Accueil du site
> Médicaments & Soins > Risques
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Contrefaçons pharmaceutiques : la guerre mondiale enfin débutée
Contrefaçons pharmaceutiques : la guerre mondiale enfin débutée
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
9 janvier 2013 | 1 commentaires
Auteur de l'article
Santé-Voyages, 37 articles (Info voyage)

Santé-Voyages

Info voyage
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
37
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Contrefaçons pharmaceutiques : la guerre mondiale enfin débutée

Contrefaçons pharmaceutiques : la guerre mondiale enfin débutée

Du 25 septembre au 2 octobre 2012, sous l’égide d’Interpol, de l’Organisation mondiale des Douanes (OMD) et autres institutions internationales, a eu lieu la plus vaste opération menée sur internet avec la participation de 100 pays. Des « médicaments » illicites ou contrefaits (3.750.000) ont été saisis et 18.000 sites web ont été fermés ; 80 personnes physiques ont été interpellées (PANGEA V).

En France, 427.000 médicaments de contrebande ou de contrefaçon ont été ainsi saisis (dont 356.000 à Roissy-CDG) : essentiellement des produits dopants pour sportifs et contre les troubles de l’érection.
D’un autre côté, sur trois jours de juillet, a eu lieu la plus vaste opération dans 16 pays africains (Vice Grips 2), sous l’égide de l’OMD. Sur 110 conteneurs inspectés dans les ports, 84 contenaient des médicaments contrefaits ou de contrebande, pour l’essentiel en provenance d’Asie du Sud-Est et de Chine, mais aussi de Dubaï. Angola, Togo, Cameroun, Ghana étaient les pays où furent opérées les plus grosses prises. Essentiellement des faux antipaludiques et autres anti-parasitaires, et des fausses pilules du lendemain. Si on extrapole ces trois jours à l’année pleine, on aboutit à 10 milliards de doses d’une valeur de 5 milliards de $US. Les faussaires produisent désormais à un rythme industriel et vont jusqu’à imiter parfaitement les hologrammes anti-contrefaçon (OMD).

NDLR. Avec ce niveau jamais atteint, on doit dire aux voyageurs « méfiez-vous de tout médicament acheté en Afrique, même dans une pharmacie qui a toutes les apparences d’une officine occidentale ». Conséquence ou facteur aggravant ? la résistance à l’artémisinine (et méfloquine) flambe dans les régions frontalières Thaïlande Birmanie Cambodge.

Les riches Indiens et la dengue

Au cours des épidémies itératives de dengue à Delhi, les médecins ont remarqué que la maladie était beaucoup plus fréquente dans les quartiers riches que dans les pauvres. Ils expliquent ce phénomène ainsi :
- l’eau est abondante et de bonne qualité chez les riches
- chez les pauvres, l’eau coule beaucoup moins et, même si elle stagne plus dans les ruelles et autres dépôts d’ordures en tous genres, les moustiques ont plus de mal à faire éclore leurs pontes, l’eau stagnante y étant sale, boueuse et fortement polluée.
- l’eau municipale ne coule à Delhi que deux à trois heures par jour. Contrairement aux pauvres, les riches sont munis d’équipements de pompage, d’entreposage et d’irrigation de leurs luxueux jardins, étangs et fontaines : autant de gîtes de reproduction larvaire d’eau claire (Bloomberg Businessweek).

NDLR. La situation de la dengue à Delhi est jugée en ce moment catastrophique –pour tout le monde- par tous les médias et par l’OMS. Dans le même genre, les autorités déplorent que l’un des premiers actes après un petit enrichissement des classes pauvres/moyennes soit d’installer une pompe manuelle dans leur (petit) jardin : les enfants s’agglutinent autour, au milieu des flaques d’eau stagnantes qui en résultent. On considère que ceci est de nature à faire éclore des mini-épidémies d’encéphalites japonaises : plusieurs décès d’enfants leur sont attribués, en particulier dans l’Uttar Pradesh (Times of India).

Divers

- Vaccins typhoïde. Depuis mi-novembre, les deux vaccins Typhim®Vi et Typherix® (les seuls disponibles en France) sont en rupture de stock. Les stocks restants sont réservés aux Centres de Vaccinations Internationales, qui ne doivent les injecter qu’aux voyageurs les plus à risque. Le retour à la normale n’est pas prévu avant « plusieurs mois » (ANSM).

- Depuis deux mois a lieu une épidémie de dengue (60 cas confirmés, et plus de 400 probables) dans l’archipel atlantique de Madère –peu connu pour son climat tropical (OMS).

- Grèce. En plus de la crise économique, le pays a été affligé par plusieurs maladies émergentes qui menacent la prochaine saison touristique, principale et peut-être dernière ressource économique du pays (Ndlr). Paludisme à P. vivax : 11 cas depuis le début de l’année, survenus dans des régions éparses (Xanthi, Béotie, Laconie, Attique de l’Est). Virose West Nile : 159 cas confirmés (dont 107 neuro-invasifs et 16 décès) en Grèce continentale et dans les îles de Samos et de Corfou (KEELPNO).

- Le choléra flambe : Angola, Ghana, Sierra Leone, Zambie, Irak, Birmanie, Chine (Hubei), Inde (ProMed).

- Le 4 novembre 2012, signalement par les autorités sanitaires saoudiennes d’un troisième cas de pneumonie liée à un Coronavirus , sans rapport avec les deux cas précédents ; patient convalescent dans un hôpital de Riyad (OMS).

- De plus en plus de compagnies aériennes interdisent la cigarette électronique (depuis novembre 2011 aux Etats-Unis). Sans doute ne saviez-vous pas pourquoi, pas plus que nous d’ailleurs (Ndlr). Et bien les émanations de leur vapeur réduisent la perméabilité alvéolaire à l’oxygène, et ce pendant une dizaine de minutes, tant chez l’utilisateur que chez ses voisins immédiats (Graziou C et al).

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
0 vote
par desabuse (IP:xxx.xx8.76.65) le 11 janvier 2013 a 07H22
desabuse (Visiteur)

En fait, il y a un moyen simple de reconnaître un médicament contrefait, c’est son prix. Si il est vendu hors de prix en pharmacie, c’est un bon médicament qui peut être malgré tout fabriqué en Inde ou ailleurs. Tout le reste n’est que contrefaçon. Elle est pas belle, la vie ?