Accueil du site
> Médicaments & Soins > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Clémentine Célarié, porte-parole de la maladie d’Alzheimer
Clémentine Célarié, porte-parole de la maladie d'Alzheimer
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
21 septembre 2011
Auteur de l'article
Patrick Rollo, 495 articles (Rédacteur)

Patrick Rollo

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
495
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Clémentine Célarié, porte-parole de la maladie d’Alzheimer

Clémentine Célarié, porte-parole de la maladie d'Alzheimer

Dans la foulée de la journée mondiale de la maladie d’Alzheimer, France 2 diffuse le 21 septembre à 20h35 le téléfilm « J’ai peur d’oublier ». Clémentine Célarié et Daniel Russo tiennent les rôles principaux de cette adaptation du récit véridique de Fabienne Piel. L’œuvre filmée, qui porte à l’écran la vie une femme de 45 ans victime du fléau de l’Alzheimer, apporte un regard décalé sur cette maladie du siècle.

En cette journée dédiée, Clémentine Célarié tient à rappeler qu’elle a toujours combattu les préjugés nés autour de la maladie d’Alzheimer. Ce soir, sur nos écrans, la comédienne prête ses traits à Fabienne Piel, une femme qui a été foudroyée par un Alzheimer précoce, lorsqu’elle avait à peine 38 ans. Nous découvrons ainsi l’existence de cette femme, qui a soufflé ses 45 bougies, pour saisir les 48 heures de sa fugue et prendre la mesure de l’inquiétude de son entourage, plongé dans une recherche désespérée de cette « adulte vulnérable portée disparue ».

Clémentine Célarié s’est confiée sur son rôle aux journalistes de Télé Loisirs. Elle avoue ainsi que tout est vrai dans cette adaptation, sauf le personnage de Paul, le marginal interprété par Daniel Russo qu’elle rencontre lors de sa fugue, et aussi la certaine insistance de l’envie de mourir qui ressort ici et là. La comédienne le concède, « Fabienne Piel a eu des moments, comme elle l’écrit d’ailleurs dans son livre, ou elle n’est vraiment pas bien du tout. Mais c’est plus furtif que dans le film ».

Clémentine Célarié n’a rencontré Fabienne Piel que lors de l’avant première : « Ca n’a pu se faire avant, car la production voulait éviter le risque que je la copie, que je la ressemble trop. Aux yeux de tous il fallait que je m’approprie le rôle en m’inspirant seulement du livre ». Par ailleurs, « il n’y a pas eu de répétition parce que la réalisatrice, Elisabeth Rappeneau, voulait de la fraîcheur, de la surprise ». Le résultat, prometteur, est à la hauteur de l’effort. Clémentine, qui a reçu pour ce rôle un prix lors du dernier Festival de La Rochelle, le reconnaît, « ce fut douloureux d’approcher ce genre d’état, de s’imaginer perdue dans sa tête. Fabienne m’a prêté sa vie, sa maladie  ».
 

Inscrivez-vous à la newsletter !
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Alzheimer People