Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Crise du Médiator : Sortir du tout-médocs
Crise du Médiator : Sortir du tout-médocs
note des lecteurs
date et réactions
14 janvier 2011
Auteur de l'article
Docteur David Vincent, 74 articles (Médecin généraliste)

Docteur David Vincent

Médecin généraliste
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
74
nombre de commentaires
29
nombre de votes
25

Crise du Médiator : Sortir du tout-médocs

Crise du Médiator : Sortir du tout-médocs

Le président de l’afssaps Jean Marimbert ( l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé) démissionnerait suite au scandale du médiator. 
Je ne pense pas que cela soit le plus coupable dans l’affaire : juste que c’est le président d’une instance "qui est en charge d’évaluer les risques sanitaires présentés par les médicaments et plus généralement tous les produits de santé destinés à l’homme. Cette instance est ainsi en charge de délivrer les autorisations de mise sur le marché (AMM). Plus récemment, elle est aussi devenue l’autorité unique en matière de régulation des recherches biomédicales". (wikipédia)

Je ne pense pas que le président ait lu le magazine Prescrire : l'instance a été créée en 1999 et l'un des premiers articles mentionnant le rapport bénéfice-risque défavorable du médiatoir est sorti en 1998.
Quand je pense que j'avais stoppé mon abonnement à cette revue en 1997 en leur écrivant " vos articles sont très fouillés, mais je vous trouve trop polémique", tellement ce que je voyais en tant que remplaçante en cabinet médical se heurtait avec ce que je lisais !
 
Tout le monde peut balayer devant sa porte : les généralistes qui ont parfois prescrit ce traitement hors AMM ( autorisation de mise sur le marché), les visiteurs médicaux qui ne maitrisaient pas leur produit et qui racontaient des âneries et bien sûr le labo Servier.
 
Pour reparler des généralistes et nutritionistes, la tentation a été grande de prescrire ce coupe-faim qui paraissait moins néfaste que l'isoméride, qui comportait peu d'effets secondaires à priori : les valvulopathies ne se détectent pas tout de suite.
 
Autre chose : c'est difficile de résister lorsqu'un patient nous dit : "docteur, je veux un produit efficace pour maigrir, pour arrêter de fumer, pour le stress, pour dormir, pour me remonter le moral, pour m'aider à supporter le divorce, pour changer d'emploi, pour supporter la vie avec mon épouse ( j'ai une maitresse), pour ne pas pleurer quand mon chien mourra etc". Et à la fac de médecine l'on a appris : problème-médocs, problèmes-médoc, problème-médoc, et ainsi de suite pendant 40 ans on refait le schéma appris et seriné pendant des années. 
 
Certains veulent une réforme en profondeur, je pense qu'il faut creuser encore plus et sortir du tout-médoc.
Docteur Vincent
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté