il sera également utilisé pour étudier les dossiers de patients susceptibles de participer à la recherche clinique. Cette labellisation soutiendra enfin une dynamique de production de publications scientifiques qui contribuera à la nouvelle lisibilité internationale du CAV.

1 vote
par Groupe BLE Lorraine (IP:xxx.xx4.144.185) le 20 janvier 2012 a 21H59
Groupe BLE Lorraine, 101 articles (Rédacteur)

Le CHR de Metz-Thionville a recruté 750 personnes en 2011, dont 51 médecins. La structure s’est également vu attribuer le label Centre de Recherche Clinique (CRC), à l’instar du Centre Alexis Vautrin à Vandœuvre-lès-Nancy (voir : http://blogerslorrainsengages.unblo...), ce qui lui octroie 500 000 euros chaque année pendant 5 ans, afin de développer sa recherche clinique.

1 vote
par Groupe BLE Lorraine (IP:xxx.xx4.237.215) le 28 juillet 2013 a 14H24
Groupe BLE Lorraine, 101 articles (Rédacteur)

A l’aube du troisième Plan Cancer, le Centre Alexis Vautrin change de nom et devient l’Institut de Cancérologie de Lorraine (ICL), afin d’être mieux identifié pour répondre aux enjeux futurs dans le domaine de la recherche, de l’enseignement et des soins en cancérologie. Créé en 1924 par le Professeur Alexis Vautrin, le Centre de lutte contre le cancer de Lorraine relève les défis de la cancérologie avec un souci constant d’innovation thérapeutique et de qualité de prise en charge des patients.

Etablissement de Santé Privé d’Intérêt Public (ESPIC) et membre d’UNICANCER (groupe hospitalier regroupant les 18 centres de lutte contre le cancer en France), l’ICL assure des missions de prévention, de dépistage, de traitement, de recherche et d’enseignement en cancérologie. Il compte plus de 700 salariés et prend en charge 3 300 nouveaux patients par an. Il dispose de 151 lits d’hospitalisation, de 29 places d’hospitalisation de jour et d’un plateau technique de haute spécificité en chirurgie et en radiothérapie. Il est habilité à recevoir des dons et des legs pour financer ses projets de recherche ou l’aide aux patients.

0 vote
par Groupe BLE Lorraine (IP:xxx.xx1.151.14) le 26 novembre 2014 a 20H18
Groupe BLE Lorraine, 101 articles (Rédacteur)

Vandœuvre-lès-Nancy : une application médicale de l’Institut de Cancérologie de Lorraine (ICL) récompensée aux Trophées de l’Innovation 2014

Une application de l’Institut de Cancérologie de Lorraine (ICL) (voir : http://forumdeslorrains.forumactif....) a dernièrement reçu le Prix Coup de Cœur du jury lors des Trophées de l’Innovation UNICANCER 2014. Celle-ci s’est distinguée parmi les 150 projets présentés par les 18 centres de lutte contre le cancer. Baptisée Med ICL, elle permet aux médecins de consulter les dossiers de leurs patients depuis leurs tablettes et leurs smartphones. Ils peuvent également accéder à des référentiels et à des annuaires nécessaires à la coordination pluridisciplinaire et à la prise en charge des patients.

Facile et intuitive, cette application, encore en développement, s’inscrit dans le cadre du projet de numérisation du dossier médical et du déploiement du logiciel Medasys au sein de l’ICL. L’idée est de supprimer tous les dossiers papiers. Un dossier unique numérisé constitue en effet un gage de qualité pour la prise en charge des patients.

(Source : ICI C Nancy)