Accueil du site
> Médicaments & Soins > Risques
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Dangers des somniferes
Dangers des somniferes
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
13 septembre 2010 | 1 commentaires
Auteur de l'article
Marilou, 12 articles (Rédacteur)

Marilou

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
12
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Dangers des somniferes

Dangers des somniferes

Les personnes insomniaques sont tentées de recourir à la médication pour retrouver un sommeil réparateur.

Les somnifères sont ainsi souvent associés à des psychotropes ou des anxiolytiques, parfois en abus ou sans raison médicale particulière. Et les prescriptions obtenues trop facilement sont souvent pointées du doigt.

De plus selon des études médicales récentes, ces médicaments ne sont pas anodins pour la santé. Outre les traditionnels risques d'accoutumance, ils seraient aussi responsables d'accidents et de chutes. Accidents qui seraient intimement liés à une augmentation de 36 % des risques de mortalité, à cause de l'action sur le système nerveux central qui affecte les perceptions du patient.

À l'instar de l'alcool ou de la drogue, ces médicaments altèrent les capacités de jugement et modifient la vigilance. Les réflexes sont aussi amoindris et tout ceci entraîne une fragilisation de la personne tout entière. Les médecins recommandent d'ailleurs à ces patients d'éviter de conduire. Mieux vaut donc éviter au maximum d'avoir recours à ces médicaments et préférer des méthodes de relaxation plus douces ou un traitement à bases de plantes ou d'homéopathie.

SOURCES

  • www.nutriformlabs.com
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
0 vote
par Docteur David Vincent (IP:xxx.xx9.86.37) le 20 mars 2012 a 20H43
Docteur David Vincent, 74 articles (Médecin généraliste)

Tout cela se sait depuis des dizaines d’années et les pouvoirs publics ne sont pas prompts à prendre les décisions qui s’imposent. Pourquoi ? Un jour on criera " Au scandale, on ne savait pas", comme ce qui s’est fait pour le médiator, où n’importe quel médecin qui se renseignait trouvait que c’était une amphétamine.