Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Comment arrêter la lactation sans effets indésirables ?
Comment arrêter la lactation sans effets indésirables ?
note des lecteurs
date et réactions
12 novembre 2010 | 2 commentaires
Auteur de l'article
Docteur David Vincent, 74 articles (Médecin généraliste)

Docteur David Vincent

Médecin généraliste
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
74
nombre de commentaires
29
nombre de votes
25

Comment arrêter la lactation sans effets indésirables ?

Comment arrêter la lactation sans effets indésirables ?

Depuis des années je me méfie des traitements pour arrêter la lactation, mais malheureusement je n’avais que du ressenti, et je ne pouvais pas prévenir mes patientes des effets secondaires possibles à temps car elles recevaient leur prescription dans l’hôpital ou la clinique où elles accouchaient. Personnellement j’ai évité par deux fois ces molécules en arrêtant de boire drastiquement, en prenant des douches chaudes et en me demandant si la plupart des femmes ne pourraient faire la même chose. Evidemment si j’en avais parlé à un certain confrère, il m’aurait traitée de rétrograde et de dinosaure.

Or le magazine Prescrire est très clair dans son numéro de novembre 2010 : ce médicament (Parlodel), à la base utilisé pour traiter le Parkinson, a de multiples effets secondaires possibles. Et en regardant la balance bénéfice-risque, il vaut mieux prendre du doliprane et des moyens mécaniques (boire moins, de la chaleur etc.) pour arrêter la montée de lait. En effet, ne pas prendre de traitement spécifique ne provoque pas de trouble grave en général.

Liste des effets secondaires :
Les effets indésirables sont classés par ordre décroissant de fréquence, comme suit : très fréquent (≥ 1/10) ; fréquent (≥ 1/100, < 1/10) ; peu fréquent (≥ 1/1000, < 1/100) ; rare (≥ 1/10,000, < 1/1000) ;

Troubles psychiatriques

Peu fréquent : confusion*, agitation psychomotrice*, hallucinations* ( que pointe Prescrire)
Rare : troubles psychotiques

Ces troubles psychiatriques peuvent être observés plus particulièrement aux fortes posologies et essentiellement chez des patients présentant déjà des signes de détérioration mentale. Ces troubles nécessitent la réduction de la posologie, voire l'arrêt du traitement.

Des cas de jeu pathologique (compulsion au jeu), d'hypersexualité et d'augmentation de la libido ont été rapportés depuis la mise sur le marché.
Troubles du système nerveux central

Fréquent : céphalées*, sensation vertigineuse, assoupissement*.
Peu fréquent : dyskinésies*.
Rare : somnolence.

Troubles cardiaques ( notés par Prescrire)

Rare : péricardite constrictive.
Troubles vasculaires
Peu fréquent : hypotension, hypotension orthostatique* (conduisant à titre exceptionnel à un collapsus nécessitant la réduction de la posologie, voire l'arrêt du traitement).

Troubles respiratoires

Fréquent : congestion nasale*.
Rare : épanchement pleural et fibrose pleuropulmonaire chez des patients parkinsonines traités à long terme et à fortes doses (voir rubrique Mises en garde spéciales et précautions d'emploi), pleurésie, dyspnée.

Troubles gastro-intestinaux

Fréquent : nausée, constipation*, vomissement.
Peu fréquent : sécheresse de la bouche*.
Rare : douleur abdominale, fibrose rétropéritonéale.

Affections de la peau et du tissu sous-cutané

Peu fréquent : perte des cheveux*, urticaire, eczéma, éruption maculo-papuleuse, éruption érythémateuse.

Troubles musculaires, du tissu conjonctif et osseux
Peu fréquent : crampes au niveau des jambes dose-dépendants et peuvent être contrôlés en diminuant la posologie. ( Doctissimo)

Alors pour toutes celles qui me lisent : il est possible d'éviter l'allaitement sans rien prendre !

Docteur Vincent
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
0 vote
par Knackie (IP:xxx.xx8.187.37) le 24 novembre 2010 a 13H30
Knackie (Visiteur)

Les effets indésirables parfois très graves de la bromocriptine sont connus depuis pas mal d’années c’est pourquoi il ne faut pas la prescrire à la légère et bien respecter les contre-indications. Plus que d’inciter les gens à ne rien prendre, conseiller d’en parler à leur prescripteur (sages-femmes ou médecins) parait plus approprié.

0 vote
par tania (IP:xxx.xx0.76.3) le 31 octobre 2012 a 09H31
tania (Visiteur)

Bonjour J’ai une question par rapport à l’arrêt de la lactation au naturel. Je ne donne plus le sein à mon enfant depuis maintenant 2 ans et demi et je ne tire pas mon lait non plus, sauf peut être 1 fois toutes les 2 semaines quand les seins deviennent douleureuses. Malgré tout le lait ne disparaît pas. Connaissez vous d’autres méthodes naturelles comme par ex. serrer les seins avec un bandage autour du corps au niveau de la poitrine ou autres qui puissent fonctionner ? je vous remercie d’avance