Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Comment bien utiliser un anti transpirant ?
Comment bien utiliser un anti transpirant ?
note des lecteurs
date et réactions
8 décembre 2010
Auteur de l'article
Philippe Desnos, 11 articles (Angiologue)

Philippe Desnos

Angiologue
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
11
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Comment bien utiliser un anti transpirant ?

Comment bien utiliser un anti transpirant ?

Les antitranspirants sont les traitements de première ligne de la transpiration excessive. Ce sont des traitements de première intention, car ils sont peu agressifs. Les experts recommandent de les utiliser en premier, avant d’en essayer d’autres potentiellement plus délétères.
Il ne faut pas confondre antitranspirant et déodorant, en effet ces derniers ne luttent que contre les mauvaises odeurs et n’agissent pas sur la quantité de sueur produite.

Les antitranspirants sont appliqués à la surface de la peau, c’est pourquoi on les qualifie de topiques. Une fois un antitranspirant appliqué sur la peau, les composants de celui-ci se mélangent avec la sueur et forment une sorte de bouchon qui obstrue le pore sudoral. C’est ce phénomène mécanique qui permet la réduction du débit de sueur. Ce bouchon est efficace pendant plus de 24 heures puis disparaît progressivement.
 
Les produits antitranspirants sont disponibles sous différentes formes, lotion, sticks, spray, lingettes, roll on, mais aussi sous différentes formulations et concentrations. La réglementation française classe ces produits dans les produits cosmétiques. Si les fabricants ont l’obligation de communiquer la liste des principaux produits actifs de leur produit, ils n’ont pas l’obligation d’en donner la formulation exacte. Seuls les centres antipoison doivent obligatoirement être informés de cette formule. Seul le prix pourra parfois nous aider, si l’on estime que plus le produit est cher, plus celui-ci est concentré.
Les composants les plus utilisés dans les antitranspirants sont des sels métalliques. Plus la concentration en sels métalliques est élevée et plus le produit est efficace, mais aussi plus il risque d’être irritant pour la peau. Les antitranspirants courants pour les aisselles sont généralement concentrés à 10 % de produits actifs. Si l’on désire une meilleure efficacité, on devra se tourner vers des produits plus concentrés.
 
Parmi les sels métalliques utilisés, c’est ceux d’aluminium que l’on rencontre le plus souvent. On remarquera que la pierre d’alun est un composé de sels d’aluminium qui sous le qualificatif de « naturel » cache bien son nom. Le chlorure d’aluminium est reconnu comme le plus efficace, mais aussi le plus irritant. C’est pourquoi les fabricants se sont tournés vers le chlorure d’aluminium hexahydraté qui est moins irritant, mais moins efficace. Depuis quelque temps, certains fabricants proposent à nouveau du chlorure d’aluminium avec une formulation galénique qui tout en garantissant une efficacité maximale permet une meilleure tolérance (Sweat Off)

En général, les experts recommandent de toujours commencer par un produit peu concentré, car moins irritant pour ensuite utiliser un produit dont la concentration sera plus élevée si l’effet escompté n’est pas suffisant. Dans les cas où l’utilisation des produits aux plus fortes concentrations se révèle insuffisante, on devra se tourner vers d’autres techniques comme la ionophorèse ou l’utilisation de la toxine botulique.

Comme nous l’avons vu, la principale cause de l’abandon des antitranspirants est leur mauvaise tolérance cutanée. Pourtant, ces effets indésirables peuvent souvent être minimisés si l’on se conforme à ces quelques conseils :
  • Bien suivre et bien lire la notice du fabricant.
  • Suivre les recommandations données par votre médecin.
  • Suivre la règle des trois S : les antitranspirants doivent être appliqués le Soir au coucher sur une peau Sèche et Saine.
En effet, c’est la nuit que l’on transpire le moins, car les glandes sudoripares sont au repos, c’est donc pendant cette période que le produit pourra effectuer sont effet mécanique de rétrécissement des pores sudoraux sans être « lavé » par la sueur. Pour la même raison, on appliquera le produit par petite quantité, après la toilette sur une peau sèche (au besoin en s’aidant d’un sèche-cheveux), on pourra masser doucement la zone traitée pour faciliter l’absorption du produit. Il faut bien sûr éviter d’appliquer l’anti transpirant sur une peau lésée, on respectera un délai de 24 h après une épilation un peu traumatisante.
 
Communément quand on pense anti transpirants on pense à la transpiration des aisselles, pourtant certain anti transpirants peuvent être utilisés dans d’autres localisations comme les mains, les pieds, le dos, la poitrine pour des excès de transpirations légers et aussi avec des précautions particulières, parlez-en avec votre médecin, l’aine et le visage.
 
Pour les pieds, les sprays seront plus faciles à utiliser pour vaporiser le produit sur la plante des pieds et entre les orteils.
Pour le visage, après avoir fait un test de tolérance sur une petite partie de peau, vous pouvez appliquer une petite quantité de l’anti transpirant à l’aide du bout du doigt à la lisière des cheveux.
Pour terminer, une dernière remarque, les antitranspirants, surtout les plus concentrés, peuvent abîmer vos vêtements. Pensez-y lorsque vous appliquez ce type de produits sur des grandes surfaces (le dos par exemple) et évitez ce soir-là de porter votre pyjama préféré.
Docteur Philippe Desnos, angiologue
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté