Accueil du site
> Médicaments & Soins
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Chirurgie robotisée, témoignage
Chirurgie robotisée, témoignage
note des lecteurs
date et réactions
2 juillet 2010
Auteur de l'article
Julia Pearl, 16 articles (Rédacteur)

Julia Pearl

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
16
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Chirurgie robotisée, témoignage

Chirurgie robotisée, témoignage

« Mon nom est Paolo P. Le texte qui suit décrit l’expérience que j’ai vécue face à une maladie qui devient de plus en plus courante chez l’homme de plus de 50 ans : le cancer de la prostate.

Suite à une consultation chez mon médecin pour un contrôle de PSA, j’apprends que ce dernier est un peu élevé. A partir de là, le docteur me propose un biopsie qui décèlera un cancer de la prostate.Me voici donc confronté, pour la première fois de ma vie, à l’âge de 60 ans, à une maladie qui touche un homme sur neuf . Ce dernier reste néanmoins une maladie qui peut vous ôter la vie. Partant de ce constat, mon inquiétude était d’autant plus grande. Devant subir un prostatectomie radicale, je me suis donc mis à effectuer plusieurs recherches sur le sujet. Celles-ci m’ont permis de prendre connaissance d’une technologie effectuée à l’aide d’un robot et soigneusement appliquée par le Dr Rochat, à Genève, plus précisément à la Clinique Générale-Beaulieu. Ma décision était prise : je voulais me faire opérer avec ce type de technologie.
Les étapes qui ont suivi ma décision ont été très rapides. Le docteur Rochat a dû tout d’abord procéder à un IRM afin de vérifier que mon cancer était bien localisé ce qui me permettrait de me faire opérer avec le robot. La réponse fût positive et nous pûmes fixer la date de l’opération au 4 mai 2006.

L’opération se déroula correctement et fût réussie. Le 8 mai j’étais déjà dehors de la clinique en pleine santé. Le 10 mai, la sonde et les points de sutures me furent retirés.

Les résultats ont été impressionnants. Cette opération m’a permis de me remettre sur pied en moins d’une semaine. Ceci a joué un grand rôle sur mon moral car je me suis très rapidement senti en forme. Du point de vue des cicatrices, je ne m’aperçois aujourd’hui de presque plus rien. J’ai même l’impression que je n’ai jamais subi d’opération mis à part le travail de longue durée que demande le traitement concernant l’érection. Mais n’oublions pas que ce dernier est un passage obligé qui reste indépendant du type d’opération.

Pour en savoir plus

Julia Pearl Community Manager de la Clinique Générale-Beaulieu
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté